•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une rencontre quadripartite au sujet de la participation nord-coréenne aux JO

Thomas Bach, président du CIO

Thomas Bach, président du CIO

Photo : Getty Images / Mark Runnacles

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le CIO, les organisateurs des Jeux de Pyeongchang ainsi que des représentants des deux Corées se rencontreront le 20 janvier à Lausanne afin de discuter des éléments logistiques en lien avec la présence des athlètes nord-coréens aux Olympiques.

Combien de sportifs nord-coréens seront présents? Dans quels sports vont-ils compétitionner? Logeront-ils au village olympique? Ce sont là certaines des questions dont parleront les participants.

Le CIO a annoncé la tenue de cette rencontre, mercredi, dans un communiqué. Le président de l'instance internationale, Thomas Bach, dirigera les discussions.

À l'issue de discussions exceptionnelles mardi entre le Nord et le Sud, les deux pays ont convenu que la Corée du Nord allait envoyer une délégation aux Jeux d'hiver, qui auront lieu du 9 au 25 février à 80 km de la frontière nord-coréenne.

Les seuls athlètes nord-coréens actuellement qualifiés sont le couple de patinage artistique formé par Ryom Tae-ok et Kim Ju-sik. Ils n'ont toutefois pas été inscrits par leur comité national avant la date limite du 30 octobre.

Le couple avait obtenu son billet pour Pyeongchang grâce à une routine exécutée au son de Je ne suis qu'une chanson de Ginette Reno.

L'International Skating Union (ISU) a confirmé que Ryom et Kim avaient « rempli tous les critères techniques nécessaires » à leur participation aux JO, et qu'elle laissait au CIO le soin de statuer sur le sort du duo.

Ryom Tae-ok et Kim Ju-sik saluent la foule, médaille au cou, lors de leur qualification.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ryom Tae Ok (à droite) et Kim Ju Sik (à gauche) sont les seuls athlètes nords-coréens à s'être qualifiés pour les Jeux olympiques de Pyeongchang.

Photo : Reuters / Kim Kyung Hoon

Puisque le comité olympique nord-coréen n'a pas donné de réponse à temps, l'ISU a permis au Japon d'inviter un couple supplémentaire. « En cas de demande formelle d'inscription tardive de la part du comité nord-coréen, la question devra être soumise au CIO pour une décision finale », a indiqué l'organisation.

Pour l'instant, des sources proches du dossier indiquent que des skieurs, des patineurs de vitesse ainsi que l'équipe féminine de hockey pourraient aussi recevoir une place pour les JO.

À Sotchi, en 2014, aucun athlète du pays de Kim Jong-un n'était parvenu à se qualifier.

En 1988, la Corée du Nord avait boycotté les Jeux d'été de Séoul, mais elle avait envoyé des athlètes aux Jeux asiatiques de 2014, à Incheon, près de la capitale sud-coréenne.

Des questions de protocole doivent aussi être abordées. Par exemple, il faudra déterminer si les sportifs des deux Corées défileront ensemble pendant les cérémonies d'ouverture et de clôture, comme ça avait été le cas en 2000, à Sydney, en 2004, à Athènes, et en 2006, à Turin.

La semaine dernière, avant même l'officialisation de la participation nord-coréenne, le gouverneur de la province de Gagnwon, où se trouve Pyeongchang, avait proposé d'affréter un bateau de croisière pour accueillir les membres d'une possible délégation nord-coréenne.

En plus des athlètes, le pays enverra des meneuses de claque, un groupe d'artistes, une équipe de démonstration de taekwondo et un service de presse, ont annoncé les deux pays à l'issue de leur rencontre.

Pyongyang considérerait aussi d'envoyer des représentants éminents, comme la petite soeur de Kim Jong-un.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !