ENGLISH
Voici comment la CAQ a remporté les élections
20 novembre 2018
Jeunes, immigrants, indécis : c’est en allant chercher des votes là où on l’attendait le moins que la Coalition avenir Québec a doublé ses adversaires. De nouvelles données électorales lèvent le voile sur le comportement des électeurs lors du dernier scrutin.
Avant même que la campagne ne commence, une grande partie des électeurs (39 %) savait déjà pour qui voter. Sur le graphique, chaque cercle représente 1 électeur sur 100 (voir la section Données sur le comportement dans la méthodologie, à la fin).
La CAQ partait avec un avantage dès le coup de départ : 16 % des électeurs avaient déjà décidé de voter pour le parti avant le début officiel de la campagne. Le Parti libéral (11 %), le Parti québécois (7 %) et Québec solidaire (5 %) tiraient déjà tous de l’arrière.
Mais ce n’est pas tout : semaine après semaine, c’est le parti de François Legault qui a converti le plus d’indécis.
Et ce pouvoir d’attraction a tenu le coup jusqu’à la toute fin. Le jour du scrutin, ce sont encore les caquistes qui rallient le plus les électeurs hésitants.
C’est ainsi que la CAQ a récolté 39 % des votes donnés aux quatre principaux partis, loin devant ses adversaires. Le PLQ a convaincu 26 % des électeurs, le PQ 18 % et QS 17 %.
Les raisons qui poussent les électeurs à choisir un parti plutôt qu’un autre sont nombreuses. Et la CAQ a réussi à tirer son épingle du jeu pour monter sur le podium.
Seulement le quart de l’ensemble des électeurs a choisi la CAQ pour ses politiques, son chef ou ses candidats.
Mais la Coalition a creusé l’écart en fédérant ceux qui voulaient empêcher un autre parti de gagner : 10 % des électeurs ont donné leur vote au parti spécifiquement pour cette raison.
Autre phénomène à noter : les électeurs qui ont choisi Québec solidaire l’ont fait en grande majorité pour ses propositions politiques. La situation du parti est unique à cet égard.
De plus, on constate que seulement 7 électeurs sur 100 ont avant tout voté pour l’un des chefs, malgré l’important battage médiatique et l’effort des organisations politiques pour les mettre de l’avant.
Radio-Canada a aussi analysé les intentions de vote de 220 853 utilisateurs de la Boussole électorale. Ces données sont très proches des résultats de l’élection, ce qui révèle d’intéressantes tendances (voir la section Intentions de vote dans la méthodologie, à la fin).
On constate notamment que la CAQ a eu le dessus sur les autres partis pour toutes les catégories d’âge.
Il n’y a que chez les plus jeunes que la CAQ (10 % des électeurs) est talonnée de près, par Québec solidaire (9 %).
Auprès des immigrants, la Coalition avenir Québec a réussi un tour de force.
Les électeurs nés à l’étranger étaient autant séduit par la CAQ (7 % des électeurs) que par le PLQ (7 % aussi), et ce, malgré la volonté de François Legault de baisser les seuils d’immigration et de créer un test de valeurs.
Une nuance mérite toutefois d'être mentionnée. Prenons le profil des répondants, en fonction de la langue maternelle.
C’est quand même le Parti libéral qui récoltait le plus d’intentions de vote auprès des anglophones et autres communautés linguistiques (12 % des électeurs).
Mais la dominance de la CAQ auprès des francophones (33 % des électeurs) ne laissait aucune chance aux autres formations.
La Coalition avenir Québec a aussi séduit les électeurs de toutes les catégories de revenus.
Seuls les répondants dont le revenu du ménage était supérieur à 150 000 $ semblaient plus hésitants entre la CAQ (8 % des électeurs) et le PLQ (7 %).
Puisque les revenus et l’éducation sont fortement corrélés, on constate la même tendance avec le niveau de scolarité.
La CAQ était imbattable auprès des répondants ayant une éducation de niveau secondaire ou collégial.
Mais les intentions de vote étaient plus partagées pour les universitaires, le PLQ (11 % des électeurs) ayant même une légère avance sur la CAQ (10 %).
Et pour finir, on constate des différences en fonction du genre.
La CAQ et le PLQ attiraient davantage les hommes.
Alors que QS a convaincu davantage de femmes.
Méthodologie
Toutes les données ont été obtenues auprès de Vox Pop Labs, une organisation indépendante et non partisane basée à Toronto, qui collige et analyse des données électorales.
Données sur le comportement
Les informations sur le comportement des électeurs proviennent d’un panel de 8223 répondants. Les réponses ont été colligées entre le 10 et le 25 octobre, puis pondérées pour être représentatives de la population québécoise. Aux fins de comparaison, un échantillon probabiliste de 8223 répondants aurait une marge d'erreur de 1,1 point de pourcentage 19 fois sur 20.
Intentions de vote
Les intentions de vote en fonction du profil sociodémographique des électeurs proviennent de la Boussole électorale. Ce sont les informations de 220 853 répondants, qui ont rempli le questionnaire du 23 août au 1er octobre. Les réponses ont été pondérées pour être représentatives de la population québécoise.
Naël Shiab journaliste de données, Santiago Salcido designer et Éric Larouche chef de pupitre
Publicité