•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Image : Des dessins d'enfants avec des crayons et des accessoires de bricolage.

Depuis le 13 mars, le coronavirus bouleverse la vie des enfants qui ne peuvent plus aller à l'école ni voir leurs amis. Ils ont dessiné ce que représente, pour eux, la pandémie.

Photo d'en-tête : Manon R. Guérin

Image : Le coronavirus dessiné par Victoria Savard

Victoria Savard a choisi des couleurs gaies pour illustrer le coronavirus. Quoi qu’il en soit, elle ressent bien la gravité de la situation.

C'est comme une belle fleur quand on la regarde, mais elle fait mal et peur aux gens.

Victoria Savard, 6 ans, Saguenay (arrondissement de La Baie)
Image : Un pot contenant des virus et une main qui s'en approche.

Victor Bouliane a bien compris pourquoi les autorités misent autant sur le lavage des mains.

Quelqu'un a ouvert le pot de virus et il en est sorti un, explique le garçon de 6 ans de l’arrondissement de Jonquière. Ses amis sont tristes parce qu'ils ne peuvent plus jouer avec lui.

Victor ajoute que c’est en se lavant les mains qu’on parviendra à effacer tous les virus sortis du pot.

Image : Des virus de différentes couleurs.

Ce sont des boules de coronavirus. Je les ai dessinées comme ça parce que j’en ai vues... Ben, pas en vrai là, mais à la télé dans les réunions du premier ministre Legault et du Docteur Arruda. J’ai fait des petits pics, des petites branches aux boules de coronavirus.

Louis Lafrance Plamondon, 5 ans
Image : Une femme à l'air méchant et toute en vert.

Juliette Larouche de Saint-Gédéon dessine des personnages depuis plus d’un an. C’est ce qui l’a inspirée pour illustrer le coronavirus.

J'ai dessiné le personnage d’une fille forte, une tueuse de la couleur du virus, explique la jeune fille de 13 ans.

Image : Isaac Barbeau montre le dessin qu'il a fait.

Le virus est dangereux et on peut en mourir parce qu'il enlève notre souffle, décrit pour sa part Isaac Barbeau, 9 ans, de Laterrière.

Image : Le dessin de virus.

C'est un rassemblement de virus (gastro, méningite, scarlatine, grippe) et leur chef, le coronavirus. C'est le plus gros et le plus mortel, raconte Maëlly Bouliane au sujet de son dessin.

La jeune fille de 8 ans croit malgré tout qu’on parviendra à combattre le virus en restant calme.

Image : Quatre mains posées sur un bocal où l'on voit un virus à l'intérieur.

J’ai fait ce dessin pour représenter toutes les personnes qui mettent en danger leur vie pour sauver la nôtre de ce virus.

Jade Brisson, 15 ans, Saguenay (arrondissement de La Baie)

Jade pense ici aux médecins, aux militaires, aux chercheurs qui tentent de trouver un remède et même aux politiciens qui prennent les décisions pour éviter la propagation. C’est grâce à eux que ce virus se propage moins rapidement et que les taux de mortalité sont moins élevés qu’ailleurs, puisqu’ils ont réagi immédiatement après son arrivée, reconnaît l’adolescente.

Image : Des gens toussent et le virus se propage, obligeant les gens à s'isoler.

Florence Langlais de Roberval regrette de ne pouvoir sortir en raison de la pandémie de coronavirus.

C’est une épidémie très contagieuse qui nous force à être en confinement dans notre maison et loin de nos ami(e)s, illustre la jeune fille de 11 ans.

Image : Un monstre vert et des personnes infectées par le coronavirus.

Charlotte Larouche d’Alma imagine le coronavirus comme un gros monstre qui attaque. Les personnes en vert sont infectées. Les personnes en rouge représentent le personnel soignant. Certains ont été infectés. En bleu, c'est la population en général. Les gens ont peur. Ils s'isolent, précise la jeune fille de 10 ans.

Image : Un gros monstre vert s'approche d'une maison. Un arc-en-ciel apparaît.

Le dessin d’Adèle Gagnon, 6 ans, représente le coronavirus comme un grand monstre qui envahit les maisons. Plus il s’approche, plus les gens sont malades. L’arc-en-ciel représente la barrière contre le virus exprimant que ça va bien aller!

Image : Un monstre comme un virus.

Clara Corbin, 12 ans, voit le coronavirus comme un monstre. Elle l’a dessiné dans un environnement agrandi, entouré de vrais COVID-19.

Image : Un dessin ressemblant à un poisson aux couleurs de l'arc-en-ciel.

Le dessin de la fin revient à Aliss St-Pierre, 11 ans, de Mashteuiatsh qui nous invite à garder espoir : Tshika-milupalin! Ça va bien aller!

Partager la page