•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Image : Amanda Hansen fait un coeur avec ses mains devant son visage.

En nous forçant à maintenir de la distance les uns avec les autres, la pandémie de la COVID-19 a bouleversé nos repères sociaux. Des gestes qui nous semblaient anodins comme se serrer la main, se faire la bise ou prendre ses enfants ou ses petits-enfants dans ses bras sont devenus des facteurs de risque de transmission de la maladie. Certains font preuve de créativité pour rester solidaires, maintenir le sens de la communauté et briser l'isolement tout en protégeant les autres. À la veille des premières mesures de déconfinement, nous vous proposons, dans ce photoreportage, de partir à la rencontre de personnes confinées et connectées.

réalisateur et photos  : Alexandre Lamic | édimestre : Mylène Briand | réalisatrice numérique : Marylène Têtu

Trois hommes jouent de la guitare ensemble, dans un parc, en respectant les règles de distanciation sociales.
Image : Trois hommes jouent de la guitare ensemble, dans un parc, en respectant les règles de distanciation sociales.
Photo: Wayne Kaulbach, James Kusan et Josh Berson jouent de la guitare ensemble en respectant les règles de distanciation sociales.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Josh, James & Wayne

Josh Berson, James Kusan et Wayne Kaulbach enfilaient leurs patins tous les mardis avant la crise de la COVID-19. Après quelques semaines de confinement, ces trois amateurs de hockey ont choisi de briser l’isolement en se donnant un nouveau rendez-vous hebdomadaire, mais cette fois-ci pour jouer de la musique.

Rapidement, les airs de guitare des trois amis au parc Trout Lake de Vancouver ont attiré des curieux.

Une mère et son fils écoutent des gens jouer de la guitare dans un parc de Vancouver.
Image : Une mère et son fils écoutent des gens jouer de la guitare dans un parc de Vancouver.
Photo: Jennifer Metcalfe et son fils écoutent Josh, James et Wayne jouer de la guitare au parc Trout Lake de Vancouver.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

La première fois que je les ai entendus, j'étais vraiment contente de voir des gens jouer de la musique et j'étais encore plus contente de savoir qu’ils seraient là chaque semaine.

Jennifer Metcalfe

Jennifer Metcalfe a rencontré le trio de musiciens lors d’une balade. Sous le charme, elle organise maintenant son emploi du temps pour pouvoir être présente avec son fils chaque semaine.

Un rendez-vous qui lui permet, dit-elle, de penser à autre chose et de s'évader l’espace d’un instant.

Jennifer Metcalfe et son fils écoutent Josh, James et Wayne jouer de la guitare au parc Trout Lake de Vancouver.
Image : Jennifer Metcalfe et son fils écoutent Josh, James et Wayne jouer de la guitare au parc Trout Lake de Vancouver.
Photo: Jennifer Metcalfe et son fils écoutent Josh, James et Wayne jouer de la guitare au parc Trout Lake de Vancouver.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

C’est une période stressante pour tout le monde, entre le travail, l'école à la maison et toutes les autres préoccupations, c’est un cadeau de pouvoir vivre de beaux moments de partage comme celui-ci et d’oublier un peu le reste, affirme la mère de famille qui se dit heureuse d’habiter dans le quartier et de faire de partie de cette communauté.

Melissa Rodriguez et ses deux enfants Tessa et Audrey lors d'une marche au parc Trout Lake de Vancouver.
Image : Melissa Rodriguez et ses deux enfants Tessa et Audrey lors d'une marche au parc Trout Lake de Vancouver.
Photo: Melissa Rodriguez et ses deux enfants Tessa et Audrey lors d'une marche au parc Trout Lake de Vancouver.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Melissa Rodrigues et ses deux filles, Tessa et Audrey, ont aussi découvert les musiciens amateurs alors qu'elles faisaient une marche.

Avec les enfants, c’est important d’avoir une routine. Venir écouter Josh, James et Wayne jouer de la musique chaque semaine fait maintenant partie de notre routine.

Une des choses qui me manquent, à part de pouvoir prendre mes amis dans mes bras, c’est la musique live. Je suis vraiment très heureuse de pouvoir y avoir accès.

Melissa Rodrigues
Trois hommes jouent de la guitare ensemble en respectant les règles de distanciation sociales dans un parc.
Image : Trois hommes jouent de la guitare ensemble en respectant les règles de distanciation sociales dans un parc.
Photo: Wayne Kaulbach, James Kusan et Josh Berson jouent de la guitare ensemble en respectant les règles de distanciation sociales.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Josh, James et Wayne ne pensaient pas que leurs rencontres musicales seraient aussi appréciées. Après chaque chanson, ils peuvent entendre des applaudissements et des cris d’encouragement venant de divers parties du parc.

La musique est une aide précieuse pour traverser cette période, tant pour ceux qui la font que pour ceux qui l'écoutent.

Josh Berson



Josh Berson pendant une session musical au parc Trout Lake.
Image : Josh Berson pendant une session musical au parc Trout Lake.
Photo: Josh Berson pendant une session musical au parc Trout Lake.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Nous vivons une période de contrastes extrêmes, remarque Josh Berson. D’un côté, il y a la maladie et la mort, et de l’autre, un partage et une entraide phénoménaux.

Nous avons commencé pour nous, nous continuons pour les autres.

Josh Berson
Un homme accorde sa guitare dans un parc.
Image : Un homme accorde sa guitare dans un parc.
Photo: Wayne Kaulbach accorde sa guitare.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Nous vivons une période qui nous oblige à ralentir et à apprécier des choses simples et essentielles, affirme Wayne Kaulbach.

C’est incroyable de voir à quel point les gens sont sympathiques et reconnaissants en ce moment.

Wayne Kaulbach
Un homme joue de la guitare au parc Trout Lake de Vancouver.
Image : Un homme joue de la guitare au parc Trout Lake de Vancouver.
Photo: James Kusan en train de jouer de la musique au parc Trout Lake de Vancouver.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Les gens ont besoin des gens, estime James Kusan. Cette situation de distanciation sociale est particulièrement difficile, car elle va à l’encontre de notre nature profonde, Les êtres humains aiment se retrouver et avoir des échanges.

J’ai besoin de ces moments-là. Jouer de la musique avec mes amis me procure tellement de bonheur que ca doit renforcer mon système immunitaire!

James Kusan
Un couple est assis face à face, chacun a un ordinateur portable ouvert.
Image : Un couple est assis face à face, chacun a un ordinateur portable ouvert.
Photo: Scott et Tina lors d'un jeu de meurtre et mystère avec des amis.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Scott Hinde et Tina D'Amelio

Confinés à la maison avec leurs enfants de 15 et 20 ans, Scott et Tina cherchaient une activité divertissante à faire avec des amis par visioconférence. Scott pensait créer un groupe de lecture de pièces de théâtre, mais il s'est rallié à l’idée de Tina d’organiser un jeu de rôles de type Meurtre et mystère.

Un ordinateur portable est ouvert avec, en visioconférence, les participants aux jeux de meurtre et mystère.
Image : Un ordinateur portable est ouvert avec, en visioconférence, les participants aux jeux de meurtre et mystère.
Photo: Les participants aux jeux de meurtre et mystère de Scott et Tina.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Après avoir étudié quelques scénarios, le couple a choisi une histoire se déroulant dans les années 1960. Les participants ont revêtu les costumes d’époque de leurs personnages et créé une ambiance en accord avec l'intrigue.

Scott Hinde et Tina d'Amelio.
Image : Scott Hinde et Tina d'Amelio.
Photo: Scott Hinde et Tina d'Amelio.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Scott et Tina ont une vie sociale active. Le couple de Port Moody ne manque pas d'idées pour créer des groupes en ligne : jeux de société, poker, groupe de discussion, visionnage de film en groupe virtuel, etc.

Scott Hinde.
Image : Scott Hinde.
Photo: Scott Hinde.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

J’ai toujours cru être un solitaire qui n'avait pas vraiment besoin des autres. Je me rends compte aujourd’hui de l’importance des interactions que l’on a dans une journée. Tout le monde a besoin de parler avec d'autres et d’avoir d’autres perspectives.

Scott Hinde



Tina d'Amelio.
Image : Tina d'Amelio.
Photo: Tina d'Amelio.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Nous avons de la chance d'être en isolement en famille, de pouvoir nous prendre dans les bras les uns les autres. Je pense beaucoup à ceux qui doivent vivre cette période en étant seuls.

Tina D’Amelio

Si on pense aux meilleurs moments de sa vie, ces moments sont magiques parce que d’autres personnes en font partie, ajoute Tina, qui a perdu son père pendant la pandémie et n’a pu se rendre en Ontario auprès de sa famille et vivre son deuil comme elle l’aurait voulu.

Linda Arkelian tient sa fille Joylyn Secunda dans ses bras.
Image : Linda Arkelian tient sa fille Joylyn Secunda dans ses bras.
Photo: Joylyn Secunda et Linda Arkelian.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Joylyn Secunda et Linda Arkelian

Lorsque la pandémie a commencé, l’instructrice de yoga Joylyn et sa mère, Linda, qui enseigne le ballet, se sont demandé comment elles pourraient contribuer au bien-être de leur communauté.

Joylyn Secunda et Linda Arkelian se pratiquent au ballet dans leur jardin.
Image : Joylyn Secunda et Linda Arkelian se pratiquent au ballet dans leur jardin.
Photo: Joylyn Secunda et Linda Arkelian se pratiquent au ballet.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Les deux habitantes de Coquitlam ont opté pour des classes gratuites en ligne. Alors que Linda offre des classes de ballet en direct sur Facebook et de mouvement créatif pour les personnes âgées sur Zoom, Joylyn anime des séances de yoga sur la page Facebook UBC yoga club tout en aidant sa mère.

Chargement de l’image
Image : Joylyn Secunda sourit à la caméra.
Photo: Joylyn Secunda.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Je pense que les contacts humains nous apportent un sentiment d'équilibre, et ça fait partie de la nature humaine de rechercher ces connexions.

Joylyn Secunda
Chargement de l’image
Image : Linda Arkelian sourit à la caméra.
Photo: Linda Arkelian.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Présentement, nous avons toutes ces occasions de comprendre que nous ne sommes pas seuls.

Linda Arkelian

Rapidement, la communauté s’est agrandie, de nouveaux élèves du monde entier ont rejoint le groupe et assistent aux cours de ballet. Le dernier cours en ligne réunissait plus de 1700 personnes.

Chargement de l’image
Image : Alexander Melendez sourit à la caméra.
Photo: Alexander Melendez.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Alexander Melendez suit les cours de ballet de Linda depuis 2010, une activité qui contribue à son bonheur.

La danse est une thérapie pour moi, et j’attends toujours les cours de Linda avec impatience.

Alexander Melendez
Chargement de l’image
Image : De nombreuses personnes dans la rue de la coopérative d'habitation écoutent d'un groupe de musique, en respectant la distanciation sociale.
Photo: Les residents de Misty Ridge brisent l'isolement lors d'une soirée.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Coopérative d'habitation Misty Ridge

Il y a quelques semaines, Abel Hansen, résident de la coopérative d’habitation Misty Ridge, à Burnaby, a convié d’autres résidents à souper devant leur maison afin de briser l’isolement.

Chargement de l’image
Image : Amanda Hansen et deux de ses enfants.
Photo: Amanda Hansen et deux de ses enfants.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

J’ai grandi à Misty Ridge et, maintenant, j'y élève mes trois enfants. C’est formidable de faire partie d’une communauté comme celle-là. On ne se sent jamais vraiment seul.

Amanda Hansen
Chargement de l’image
Image : Patricia Foran et sa fille Isla souris à la caméra lors d'un événement.
Photo: Patricia Foran et sa fille Isla.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Je veux montrer à ma fille que c’est important de prendre soin des plus vulnérables dans une communauté.

Patricia Foran

Quand on se rassemble, ça nous donne un peu de chaleur, et on se rappelle qu’on peut tout vaincre ensemble.

Chargement de l’image
Image : La jeune Isla Tymchak devant un musicien.
Photo: Isla Tymchak.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

C’est difficile pour moi de garder de la distance avec mes amis quand nous jouons ensemble.

Isla Tymchak
Chargement de l’image
Image : Deux jeunes femmes munies de masques et de gants servent les pizzas aux résidents de Misty Ridge.
Photo: Soirée pizza à la coopérative d'habitation Misty Ridge.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Lors de leurs repas communautaires, les résidents de Misty Ridge commandent souvent des pizzas dans un restaurant proche de la coopérative.

Chargement de l’image
Image : Zakir Somani pose fièrement devant les pizzas qu'il a amenées.
Photo: Zakir Somani.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Ce jour-là, Zakir Somani, propriétaire du restaurant Canadian Pizza Plus, a offert les pizzas gratuitement.

Nous sommes un commerce local et indépendant. Cette communauté nous soutient depuis des années, alors j’ai profité de cette occasion pour lui dire merci.

Zakir Somani
Chargement de l’image
Image : Des résidents de la coopérative d'habitation Misty ridge boivent un verre devant chez eux pendant un événement.
Photo: Des résidents de la coopérative d'habitation Misty ridge.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Il faut être vigilant quand on se retrouve (entre amis ou voisins). C’est vrai qu'après quelques verres on a tendance à oublier la distanciation physique, reconnaît Amanda Hansen.

Chargement de l’image
Image : Un jeune garçon fait un coeur avec ses mains devant son visage.
Photo: Marcedro Hansen.  Crédit: Radio-Canada / Alexandre Lamic

Avec l’arrivée progressive du déconfinement, plusieurs des personnes interrogées désirent que la pandémie nous rappelle l’importance de l’entraide, du partage et à quel point le sens de la communauté peut nous aider à traverser des épreuves.

Partager la page