Régions > Nouvelles




























Trois-Rivières va vendre ses parts dans le dépotoir de Champlain
Mise à jour le mercredi 8 septembre 2004, 12 h 21 .


Hôtel de ville de Trois-Rivières
La Ville de Trois-Rivières va vendre les parts qu'elle détient dans le site d'enfouissement sanitaire de Champlain. La Ville est propriétaire d'environ 75 % du site.

Trois-Rivières a des parts dans un autre site d'enfouissement, soit celui de Saint-Étienne-des-Grès, et le maire de la Ville, Yves Lévesque, affirme qu'il suffirait à répondre aux besoins de la ville.

Dans le cas du site de Champlain, soutient-il, Trois-Rivières pourrait donc accepter l'offre de plus de 6 millions de dollars soumise par la firme privée Enfouissement Champlain.

Yves Lévesque
Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque (archives)
Les élus trifluviens privilégient toutefois une autre option, soit celle d'étudier la possibilité de vendre les parts de la Ville aux autres municipalités qui utilisent ce dépotoir.

« On est rendu à s'asseoir avec le maire de Champlain et à essayer de trouver une façon pour que le site reste à vocation publique. Ce sera à lui de faire ses calculs et de le présenter à sa population », dit le maire Lévesque.

Le maire de Champlain, Marcel Marchand, négocie présentement avec les élus de Trois-Rivières afin de maintenir la propriété publique du site.

Marcel Marchand
Le maire de Champlain, Marcel Marchand (archives)
La question de l'avenir du dépotoir a été abordée à la période de questions de la séance du conseil municipal de Trois-Rivières, mardi soir. Une quarantaine de citoyens de Champlain s'y étaient rendus pour redire leur opposition à la privatisation de ce site.

L'un d'eux, Daniel Laganière, a réaffirmé qu'il ne fait pas confiance à Enfouissement Champlain et à son propriétaire, Lucien Rémillard. En 1981, dit-il, M. Rémillard siégeait au conseil d'administration des Enfouissements sanitaires de l'est, dont le dépotoir a été fermé parce qu'il ne respectait pas les normes environnementales.

Un représentant d'Enfouissement Champlain, Jacques Plante, a voulu se faire rassurant. « On est propriétaire de 50 % des terrains, et on va se rendre jusqu'à terme. Ayez confiance, vous allez avoir un beau site, et on veut le faire d'une façon sécuritaire », a-t-il affirmé.

Extrait audioLe directeur général de la Ville de Trois-Rivières, Michel Byette discute de la situation avec Claude Bernatchez





Autres nouvelles régionales >>>

Toutes les nouvelles nationales et internationales >>>


© Radio-Canada. Tous droits réservés.