•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La deuxième chance d'Elie Bouka

Elie Bouka.

Elie Bouka

Photo :  Facebook / Sasha Ghavami

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ambition d'Elie Bouka n'a pas été ébranlée lorsque les Cardinals de l'Arizona lui ont signifié en août qu'ils se dissociaient de ses services. Le Québécois a posé ses valises à Regina durant quelques semaines et a continué de caresser son rêve de renouer avec la NFL. L'attente en aura valu la chandelle.

Un texte de Félix St-Aubin

Le demi de coin a signé un contrat de réserve avec les Eagles de Philadelphie, mercredi, pratiquement cinq mois après qu'il eut été libéré par les Cardinals.

Ce pacte est valide pour la prochaine saison, et seuls les athlètes qui ne se sont pas retrouvés dans une formation active de 53 joueurs pendant la campagne en cours sont admissibles à ce type d'entente.

Bouka a fait l'étalage de son talent devant l'état-major de trois organisations du circuit Goodell en septembre, dont les Eagles. Les champions de la division Est et de l'Association nationale lui avaient indiqué qu'ils le contacteraient à l'issue de sa saison avec les Roughriders de la Saskatchewan.

Chose promise, chose due. Le téléphone de son agent a retenti pour donner suite à l'entraînement qui s'est déroulé à la fin de l'été. Aux dires de Sasha Ghavami et de son protégé, Philadelphie était la destination idéale, et ce, pour de multiples raisons.

C'est vraiment mon style de jeu, ce sont principalement des situations homme à homme. C'est là-dedans que j'ai de la facilité, et ils ont besoin de plusieurs joueurs à ma position. Lorsque je suis entré dans leurs installations pour voir la manière dont ils font les choses, je me sentais déjà à la maison. Ils sont très chaleureux.

Elie Bouka, demi de coin des Eagles de Philadelphie

Étant donné que les Eagles sont au coeur de leur préparation pour un premier match éliminatoire en quatre ans, Bouka n'a pu discuter de vive voix ni avec l'entraîneur-chef Doug Pederson ni avec le vice-président à la direction aux opérations football Howie Roseman lorsqu'il s'est récemment rendu à Philadelphie.

L'ex-membre de la tertiaire des Dinos de l'Université de Calgary prévoit modifier quelque peu son approche lorsqu'il remettra le pied en Pennsylvanie ce printemps pour les programmes d'entraînement hors saison.

« Je revenais d'une blessure quand je suis arrivé en Arizona. C'était la première fois que je me retrouvais dans un tel environnement, j'étais un peu nerveux, anxieux, s'est-il remémoré. Cette fois-ci, je veux juste profiter davantage du moment. »

« C'est quelque chose que je veux faire, avoir plus de plaisir. Ce n'est pas tous les jours qu'on peut avoir une occasion comme ça, a ajouté Bouka. On ne sait jamais ce que [l'avenir] nous réserve. »

Elie Bouka.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Elie Bouka

Photo : Cardinals de l'Arizona

Malgré la déception d'avoir été libéré par les Cardinals, Bouka comprend la décision de l'équipe qui lui a donné sa première chance dans la NFL. Une blessure mineure à une cheville subie pendant le camp d'entraînement est survenue à un moment inopportun.

À cause de ce malaise, il avait manqué à l'appel durant « une semaine de trop », selon le principal intéressé.

« Je comprends que ce n'est pas quelque chose de personnel, ils devaient le faire pour le bien de l'équipe, a indiqué l'athlète de 25 ans. Je n'étais pas fâché, j'ai gardé une bonne relation avec les gens en Arizona. Il n'y a pas de rancoeur, c'est simplement la business. »

Bouka a assuré que sa situation médicale est présentement au beau fixe. Rappelons qu'il a dû se remettre d'une rupture au tendon d'Achille gauche et d'une blessure à un tendon lors de deux années successives, en 2015 et en 2016.

Une escale à Regina

Entre le moment où les Cardinals lui ont montré la sortie et sa nouvelle association avec les Eagles, le demi de coin a fait le saut dans la Ligue canadienne de football (LCF) avec l'organisation qui l'a sélectionné au 24e rang (3e tour) du repêchage de 2016 : les Roughriders.

Bouka est convaincu que son passage dans les Prairies lui a apporté un second souffle pour regagner sa place dans la NFL.

« Le fait d'avoir joué là-bas et d'avoir disputé des matchs, j'ai beaucoup appris. J'ai passé du temps avec d'excellents joueurs, les Roughriders ont une très bonne équipe, donc de se retrouver dans un environnement comme ça m'a beaucoup aidé. [...] Ça m'a revigoré. »

Elie Bouka.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Elie Bouka

Photo : Roughriders de la Saskatchewan

La « Rider Nation » a laissé une empreinte indélébile dans l'esprit de Bouka. Le joueur défensif s'est dit impressionné par la manière dont ces amateurs de football appuient leur équipe, quels que soient son rendement, la température, le moment de l'année, etc.

« Ç'a été une expérience unique, c'est rare que tu vois des fans comme ça; ils sont incroyables et ils sont partout, a-t-il confirmé, l'émotion dans la voix. Peu importe où nous allions, ils étaient présents. [...] Ce sont des partisans dévoués. »

« J'ai désormais de hauts standards lorsqu'il est question des fans », a ajouté Bouka.

Les supporteurs des Eagles sont justement reconnus à travers la NFL comme l'un des groupes les plus dévoués à leur équipe... pour le meilleur et pour le pire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !