Accueil > Nouvelles
































Marc Bureau maintient ses affirmations dans le dossier du collège Nouvelles Frontières
Mise à jour le mercredi 21 janvier 2004, 18 h 04 .


Le conseiller Marc Bureau refuse de se rétracter dans le dossier du collège Nouvelles Frontières.

L'institution lui demandait des excuses publiques pour avoir insinué que les terrains du 100 boulevard Gamelin, où se trouve le collège, étaient contaminés.

M. Bureau réaffirme qu'il n'a jamais tenu de propos diffamatoire à l'égard du collège.

Un document de la CCN
Il affirme plutôt qu'il n'a fait que citer un document de la municipalité. Il a d'ailleurs présenté mercredi le document de cession de cette propriété de la Commission de la capitale nationale à la Ville. Dans ce document daté de décembre 2000, on y dit que ces bâtiments du 100 Gamelin sont contaminés par du BPC, des CFC et de l'amiante. Le document dit aussi que ces produits doivent être enlevés avant de permettre l'occupation de ces locaux.

M. Bureau ajoute qu'on ne lui a pas fourni la preuve que cette propriété a été décontaminée. Il exige maintenant que la municipalité lui remette un document d'ingénieur qui a été commandé par la municipalité.

Marc Bureau n'a donc pas l'intention de faire marche arrière dans le dossier de la transaction entre la Ville et le collège Nouvelles frontière.

Il a toutefois consulté un avocat au cas où l'institution d'enseignement qui s'estimait lésée dans cette affaire déciderait de donner suite à la mise en demeure envoyée mardi.

Marc Bureau n'est maintenant plus seul à demander des éclaircissements dans cette affaire. La conseillère municipale Denise Laferrière et le conseiller Pierre Philion demande que le conseil municipal se penche sur ce dossier.

Collège Nouvelles Frontières, 100 de la rue Gamelin
Transaction tenue secrète
Lundi, le conseiller municipal Marc Bureau a rendu publique la transaction entre un fonctionnaire de la municipalité et la direction du collège privé Nouvelles Frontières.

Ce collège utilise depuis juillet six bâtiments de l'ancien centre d'expérimentation agricole de la rue Gamelin. Il ne paie pas de loyer.

M. Bureau soutient que ces édifices n'auraient jamais dû être prêtés à cette entreprise privée sans l'approbation du conseil municipal. Le maire prétend que ce n'est pas nécessaire.

Extrait audioReportage de Marc Gauthier





Autres nouvelles régionales >>>

Toutes les nouvelles nationales et internationales >>>


© Radio-Canada. Tous droits réservés.