-  Mise à jour le lundi 10 octobre 2005 à 22 h 01

Andrée Boucher: candidate indépendante

Andrée Boucher est âgée de 68 ans. Elle est détentrice d'un baccalauréat en pédagogie et d'un brevet d'enseignement de l'Université Laval. Elle a d'abord été enseignante, puis s'est impliquée en politique municipale à compter de 1968 à la suite d'un projet de modification de zonage dans son quartier.

Andrée Boucher annonçant sa candidature à la mairie
Andrée Boucher a été à la tête de la Ville de Sainte-Foy, en banlieue de Québec, pendant 15 ans. Elle y est arrivée en 1985 en pleine crise de la police de Sainte-Foy. Elle s'est employée à redresser le service maintes fois critiqué.

Les finances de la ville ont été sa priorité. Elle a entrepris le dégraissage de la fonction publique. Sainte-Foy est longtemps demeurée une des villes les moins taxées au Québec.

Après un premier échec, Andrée Boucher a réussi à faire accepter son projet de nouvel hôtel de ville au coût de 41 millions de dollars.

Elle s'est par ailleurs battue contre la construction d'un nouveau Colisée et la tenue des Jeux olympiques à Québec en 2002.

En 2000, Andrée Boucher entreprend ce qu'elle qualifie de « combat de sa vie »: la lutte contre les fusions municipales. Elle perd cette lutte avant de se présenter à la mairie de Québec en novembre 2001. Elle s'incline finalement devant Jean-Paul L'Allier.

Elle reprend son rôle de leader défusionniste en 2004, mais essuie un nouvel échec. Les citoyens de Sainte-Foy disent non à la défusion.

Andrée Boucher se retrouve ensuite derrière le micro de la station radio FM 93 où elle coanime l'émission de midi jusqu'à l'an dernier.

Elle se lance de nouveau en campagne pour la mairie de Québec en septembre 2005.









La campagne à la radio

La campagne à la télévision


À VOUS LA PAROLE
Êtes-vous satisfait des résultats des élections municipales dans votre ville?



SAVIEZ-VOUS QUE...

  • Sur les 133 municipalités qui ont eu recours au vote électronique, le 6 novembre, moins d'une dizaine ont connus des difficultés quant au vote proprement dit.
  • Les municipalités sont entièrement responsables du mode devotation qu'elles ont choisi.