•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Murale sur un store d'un magasin de thé de Chinatown à Vancouver, à droite la rue est présente, mais pas nette.
Radio-Canada / Justine Beaulieu-Poudrier

La revitalisation du quartier chinois de Vancouver passe-t-elle par les arts?

Texte et photos : Justine Beaulieu-Poudrier

Rue de chinatown à Vancouver avec une devanture de magasin et devant une voiture rétro blanche.
Radio-Canada / Justine Beaulieu-Poudrier

Figurant parmi les plus grands et les plus anciens d’Amérique du Nord, le quartier chinois de Vancouver est, depuis 1885, le théâtre d’un volet majeur de l’histoire des Sino-Canadiens, marquée par un long parcours de lutte contre le racisme.

En ce Mois du patrimoine asiatique au Canada, qu’advient-il de ce quartier aux cultures et aux traditions uniques, reconnu comme lieu historique national il y a 10 ans?

Devanture d'une épicerie dans le quartier de Chinatown à Vancouver avec de nombreux produits alimentaires.
Radio-Canada / Justine Beaulieu-Poudrier

Une simple promenade dans le quadrilatère bordé des rues Carrall, Pender, Georgia et de l’avenue Gore, à l’est du centre-ville de Vancouver, révèle tous les contrastes du quartier.

Riche de sa culture et de son histoire, le quartier chinois est aujourd’hui le carrefour des défis auxquels la ville doit faire face. Au milieu des couleurs vives, des odeurs singulières et des ornements chinois, une communauté tente de subsister.

Rue de Chinatown à Vancouver avec une fresque peinte sur les volets d'un magasin.
Radio-Canada / Justine Beaulieu-Poudrier

À l’intersection des rues Main et Pender, une nouvelle murale redonne des couleurs au quartier. La fresque, réalisée par l’artiste Seeroro, alias Carolyn Wong, est la première oeuvre d’une nouvelle initiative intitulée Chinatown Mural Project, née d’une collaboration entre la Chinatown Business Improvement Association (BIA) et le Festival mural de Vancouver.

Son dévoilement marque le début du Mois du patrimoine asiatique et s’inscrit dans un mouvement d’amélioration du quartier, aux prises avec un problème de vandalisme grandissant, une hausse des crimes haineux et une économie chancelante depuis le début de la pandémie.

Rue de Chinatown avec une fresque peinte sur les stores d'un magasin et un passant et ses deux chiens.
Radio-Canada / Justine Beaulieu-Poudrier

Henry Huang, le propriétaire du magasin de thé Ten Ren’s Tea depuis son ouverture, en 1986, avait un souhait : J’ai discuté avec les responsables du programme de la BIA et je leur ai dit que je voulais quelque chose de positif, de joyeux, pour rendre hommage à la vie dans Chinatown.

Les volets de son magasin se sont ainsi transformés en véritable canevas, afin d’accueillir l'œuvre symbolique aux couleurs éclatantes.

« Cela n’a pas été fait pour attirer les gens dans notre magasin. […] La murale est là pour faire l’éloge du quartier chinois. C’est ce qu’il y a de plus important. »

— Une citation de  Henry Huang, propriétaire du salon de thé Ten Ren’s Tea
Quartier de Chinatown avec Vancouver en fond.
Radio-Canada / Justine Beaulieu-Poudrier

Pris en étau dans la reconfiguration de l’espace public vancouvérois, le quartier chinois oscille entre embourgeoisement et pauvreté.

À l’ouest se dresse l’imposant centre-ville de Vancouver, avec ses gratte-ciel, ses richesses et sa modernité.

Au nord se trouve le Downtown Eastside, le quartier le plus pauvre du pays, un épicentre de la crise des opioïdes, des problèmes de consommation, d’itinérance, de santé mentale et de criminalité.

Grille fermé par un cadenas d'un magasin du quartier de Chinatown à Vancouver avec une pancarte closed.
Radio-Canada / Justine Beaulieu-Poudrier

Autrefois témoin d’une économie prospère et d’une vie de quartier forte, le quartier chinois est aujourd’hui devenu un projet de revitalisation qui attire les promoteurs immobiliers. Cette course au développement et aux gains commerciaux manque parfois de considération pour la préservation de l’histoire et la culture du quartier.

Entre traditions et renouveau, comment se tourner vers l’avenir tout en préservant le passé?

Graffiti sur un mur de Chinatown qui dit no more graffitti in Chinatown.
Radio-Canada / Justine Beaulieu-Poudrier

Dans le quartier chinois de Vancouver, les graffitis coexistent avec l’art urbain. En avril dernier, la Ville de Vancouver a observé une hausse du nombre de graffitis depuis le début de la crise sanitaire. Certains quartiers seraient particulièrement touchés. C’est le cas du quartier chinois.

Oui, les graffitis nous inquiètent. Nous trouvons cela malheureux chaque fois que cela arrive. C’est un problème récurrent, surtout depuis la pandémie. Cela a été une période difficile pour notre quartier, confie Henry Huang, le propriétaire du salon de thé Ten Ren’s Tea.

Nous devons examiner ce problème sous un nouvel angle, en réunissant les arts visuels et la culture pour améliorer notre quartier, estime Jordan Eng, le directeur de la BIA.

Sculpture d'un lion dans le quartier de Chinatown à Vancouver.
Radio-Canada / Justine Beaulieu-Poudrier

La Ville a par ailleurs noté une hausse des actes haineux contre les Sino-Canadiens depuis le début de la pandémie. Les lions du célèbre Millennium Gate, l’arche emblématique du quartier, ont été couverts de graffitis anti-Asiatiques en lien avec la COVID-19.

« Le racisme, la xénophobie et les discours de haine n'ont pas leur place à Vancouver. La Ville est consternée par l'augmentation d’actes discriminatoires anti-Asiatiques durant la pandémie. »

— Une citation de  Ville de Vancouver
Murale peinte sur les volets d'un magasin à Chinatown représentant un boeuf, un cerf et deux grues.
Radio-Canada / Justine Beaulieu-Poudrier

L’artiste sino-canadienne Seeroro, alias Carolyn Wong, s’est inspirée de la nature pour créer la fresque murale représentant des bœufs, des cerfs, des grues et des pivoines, une interprétation personnelle de l’expression fu lu shou xi (福禄寿喜), une bénédiction traditionnelle chinoise, souvent prononcée durant des célébrations.

Fu, symbole de la chance, est représenté par le buffle. Xi, symbole du bonheur, est représenté par la pivoine. La représentation d'un cerf est un jeu de mots, le mot chinois désignant cerf ressemblant au mot lu, alors que shou est un symbole de longévité, représenté par la grue.

La palette de couleurs de l'œuvre d'art a été inspirée par les couleurs du quartier chinois, comme le rouge des lanternes traditionnelles et l'auvent vert du salon de thé Ten Ren’s Tea.

Fresque sur un volet de magasin dans Chinatown à Vancouver avec une personne qui sort par la porte grillagée.
Radio-Canada / Justine Beaulieu-Poudrier

Fière de ses origines chinoises, Carolyn Wong raconte qu'elle était d’abord nerveuse à l'idée de peindre sur place, dans le quartier chinois, mais qu’elle s’est vite sentie à l’aise.

La communauté chinoise est, honnêtement, l’une des plus généreuses et des plus gentilles, poursuit l’artiste, qui est reconnaissante du soutien qu’elle a reçu de la communauté tout au long de la réalisation du projet.

Au sujet de son œuvre, elle explique : C’est un message de positivité, de prospérité, de richesse et de longévité pour la communauté de Chinatown. C’est pour montrer qu'il y a beaucoup de choses à célébrer derrière la façade brute qu’on voit en passant.

Épicerie de Chinatown à Vancouver avec un acheteur qui regardent les produits.
Radio-Canada / Justine Beaulieu-Poudrier

Henry Huang souhaite que les gens continuent à fréquenter le quartier, malgré les problèmes actuels : Nous voulons qu’ils sachent que nous sommes encore ici, que tous les habitants de Vancouver sont les bienvenus, que les touristes sont les bienvenus, que nous sommes une communauté accueillante et que le quartier est sécuritaire.

Heureux que son magasin accueille la première œuvre de la série « Chinatown Mural Project », le commerçant espère que d’autres entreprises lui emboîteront le pas et que l’art urbain répandra ses bienfaits sur le quartier chinois.

« Cette murale, c’est un signe d’espoir. Nous souhaitons que sa présence apporte l’harmonie et la paix dans le quartier. »

— Une citation de  Henry Huang, propriétaire du salon de thé Ten Ren’s Tea

Partager la page