•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
 Un vieil homme passe sur un vélo.
Radio-Canada / Ivanoh Demers
Envoyés spéciaux

IRPIN, Ukraine - ville martyre. Ville héroïque aussi. Car si l’avancée russe vers Kiev a pu être stoppée à la fin mars 2022, c’est grâce à son sacrifice. Aujourd’hui libérée de l’envahisseur russe, la ville garde un air fantomatique, la douleur n’est jamais loin. Un photoreportage de nos envoyés spéciaux, Ivanoh Demers et Sylvain Desjardins.

 Le pont d'Irpin.
Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le pont d’Irpin, amas tordu de béton et d’acier, se dresse comme un mausolée aux abords de la ville. Sa destruction par l’armée ukrainienne a scellé l’échec russe. Ils ne passeront pas! Ils ne sont pas passés.

Un drapeau ukrainien dans un bâtiment en ruines.
Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les furieux bombardements de l’armée russe sur Irpin ont semé la désolation et ont contraint à la fuite des milliers de ses habitants. On ne compte plus les habitations en ruine.

 Un marché à Irpin.
Radio-Canada / Ivanoh Demers

La vie, encore discrète, y apparaît parfois avec éloquence. En témoigne ce comptoir où l’on vend du poisson, mais surtout différents produits du cochon.

Des tours pulvérisées vues d'une carcasse de voiture.
Radio-Canada / Ivanoh Demers

Irpin n’en a plus l’air, mais elle était, avant l’invasion, une paisible banlieue lointaine de Kiev nichée dans un bois de pins, garnie de maisons et de tours parfois luxueuses.

 Un homme attend l'autobus à Irpin.
Radio-Canada / Ivanoh Demers

Cet homme qui attend l’autobus est un autre de ces signes clairs que la vie reprend à l’ombre des ruines.

 La campagne d'Irpin.
Radio-Canada / Ivanoh Demers

Iprin, la ville, a souffert de l’invasion, de bombardements intensifs, mais son arrière-pays rural aussi.

 Un homme en Ukraine répare sa maison détruite par les Russes.
Radio-Canada / Ivanoh Demers

Alors on répare, comme on peut, avec les moyens du bord.

  Les ruines du centre d'achats de Boutcha.
Radio-Canada / Ivanoh Demers

Non loin, à Boutcha, tombée avant Irpin, et reprise comme elle par les forces ukrainiennes fin mars, début avril, l’artillerie russe a aussi fait des dégâts. Cet amas est tout ce qui reste d’un immense centre commercial.

 Le cimetière militaire de Boutcha.
Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le cimetière de la ville a, depuis la guerre, une vaste section militaire. Les tombes sont garnies de fleurs de plastique – plus robustes face aux éléments – et de drapeaux qui flottent au vent.

 Un enfant sur la carcasse d'un tank russe.
Radio-Canada / Ivanoh Demers

Sur la route de Boutcha, une demi-douzaine de carcasses de tanks russes, monstres désormais édentés qui ne font plus peur, même aux enfants.

Le pont neuf d'Irpin en construction.
Radio-Canada / Ivanoh Demers

Lentement, la région se reconstruit. Aux côtés du vieux pont héroïque d’Irpin se dresse le squelette du pont à venir, exemple du désir tenace de ses habitants d’un retour à la vie normale.

 Une mère et ses enfants de retour de l'église.
Radio-Canada / Ivanoh Demers

Partager la page