•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Image : Dans un studio de télévision, Yvette Pard et Francine Bordeleau, Françoise Faucher, Madeleine Gobeil et Aline Desjardins sont rassemblées autour d'une table sur laquelle reposent documents, cendrier et verres d'eau.

Diffusée de 1965 à 1982, l’émission Femme d’aujourd’hui a accompagné l’évolution de la condition féminine au pays et y a participé. À travers nos photos d’archives, découvrez des communicatrices qui ont pris part à cette importante tribune télévisuelle pour les femmes.

RECHERCHE ET RÉDACTION : ÉLODIE GAGNÉ | RECHERCHE D'ARCHIVES : SYLVIE COURNOYER

Image : Dans un studio, l'animatrice Aline Desjardins en discussion.

Aline Desjardins

Aline Desjardins est le visage le plus connu de Femme d’aujourd’hui.

Durant ses treize années à la barre de l’émission quotidienne, elle recueille le point de vue des femmes dans un espace public encore largement dominé par les hommes.

Les tables rondes qu’elle dirige avec aplomb soulèvent des réflexions et des préoccupations qui animent une société en pleine transformation.

Avec son animation tout en finesse et en intelligence, elle fait de Femme d’aujourd’hui une émission de prise de conscience et de participation.

À l’antenne de Radio-Canada, la journaliste prend ensuite la barre d’émissions aussi variées que le magazine d’information Repères, le talk-show Avis de recherche avec Gaston L’Heureux et l’émission horticole Des jardins d’aujourd’hui.

Photo : Jean-Pierre Karsenty, octobre 1973.

Image : Lizette Gervais posant légèrement de profil.

Lizette Gervais

La toute première saison de Femme d’aujourd’hui, en 1965, est animée par un duo d’animateurs  : Lizette Gervais et Yoland Guérard.

L’émission s’apparente alors davantage à un magazine à vocation domestique.

Auparavant, Lizette Gervais a participé à des émissions d’affaires publiques telles que Carrefour, Champ libre et Présent. Elle a aussi interviewé un grand nombre de personnalités féminines à l’émission Reflets.

Pendant sept ans, elle anime par la suite La vie quotidienne à la radio avec la journaliste Andréanne Lafond.

Photo : André Le Coz, 14 février 1968.

Image : Dans un studio de télévision, l'animatrice Michelle Tisseyre, souriante, est assise à un pupitre surmonté d'un micro de table à côté duquel est déposé un bouquet de fleurs.

Michelle Tisseyre

Michelle Tisseyre fait figure de pionnière à Radio-Canada.

Première femme à lire un bulletin de nouvelles sur les ondes de la radio dans les années 40, elle devient, avec l’avènement de la télévision au Canada, son animatrice la plus célèbre.

Michelle Tisseyre anime dès 1953 le tout premier talk-show au pays, Rendez-vous avec Michelle, qui tient l’antenne durant neuf années à la télévision de Radio-Canada.

De 1956 à 1960, elle est aussi à la barre de l’émission Music-Hall, le grand rendez-vous télévisuel du dimanche soir, qui offre des performances d’artistes d’ici et d’ailleurs.

Elle devient dans les années 60 le visage féminin des affaires publiques avec le magazine d’information quotidien Aujourd’hui qu’elle pilote avec Wilfrid Lemoine (notre photo).

À l’automne 1969, Michelle Tisseyre se joint à l’émission Femme d’aujourd’hui pour faire profiter l’équipe de sa grande expérience.

Elle quitte ensuite Radio-Canada pour entreprendre dans les années 70 une seconde carrière en traduction littéraire.

Photo : André Le Coz, 4 octobre 1967.

Image : Nicole Germain assise bien droite sur un fauteuil.

Nicole Germain

À la télévision de Radio-Canada, Nicole Germain a animé les émissions L’éternel féminin, Miroir d’Ève et Le temps de vivre.

Pour l’émission Femme d’aujourd’hui, elle tient une chronique mode et présente, chaque saison, les plus récentes collections des grands magasins de Montréal.

En parallèle, la journaliste est responsable des pages féminines de I'hebdomadaire Dimanche-Matin.

Photo : André Le Coz, 13 septembre 1965.

Image : Dans un studio de radio, l'animatrice Hughette Proulx, souriante, est assise à une table où reposent un cendrier et ses notes. On voit un micro suspendu près de son visage.

Hughette Proulx

Au cours de la saison 1967-1968 de Femme d’aujourd’hui, Hughette Proulx tient une chronique sur la sexualité en compagnie du docteur Frans Manouvrier.

Notre photo la montre à la barre de l’émission Une glace au soleil, qu’elle anime par la suite à la radio.

À l’ouverture de Télé-Métropole en 1961, Hughette Proulx avait pris en charge la direction des émissions féminines de la station de télévision privée. Une poste qu’elle occupera durant trois ans avant de retourner à Radio-Canada.

Photo : André Le Coz, 22 mai 1969.

Image : Michelle Lasnier, assise devant une pile de documents, pointant du doigt en souriant.

Michelle Lasnier

À Radio-Canada, c’est Michelle Lasnier qui occupe le poste de directrice du Service des émissions féminines de 1966 à 1981.

C’est sous sa gouverne que Femme d’aujourd’hui se tourne résolument vers le changement social et couvre un plus large éventail de préoccupations pour les femmes.

Michelle Lasnier souhaite également avec cette émission permettre à des femmes de talent d’accéder au monde des communications.

Au plus fort de l’émission, dans les années 70, l’équipe de Femme d’aujourd’hui compte une cinquantaine de personnes.

Après une quinzaine d’années aux émissions féminines, Michelle Lasnier devient, à l’automne 1981, la première femme à accéder au poste de directrice de l’information télévisée à Radio-Canada.

Photo : Jean-Pierre Karsenty, 5 mars 1973.

Image : Dans un studio de télévision, Minou Petrowski, assise, fixe quelque chose du regard.

Minou Petrowski

Minou Petrowski se joint à l’équipe de Femme d’aujourd’hui en 1966.

Elle travaille d’abord comme recherchiste et scriptrice pour l’émission, avant de se démarquer comme intervieweuse et de réaliser, dès 1970, ses propres reportages.

Marginale dans ses sujets comme dans sa façon d'exprimer les choses, elle apporte un éclairage neuf aux thèmes qu’elle aborde.

À la suite de ses treize années à Femme d’aujourd’hui, Minou Petrowski poursuit sa route dans des émissions culturelles telles que Les belles heures et Double expresso.

Cannes, Berlin, Toronto, elle couvre tout le circuit des festivals de cinéma internationaux et en rapporte des entrevues mémorables avec de grandes étoiles du septième art.

Photo : André Le Coz, 19 septembre 1977.

Image : France Nadeau, souriante.

France Nadeau

La journaliste France Nadeau a été de toute l’aventure de Femme d’aujourd’hui, de 1965 à 1982.

À l’origine basée à Paris, elle collabore à l'émission en offrant une chronique sur les arts et les lettres et autres actualités de la scène culturelle foisonnante de la Ville Lumière.

De retour à Montréal en 1974, elle continue à participer à l’émission à titre de reporter.

Du lesbianisme à la sexualité des personnes âgées, France Nadeau n’hésite pas à explorer des sujets plus tabous dans la société québécoise.

À l’émission L’Observateur quelques années plus tard, elle sera la première à s’intéresser au bar de danseurs nus Le 281, qu’elle décrit dans son reportage comme un symbole d’émancipation de la femme.

Photo : Jean-Pierre Karsenty, 9 septembre 1970.

Image : Françoise Faucher, assise sur une chaise stylisée, regardant la caméra de profil.

Françoise Faucher

D’abord comédienne, Françoise Faucher s’illustre dans de nombreuses productions au petit écran et sur les scènes montréalaises dès son arrivée au Canada en 1951.

Pour la télévision et la radio de Radio-Canada, elle signe aussi des adaptations de pièces de théâtre et des émissions jeunesse.

Elle anime notamment dans les années 50 Sophie Magazine, une émission destinée aux adolescentes, puis Psychologie de la vie quotidienne et Votre enfant, madame.

Notre photo nous la montre dans le cadre de l’émission de décoration Logis 56.

À travers cette carrière variée, Françoise Faucher collabore à l’émission Femme d’aujourd’hui comme journaliste pigiste de 1966 à 1981.

Son humour fin et son ouverture d’esprit lui permettent de recueillir des confidences et des témoignages d’exception.

Photo : Henri Paul, octobre 1955.

Image : Micheline Archambault, souriante.

Micheline Archambault

Afin de bien représenter les différentes réalités des femmes canadiennes, l’équipe de Femme d’aujourd’hui s’assure d’avoir des antennes dans divers points du pays.

À partir de 1968, l’émission tire par exemple parti d’une collaboration régulière de l’animatrice Micheline Archambault, qui est basée à Québec.

Micheline Archambault obtient notamment un accès au monastère des Ursulines de Québec pour l’émission en 1972, une première à la télévision.

Image : Rachel Verdon, souriant légèrement.

Rachel Verdon

L’émission Femme d’aujourd’hui est également produite mensuellement à Ottawa à compter de 1973.

De 1976 à 1979, Rachel Verdon se relaie à l’animation de cette antenne avec Élisabeth Richard et Claire Faubert, puis elle devient une animatrice plus régulière de l’émission.

Elle est à la barre de l’émission spéciale du 15 novembre 1980 soulignant le 15e anniversaire de Femme d’aujourd’hui avec une rétrospective des luttes et des revendications des femmes dans le monde.

Rachel Verdon s’oriente par la suite vers la réalisation. À Radio-Canada, elle signera notamment les émissions radio Une épinette noire nommée Diesel, Les chemins de travers et De remarquables oubliés avec Serge Bouchard.

Photo : André Le Coz, 17 septembre 1979.

Image : Dans un studio de télévision, Rachel Verdon, Claudette Lambert, Élisabeth Richard, Micheline Archambault et Lise Garneau sont rassemblées sur des fauteuils autour d'une table basse.

Au départ d’Aline Desjardins en 1979, l’émission Femme d’aujourd’hui remplace sa tête d’affiche par un groupe d’animatrices.

L’animation de la saison 1980-1981 est assurée par Rachel Verdon, Claudette Lambert, Élisabeth Richard, Micheline Archambault et Lise Garneau.

Ces femmes ne sont qu’un mince échantillon de tous ceux et celles qui ont participé à faire de Femme d’aujourd’hui une émission phare de la télévision durant ses 17 années à l’antenne de Radio-Canada.

Photo : Jean-Pierre Karsenty, 20 octobre 1980.

Partager la page