•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Édith Piaf chante avec une main devant elle.
Radio-Canada / Henri Paul

Depuis l’avènement de la télévision, Radio-Canada a fait la part belle à la chanson française dans sa programmation. Grâce à notre collection de photos d’archives, embarquez dans le tour de chant des plus grands noms de l’Hexagone qui ont visité nos studios.

TEXTE : SOPHIE CARON | RECHERCHE D'ARCHIVES : SYLVIE COURNOYER PHOTOS : JEAN-PIERRE KARSENTY, FRANCIS J. MENTEN, HENRI PAUL, ANDRÉ LE COZ

Yves Montand debout sur scène.
Radio-Canada / Henri Paul

En janvier 1957, Édith Piaf débarque à Montréal pour chanter au El Morocco, un des cabarets les plus courus de la métropole.

La môme en est alors à sa deuxième visite au Québec. Elle est reçue le 20 janvier 1957 à l’émission Variétés. En récital, accompagnée de l’orchestre Art Morrow, l’interprète chante quatre de ses grands succès : L’hymne à l’amour, La fête continue, C’est à Hambourg et L’homme à la moto.

Ses interprétations passionnées séduisent. Ses mains de tragédienne sont tendues vers le public. On a vraiment l’impression en l’écoutant que, pour la moindre de ses chansons, chaque fois, il y va de la vie. (Le Canadien, 16 janvier 1957)

Deux ans plus tard, le 13 décembre 1959, à l’émission Music-Hall, c’est au tour de son protégé Yves Montand de se produire pour la première fois devant le public canadien. Il interprète environ une quinzaine de chansons au cours de l’émission, qui est prolongée d’une demi-heure pour l’occasion.

L’élégant chanteur à la voix de velours affiche toujours une allure décontractée sur scène. Ses 6 pieds 1 pouce ne l’empêchent pas d’y aller de quelques pas de danse. Son tour de chant donné au Théâtre St-Denis durant ce séjour suscite également d’élogieuses critiques.

Que ce soit au temps des cerises ou à celui des feuilles mortes, Yves Montand reviendra souvent au cours de sa longue carrière ravir le cœur de son public québécois.

Jacques Brel chante en jouant de la guitare.
Radio-Canada / André Le Coz

Le 11 mars 1961, le chanteur Jacques Brel arrive à l’aéroport de Dorval en compagnie de l’humoriste Raymond Devos. Les deux artistes sont attendus à la Comédie-canadienne pour Music-Hall 61.

La prestation de Brel est diffusée à l’émission Music-Hall le 12 mars 1961. Les téléspectateurs ont droit entre autres aux chansons à succès Les Flamandes, La valse à mille temps et Ne me quitte pas.

Artiste anticonformiste et authentique, Jacques Brel chante la tendresse, l’amour et l’amitié. Il s’attaque également au confort bourgeois et à la bêtise dans plusieurs de ses chansons.

En 1967, alors qu’il est au sommet de sa popularité, il décide d’abandonner les tours de chant pour se consacrer davantage au cinéma. Il n’oubliera pas le Québec lors de sa tournée d’adieux, où il visitera les villes de Montréal, de Québec et de Chicoutimi.

Charles Aznavour derrière un micro sur pied.
Radio-Canada / André Le Coz

Lancé par Édith Piaf, le chanteur et comédien Charles Aznavour vivra une longue histoire d’amour avec le Québec, qu’il a visité à de nombreuses reprises au cours de sa carrière.

C’est le plus québécois des chanteurs français, disait de lui Robert Charlebois. Charles Aznavour est un habitué de Montréal, où il débute au cabaret du Faisan Doré en duo avec Pierre Roche dès 1948.

Notre photo le montre en spectacle en avril 1963, alors qu’il chante à la Comédie-canadienne entre un récital au Carnegie Hall de New York et un autre prévu la semaine suivante à Beyrouth. Le spectacle, qui comprend 18 chansons, sera diffusé le 2 mai 1963.

Le regard songeur, le poing serré, il parvient à nous faire ressentir la nostalgie de ses 20 ans et les amours déçues comme il savait si admirablement les chanter.

Gilbert Bécaud chante sur scène, un micro à la main.
Radio-Canada / Francis J Menten

Le 15 janvier 1967 est diffusé aux Beaux Dimanches un concert du chanteur Gilbert Bécaud enregistré à la Comédie-canadienne quelques jours plus tôt.

Gilbert Bécaud y chante 23 de ses compositions, dont les très appréciées Nathalie, L’orange et Et maintenant.

Celui que l’on surnomme Monsieur 100 000 volts en raison de sa grande énergie donnera également des récitals à Québec (au Palais Montcalm et au Capitole), ainsi qu’ à Ottawa durant son séjour au Canada.

Visage expressif, voix éraillée et sens du rythme endiablé, tel apparaît sur scène le chanteur à l’éternelle cravate à pois qui excellait dans la chanson fantaisiste.

Au Québec, Gilbert Bécaud se liera d’amitié avec le violoniste Paul Cormier, alias Monsieur Pointu, qu’il amènera avec lui en tournée à partir de 1970 pour interpréter la chanson La vente aux enchères, un autre grand succès de son répertoire.

Barbara chante, micro à la main.
Radio-Canada / André Le Coz

Le 8 septembre 1968, l’émission Zoom, animée par Jacques Boulanger, ouvre sa saison avec Barbara. La dame brune en est alors à sa troisième escale au Canada.

Debout devant son piano, Barbara fixe de ses yeux de chat tantôt le vide, tantôt la caméra. L’auteure-compositrice-interprète et pianiste à la voix claire chantera à Zoom deux de ses plus importantes pièces : La petite cantate et Ma plus belle histoire d’amour.

Lors de ce passage à l’automne 1968, elle s’arrêtera pour donner des concerts à Sherbrooke, Ottawa, Montréal, Québec et Victoriaville.

Barbara a chanté durant près de 15 ans dans les boîtes parisiennes de la rive gauche les chansons de Brassens, de Ferré et de Brel avant de choisir de se raconter. Ses morceaux renferment tous une histoire qui permet de connaître ses joies et ses tragédies.

Gros plan du visage de Françoise Hardy.
Radio-Canada / André Le Coz

Les 3 et 4 mai 1969, Françoise Hardy participe aux émissions de variétés Zoom et Les couche-tard.

Une grande jeune fille solitaire et mystérieuse : c’est ainsi que la presse décrit la chanteuse française à la voix douce comme un chuchotement.

Invitée sur le plateau des Couche-tard, elle confie que sa grande timidité n’est pas un obstacle à sa carrière.

Françoise Hardy chantera à la télévision ses plus grands succès tels que Comment te dire adieu, Ma maison, Des ronds dans l’eau et, bien entendu, Tous les garçons et les filles. Cette chanson l’a rendue célèbre durant l’intermède télévisé du référendum au suffrage universel du président de la République en 1962.

Lors de son séjour à Montréal, elle visitera La Ronde avant même l’ouverture de la saison 1969. Françoise Hardy aura ainsi droit à son premier tour de manège.

Jean Ferrat qui chante avec un micro.
Radio-Canada / Francis J Menten

Jean Ferrat, le chanteur à la fois tendre et engagé, participe à l’émission Zoom le 19 avril 1970. Il est venu de France accompagné de la chanteuse Isabelle Aubret qui assure sa première partie lors de sa tournée de spectacles.

Dans ce tour de chant, l’auteur-compositeur-interprète chante encore l’amour, la tendresse et la beauté de la vie, mais il chante aussi le guérillero et l'invasion de la Tchécoslovaquie de 1968.

Ferrat interprète des titres comme On ne voit pas le temps passer, Ma France et Potemkine.

Considéré comme l'un des plus grands chanteurs français, Jean Ferrat abandonne les tours de chant au début des années 1970 et décide d'aller vivre en Ardèche, où il possède une ferme.

Il reviendra cependant pour une tournée au Québec en 1995, un véritable privilège pour le public québécois, puisque le célèbre chanteur à la moustache n’est jamais retourné à la scène en France après 1973.

Mireille Mathieu chante un micro à la main.
Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

Véritable phénomène de la chanson, la chanteuse Mireille Mathieu a enregistré en carrière près de 1200 chansons, qu’elle a interprétées en plusieurs langues. Son succès est planétaire et ses disques se sont vendus par millions.

Notre photo nous la montre le 14 février 1975, alors que la sage interprète est invitée à chanter au Gala du plus bel homme du Canada présenté à l’émission Appelez-moi Lise.

Durant ce séjour au Québec, elle participe à de nombreuses émissions et chante également à la Place des Arts de Montréal, ainsi qu'à Granby, Sherbrooke et Drummondville. Parmi les chansons les plus connues de son répertoire figurent La dernière valse, La Paloma, Acropolis adieu, Santa Maria de la mer et Une femme amoureuse.

Serge Reggiani qui chante debout sur scène derrière un micro sur pied.
Radio-Canada / Francis J Menten

Serge Reggiani nous rend visite en avril 1976 en compagnie de son fils, Stéphan Reggiani, avec lequel il amorce une tournée en 1975.

Après un triomphe au théâtre Bobino, ils arrivent au Québec pour une tournée en duo où chacun chante sa partie. Reggiani en récital est diffusé dans le cadre des Beaux Dimanches le 18 avril 1976. Les téléspectateurs peuvent y entendre entre autres les succès : L'hôtel des voyageurs, Sarah, Le pont Mirabeau, Il suffirait de presque rien, Le souffleur et l’Italien.

Les yeux tristes, les bras en croix, le geste large, c’est de cette façon que Reggiani rejoint son public. La longue expérience au théâtre et au cinéma de Serge Reggiani est sûrement pour quelque chose dans la facilité qu'il a d'émouvoir les personnes venues l’entendre. Serge Reggiani est devenu chanteur à l’âge de 43 ans.

Militant pour la paix et ayant repris des titres comme Le déserteur de Boris Vian, Serge Reggiani savait faire passer son public du rire aux larmes, de la chanson romantique à la chanson grave et engagée.

Il a visité le Québec à de nombreuses reprises jusqu’à la toute fin de sa vie. Il a donné une prestation sur la scène de la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts dans le cadre des Francofolies de Montréal en août 2003 à 82 ans. Il s’est éteint l’année suivante, le 23 juillet 2004.

Jeanne Moreau qui chante sur scène en tenant un micro.
Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

L’actrice Jeanne Moreau a joué dans plus de 130 films, dont Ascenseur pour l'échafaud, Les amants, Moderato cantabile, Jules et Jim, Eva et Le journal d'une femme de chambre.

Sa carrière en tant que chanteuse démarre avec deux albums originaux en 1963 et 1967. Elle remporte le Grand prix international du disque Charles Cros en 1964.

Sur notre photo, elle participe à l’émission Superstar le 7 octobre 1984.

Les titres joyeux Le tourbillon de la vie (1962), tiré de la trame sonore du film Jules et Jim et J’ai la mémoire qui flanche (1963) sont des chansons qui font partie des ritournelles de la chanson française que l’on fredonne encore aujourd’hui.

Partager la page