Voici où sont allés les chefs (ou pas)

22 600 kilomètres parcourus, 664 événements et un marathon électoral. Radio-Canada a suivi les moindres déplacements des chefs et co-porte-parole des quatre principaux partis. Retour sur 6 semaines effrénées de campagne.

Par Naël Shiab
30 septembre 2018

Semaine 1

Dès le coup d’envoi, le chef du Parti libéral du Québec (PLQ) se rend en région : dans le Bas-Saint-Laurent, en Mauricie et au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il participe aussi à des événements à Québec. Philippe Couillard parcourt déjà plus de 900 km en 7 jours!

Du côté du chef du Parti québécois (PQ), on démarre aussi sur les chapeaux de roues. Jean-François Lisée participe en moyenne à 6 activités par jour. Ses premières cibles : Montréal, Lanaudière, la Capitale-Nationale et l'Estrie.

À la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault cible surtout la Montérégie et l’Estrie, mais fait lui aussi un passage dans la Capitale-Nationale. Il dévore également le bitume, avec une moyenne de 100 km par jour.

Et à Québec solidaire (QS), les co-porte-parole Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois concentrent leurs efforts de début de campagne à Montréal, avec quand même des passages en Estrie, en Mauricie et à Québec.

Semaine 2

Après 14 jours, plus de la moitié des circonscriptions du Québec ont déjà reçu la visite d’au moins un des chefs ou co-porte-parole. Les distances parcourues donnent le tournis. Les caravanes ratissent en moyenne 200 km par jour, tout en participant quotidiennement à 5 événements. Philippe Couillard se rend même aux Îles-de-la-Madeleine. Il sera le seul à visiter la circonscription la moins peuplée du Québec.

Semaine 3

À la troisième semaine, le Parti québécois et Québec solidaire semblent infatigables avec 1000 et 2000 km au compteur en 7 jours. Du côté de Philippe Couillard, on passe surtout du temps en Outaouais et dans la grande région de Montréal. Et François Legault s’arrête dans les banlieues montréalaises, en plus de Québec.

Semaine 4

Pour une des rares fois lors de la campagne, les chefs se retrouvent aux mêmes endroits pour les débats télévisés. On lâche l’accélérateur au PLQ, au PQ et à la CAQ. Mais du côté de QS, le marathon continue... au rythme d’un sprint! Avoir deux co-porte-parole a son avantage : après la quatrième semaine, le parti a parcouru près de 6000 km, soit le double de ses opposants.

Semaine 5

Pour la dernière semaine complète de campagne, Philippe Couillard, Jean-François Lisée, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois se livrent une féroce bataille à Montréal, multipliant les événements.

Semaine 5

De son côté, François Legault se rend dans Ungava, dans le Nord-du-Québec. Il sera le seul à s’y arrêter. Pour la première fois depuis le déclenchement des élections, toutes les régions administratives reçoivent la visite d’au moins un chef.

Semaine 6

Lors des derniers jours précédant le scrutin, les chefs et co-porte-parole participent à moins d'événements et se concentrent à visiter quelques dernières circonscriptions.

Au total, ils ont parcouru plus de 22 600 kilomètres pour participer à plus de 660 événements, en seulement 39 jours.

François Legault a visité 65 circonscriptions sur 125.

4 activités sur 10 du chef de la Coalition avenir Québec se sont déroulées soit en Montérégie, soit dans la Capitale-Nationale.

Jean-François Lisée a lui aussi rencontré les électeurs de 65 circonscriptions sur les 125 que compte la province.

Le tiers de ses activités étaient sur l’île de Montréal.

Le premier ministre sortant, Philippe Couillard, s’est quant à lui déplacé dans 55 circonscriptions.

Le tiers de ses activités étaient soit à Montréal, soit dans la région de la Capitale-Nationale.

Et pour finir, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois ont arpenté 43 circonscriptions.

Presque la moitié des événements auxquels ils ont pris part étaient sur l’île de Montréal.

Méthodologie

Précision : une version antérieure de ce reportage a été corrigée pour refléter les déplacements des derniers jours.

Radio-Canada a consigné l’ensemble des déplacements des chefs et co-porte-parole depuis le début de la campagne électorale, à partir des agendas quotidiens envoyés aux médias. La campagne électorale ayant été déclenchée un jeudi, les semaines sont comptées du jeudi au mercredi. Pour ce qui est des distances, elles ont été calculées à partir de la latitude et de la longitude des arrêts des caravanes, ce qui équivaut à des distances à vol d’oiseau.

Crédits

Naël Shiab journaliste, Melanie Julien chef de pupitre, André Guimaraes développeur et Santiago Salcido designer

Collecte de données : Gabrielle Proulx, Gabrielle Gauvin, Alexandra Lepage