Accueil > Nouvelles
































Une employée du fédéral dit avoir été congédiée parce qu'elle parlait français
Mise à jour le mercredi 19 mai 2004, 9 h 51 .


Christine Robitaille
Lors d'une réunion au ministère de l'Environnement, le 11 mai dernier, Christine Robitaille a posé une question en français. Elle dit qu'elle s'est fait répondre : « speak english please, this is an english meeting.» Selon Mme Robitaille, la plupart des personnes présentes étaient francophones, la réunion n'avait pas été présentée comme étant uniquement anglophone, de plus cette réunion se tenait à Gatineau, dans un immeuble du ministère de l'Environnement. C'était donc dans un endroit soumis à la Loi sur les langues officielles.

Elle a été congédiée, le lundi 17 mai. On l'a escortée à la sortie de l'édifice. Elle avait pourtant un contrat qui devait se terminer le 17 juin. Mme Robitaille avait été embauchée par une agence pour le ministère de l'Environnement.

Les « nègres de la société canadienne »
À la suite de ce congédiement, Mme Robitaille a porté plainte au Commissariat aux langues officielles.

« Nous autres les francophones, on est comme les nègres de la société canadienne en rapport avec la Loi sur les langues officielles », dit Mme Robitaille.

Elle craint maintenant que l'agence qui l'emploie ne lui donne plus de contrat auprès d'autres ministères.

Un porte-parole d'Environnment Canada admet avoir demandé à l'agence qui emploie Christine Robitaille de la remplacer. Le ministère affirme par contre que le motif de ce remplacement n'est pas le même que celui invoqué par Christine Robitaille. Environnement Canada affirme, en plus, que les vrais motifs du remplacement de madame Robitaille ne seront pas dévoilés publiquement.
Extrait vidéoReportage de Sébastien St-François



Hyperliens
Loi sur les langues officielles

Environnement Canada

Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes



Autres nouvelles régionales >>>

Toutes les nouvelles nationales et internationales >>>


© Radio-Canada. Tous droits réservés.