Pour créer son monde imaginaire, l’auteur québécois Michel Tremblay a puisé dans ses souvenirs d’enfance et dans les expériences marquantes de sa vie. L’observation de sa famille, de ses voisins et de la vie grouillante du Plateau-Mont-Royal lui a inspiré une œuvre littéraire et dramatique unique, touchante et remplie de surprises.

Réalisé par Jacques Bouchard, ce documentaire en cinq épisodes retrace le parcours de

Michel Tremblay et dévoile des aspects méconnus de sa personnalité. Ses proches, des acteurs, des metteurs en scène et lui-même racontent l’origine de ses créations et en révèlent toute la richesse.

Nous vous proposons d’écouter la série en naviguant dans le site web pour approfondir vos connaissances sur Michel Tremblay, ses pièces et ses romans.

 

Écrivez à Jacques Bouchard pour lui faire part de vos commentaires.

Équipe radio

Entrevues, scénario et réalisation : Jacques Bouchard

Recherche et adjointe à la réalisation : Micheline Richard

Présentation : Joël Le Bigot

Narration : Loui Mauffette

Recherche d’archives : Stéphane Gourde et Mario Bolduc

Archives : Radio-Canada, Télé-Québec, Zone 3, Théâtre du Nouveau Monde, Théâtre du Rideau Vert. Remerciements à Francis Legault pour les extraits des répétitions du théâtre musical Belles-sœurs.

Documentation : Katia Hubert

Recherche musicale : Robert Hamel

Musique originale : Robert Marcel Lepage

Montage et mixage  : Sylvain Brunet

Chef technicien  : Michael Néron

Chef de contenu : Sylvie Julien

Enregistrement du Temps des cerises :
Arrangements et piano : André Gagnon;
Voix : Sylvie Drapeau et Normand d’Amour;
Chef technicien : Michaël Néron

La production remercie Camille, Nathalie et Marie-Claude Goodwin

 

Équipe web

Design : Linda Hersant

Intégration : Raymond Rousseau

Rédaction et recherche : Mathieu Arsenault

Révision : Léonore Pion, Josée Bilodeau et Catherine Bélanger

Gestion de projet : Karina Brousseau

Chef de contenu : Natacha Mercure



Episode 1
L’enfant de la grosse femme

Michel Tremblay dit avoir appris à vivre à travers les femmes, puis s’être échappé de son milieu par la culture pour essayer de devenir quelqu’un.

Ses proches, dont Serge Denoncourt et Louise Jobin, le voient comme un être timide, doté d’un grand sens de l’humour. Michel Tremblay est un homme de rituels, d’habitudes et de petits plaisirs. « Je suis très fidèle en tout : en amour, en amitié, en nourriture et en culture. »

L’auteur évoque la mort de sa mère, qu’il a senti venir alors qu’elle chantait Le temps des cerises.

L’origine de la création Les belles-sœurs, jouée pour la première fois au Théâtre du Rideau Vert en 1968, nous est ensuite racontée. La pièce révolutionne le théâtre québécois par l’usage du joual et par la présence sur scène d’un groupe de femmes issues d’un milieu populaire.

Né en 1942 à Montréal, Michel Tremblay grandit avec trois familles dans un appartement de huit pièces de la rue Fabre. Cette grande promiscuité lui permet d’entendre toutes sortes d’histoires qui inspireront ses œuvres. Il nous parle de l’enthousiasme de sa mère, de ses rapports avec son père et de sa sortie du placard.

Episode 2
Moitié d’orange

Le 7 juin 1964, Michel Tremblay sort de l’ombre lorsqu’il remporte le concours des jeunes auteurs de Radio-Canada avec sa pièce Le train. Il tisse ensuite des liens avec le metteur en scène André Brassard, la comédienne Rita Lafontaine et un groupe d’amis avec qui il peut s’épanouir. Dès lors, le théâtre et l’écriture sont au cœur de sa vie. 

Le tandem Tremblay/Brassard va révolutionner la dramaturgie québécoise. André Brassard apporte aux pièces de Michel Tremblay une clarté et une grande liberté. Ensemble, ils osent montrer la tragédie d’un milieu populaire

dans une langue québécoise théâtrale et rythmée.

En 1969, à la générale d’En pièces détachées, au Théâtre de Quat’Sous, Michel Tremblay fait la connaissance de son futur agent, John Goodwin, une rencontre déterminante pour sa carrière. 

Au début des années 1970, les succès s’enchaînent pour le dramaturge. Il produit la comédie musicale Demain matin, Montréal m’attend, avec entre autres Louise Forestier et André Montmorency. Puis, pour la première fois, avec À toi pour toujours ta Marie Lou, il écrit une pièce comme une partition musicale.

Episode 3
Chroniques d’une œuvre annoncée

En 1973, au Théâtre de Quat’Sous, Michel Tremblay connaît encore le succès avec Hosanna. Pour la première fois, on montre sur scène la relation d’un couple gai, formé d’un travesti et d’un homme de cuir. 

Au fil des ans, la famille Goodwin fera connaître les œuvres du dramaturge à travers le monde. John Goodwin trouve des traducteurs ainsi qu’un éditeur qui s’engage à publier toutes les pièces de Tremblay en anglais. Après sa mort, en 1986, son ex-femme, Camille, et ses deux filles reprennent le flambeau.

Habitué aux acclamations, le tandem formé par André Brassard et Michel Tremblay connaît l’échec dans deux productions, Bonjour, là, bonjour (1974) et Sainte Carmen de la Main (1976). Quelques années plus tard, les reprises de ces pièces sont toutefois acclamées par le public et les critiques.

Après avoir écrit la pièce Damnée Manon, sacrée Sandra (1976), Michel Tremblay se lance dans l’écriture d’une série de romans, rassemblés dans les Chroniques du Plateau-Mont-Royal. Il nous révèle la fragilité des personnages de ses pièces et crée un univers rempli de surprises.

Episode 4
Le vrai monde de Michel Tremblay

Michel Tremblay s’est dévoilé dans ses romans comme il ne l’a jamais fait dans ses pièces. En couple avec l’acteur Michel Poirier pendant 10 ans, il a le privilège de l’aider à élever son jeune fils. Le livre Le cœur découvert (1986) décrit sa réalité de l’époque : la vie de famille d’un couple gai faisant face aux préjugés de l’entourage.

Lorsque Michel Poirier quitte Michel Tremblay, l’auteur se réfugie à Key West. Il tombe sous le charme de cette île, qui le sort de sa morosité. C’est là qu’il écrit désormais ses œuvres

durant l’hiver et s’adonne à sa nouvelle passion, l’aquarelle.

Montée pour la première fois en 1984, Albertine en cinq temps marque l’histoire du théâtre québécois. Cette tragédie présente le personnage d’Albertine à cinq époques différentes de sa vie. Pour le professeur Gilbert David, l’œuvre montre la grande humanité d’un être souffrant qui s’acharne à lutter.

En 1987, Le vrai monde raconte l’histoire de Claude, un auteur de théâtre qui révèle la vie de ses parents dans une pièce. Puis, suivront L’opéra Nelligan et Messe solennelle pour une pleine lune d’été, où le dramaturge déploiera tout son lyrisme.

Episode 5
La vie… et rien d’autre

La perte de l’ouïe a été l’un des plus grands deuils dans la vie Michel Tremblay. Déjà atteint d’un acouphène, on doit lui sacrifier un nerf auditif dans les années 1990 pour enlever une tumeur.

Un autre moment difficile pour l’auteur est la rupture de son amitié avec André Brassard, le metteur en scène qui a monté ses pièces au théâtre pendant plus de 30 ans. En 2005, Michel Tremblay décide de couper les ponts. Les ambitions et le comportement de Brassard lui devenaient insupportables. 

Quelques jours après cette séparation, Michel Tremblay

apprend qu’il a un cancer de la gorge. Malgré l’obligation de subir un traitement, il ne se laisse pas aller au découragement. Une fois en rémission, il décide de se concentrer sur les aspects positifs de son existence.

Comme l’a dit le critique Jean Fugère, Michel Tremblay a fait surgir des émotions qui n’avaient pas droit de cité. Il poursuit maintenant son œuvre théâtrale et romanesque malgré les écueils de la vie. Ses nouvelles créations côtoient des reprises de pièces, comme les remarquables Belles-sœurs, adaptées en théâtre musical par René-Richard Cyr et Daniel Bélanger.



Albertine en cinq temps, 1984

Présentée pour la première fois à l’automne 1984, au Centre national des arts, à Ottawa, Albertine en cinq temps demeure une pièce charnière de l’œuvre dramatique de Tremblay. On y retrouve Albertine à cinq âges différents, cinq personnages qui se parlent de leurs angoisses et de leurs rêves.

Sophie Clément, Élise Guilbault, Andrée Lachapelle, Macha Limonchik, Monique Mercure et Guylaine Tremblay

Le vrai monde?, 1986

Le vrai monde? met en scène le jeune Claude, qui rêve de devenir écrivain. Sa première pièce, inspirée par son père, sa mère et sa sœur, entraîne une confrontation avec sa famille. On lui reproche d’avoir seulement montré sa vision de la réalité. Michel Tremblay a eu l’idée d’écrire Le vrai monde? après la mort de Robertine, la tante qui lui a inspiré le personnage d’Albertine.

Gilles Renaud et Michel Poirier, téléthéâtre Le vrai monde?, 1991

La maison suspendue, 1989

Comme dans Albertine en cinq temps, Michel Tremblay entremêle les époques dans La maison suspendue. Trois générations de personnages se retrouvent sur les rives du lac Simon, en Outaouais, en 1910, en 1950 et en 1990. Cet ancien cratère de volcan et le ciel étoilé seront le témoin des secrets de famille de plusieurs personnages rencontrés dans Les chroniques du Plateau-Mont-Royal.

Élise Guilbault et Yves Desgagné

Encore une fois, si vous le permettez, 1998

En 1998, la pièce Encore une fois, si vous le permettez est présentée au Théâtre du Rideau Vert, à Montréal. La même année, le Centaur Theatre en produit une version anglaise, puis la présente en tournée canadienne. Autobiographique, la pièce est un dialogue entre Nana, arrivée trop tôt au terme de sa vie, et son fils écrivain. Elle se veut un hommage de Michel Tremblay à sa mère.

Affiche d'Encore une fois, si vous le permettez, avec Rita Lafontaine et André Brassard

L’oratorio de Noël, 2012

À l’hiver 2012, le Théâtre Jean-Duceppe présente la nouvelle création de Michel Tremblay, L’oratorio de Noël, mise en scène par Serge Denoncourt. La pièce raconte les réactions d’un homme relativement à la perte de sa mémoire. Elle fera l’objet d’une tournée à travers le Québec.

Raymond Bouchard, interprète de Noël