Accueil > Tous nos dossiers > L'industrie agricole en difficulté































Le secteur des légumineuses est à risque.

Une expansion exponentielle risque tuer l'industrie.

Regardez le reportage du téléjournal-Saskatchewan.

(Émission du 15 septembre 2004) L'industrie des légumineuses a beaucoup évolué depuis ses débuts il y a 25 ans. Le secteur des légumineuses emploie plus de 1 000 personnes en Saskatchewan et génère des salaires annuels de 31 millions de dollars. Le Canada est devenu l'un des plus importants exportateurs au monde de cette culture. Plusieurs saskatchewannais ont vu prospérer cette industrie à vive allure et ont décidé de se lancer en affaire. La compétition est donc très féroce dans ce marché. Il y a un surplus d'usines et plus suffisamment de légumineuses pour toutes les maintenir en opération.

Robert Keyser est propriétaire de l'usine Keyser Farms depuis 18 ans. On y nettoie l'équivalent de 700 wagons de lentilles, de graines de canaris et des pois tous les ans. Mais dernièrement les clients s'envolent doucement en poussière.

L'industrie des légumineuses a charmé plusieurs investisseurs au cours des dernières années. Il y a 25 ans, cette culture était encore inconnue en Saskatchewan. Mais depuis, les temps ont beaucoup changé. Il existe maintenant plus de 120 usines qui traitent les légumineuses en Saskatchewan.

Un sondage du ministère de l'Agriculture de la Saskatchewan en 2002 démontre qu'il y avait une capacité en usine de 5, 7 tonnes dans la province. Mais en 2002, les agriculteurs ont seulement produit 1, 8 tonnes et 2, 4 tonnes l'année suivante. On est donc loin du compte.

Les géants de l'industrie en ont aussi plein leurs sacs de la compétition. Simpson Seed Inc. existe depuis les tous débuts de l'industrie. À elle seule l'usine exporte plus de 20 % des légumineuses produites au Canada.

Robert Keyser compte faire le poids et réussir à survivre. Rien n'empêche qu'il n'y a pas si longtemps on le suppliait pour ses services. Aujourd'hui les appels qu'il reçoit sont plutôt des fermiers qui magasinent les prix. En raison du nombre élevé d'usines, certains baissent leur prix pour tenter d'attirer les clients. C'est une solution qui ne fait pas l'affaire de tout le monde.

Le temps pluvieux et froid de l'été, en plus de la compétition, les force à abandonner et ceci peut avoir un impact sur toute une communauté.

Selon John Simpson, l'avenir des légumineuses au Canada demeure prometteur alors que de plus en plus de variétés apparaissent sur le marché.





À consulter
  • L'industrie agricole en difficulté
  • Les graineries deviennent une commodité rare.
  • Le secteur des légumineuses est à risque.
  • Les fermiers doivent souvent jouer le coup de dés.

    Autres dossiers


    © 2004 Radio-Canada. Tous droits réservés.