•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un petit Cri de la Baie-James reçoit la visite de joueurs du Canadien

Ales Hemsky, Carey Price et Paul Byron ont rendu visite au petit Samuel Kanatewat.
Ales Hemsky, Carey Price et Paul Byron ont rendu visite au petit Samuel Kanatewat. Photo: Hôpital de Montréal pour enfants/Facebook
Radio-Canada

Le hasard fait parfois bien les choses. Samuel Kanatewat, un bambin cri de Chisasibi, à la Baie-James, portait le costume parfait pour recevoir la visite de hockeyeurs, mardi, à l'Hôpital de Montréal pour enfants : un coton ouaté du Canadien de Montréal.

Le petit de 9 mois a même souri lorsque Carey Price, Ales Hemsky et Paul Byron se sont arrêtés à côté de son lit.

« Je me rends compte qu'il amène du bonheur aux gens, a dit sa mère, Marlene Shecapio. Il est tellement mignon que c'est parfois insoutenable de simplement le regarder. »

La réaction des joueurs du Tricolore en est la preuve. Ceux-ci effectuaient leur tournée annuelle de Noël des hôpitaux pour enfants de la métropole.

« Ils semblaient vraiment gentils et respectueux, et très authentiques, a indiqué Mme Shecapio. J'étais surprise et heureuse. C'était très excitant. »

Samuel a la trisomie 18, aussi appelé syndrome d'Edwards, depuis la naissance. Cette maladie est rattachée à des risques importants pour la santé, dont plusieurs peuvent mettre la vie en danger. Seulement de 5 à 10 % des enfants affectés survivent plus d'un an.

Samuel Kanatewat Samuel Kanatewat Photo : Courtoisie Marlene Shecapio

Mme Shecapio admet avoir entendu ces statistiques de la bouche des médecins, mais elle préfère se concentrer sur le positif.

« Les médecins m'ont parlé de plusieurs choses qu'il ne serait jamais capable de faire, a-t-elle expliqué. Ils nous ont parlé de choses auxquelles nous devrions nous attendre, par exemple, qu'il ne serait pas capable de parler. »

Samuel est né prématurément avec un pied bot, une mauvaise audition et peu de tonus musculaire. Il devait aussi être nourri par sonde. Depuis, son état s'est amélioré : il communique très bien, selon Marlene Shecapio... en particulier quand il est de mauvaise humeur.

On prend les choses au jour le jour. Nous ne sommes pas déçus des choses qu'il ne peut pas faire. Nous sommes plutôt choyés de l'avoir ici. En fin de compte, nous le voyons, et ça nous rend heureux.

Marlene Shecapio, la mère de Samuel

D'après un texte de CBC North.

Hockey

Sports