Retour à la page d'accueil
 
Notre régionTélévision CBXFTRadio CKSBNotre équipePlan du siteWelcome

 

53 ans de radio française au Manitoba

Lorsque CKSB RADIO-SAINT-BONIFACE diffusa pour la première fois le 27 mai 1946, plusieurs Manitobains n’en croyaient pas leurs oreilles. La petite station privée de 1000 watts, la première station radiophonique francophone au Canada à l’extérieur du Québec, venait confirmer qu’impossible n’est pas français !

Aujourd’hui, CKSB, la première chaîne radio de Radio-Canada au Manitoba, continue à faire entendre sa voix, dans la province et à l’échelle du pays. Une nouvelle génération d’artisans relève quotidiennement le défi et veille toujours au maintien d’une radio de qualité à l’écoute de son auditoire.

L’histoire de la radio française au Manitoba s’inscrit dans l’histoire de sa province.
D'ici, vous pouvez lire des extraits du livre de Bernard Bocquel, Au pays de CKSB, Grand reportage, 50 ans de radio française au Manitoba, ou vous pouvez suivre les grands moments sur la ligne du temps de CKSB.
À ne pas manquer : le discours inaugural de Mgr Baudoux, des extraits d’émissions culturelles et des grands reportages en photos et en sons.

Écoutez aussi la chanson du 50e anniversaire de CKSB, composée spécialement pour l'occasion par Marcel Soulodre et Bernard Bocquel.:


Real Audio


Au pays de la radio
Auteurs : Marcel Soulodre et Bernard Bocquel.
Interprétation et musique : Marcel Soulodre. 1996.
(Durée : 4’10’’)

 
Ligne du temps de CKSB

Synchronisation , tableau de Henry Lane publié sur la page couverture de Chante-Clair en 1950.
1864 Clerk Maxwell écrit que les ondes électroniques peuvent voyager dans l’espace. C’est le point de départ des études qui mèneront à l’invention du télégraphe.
1894 Guglielmo Marconi (1874-1937) imagine un appareil pour transmettre et recevoir des ondes électromagnétiques. 
1900 Le 23 décembre, un Canadien, Aubrey Fessenden, réussit à transmettre sa voix sur une distance de 1600 mètres. «Neige-t-il où vous êtes M. Tiessen?», demanda-t-il. 
1900 Winnipeg vend ses premières voitures à vapeur. Deux ans plus tard, les véhicules électriques font une courte apparition. Les véhicules à moteur deviendront vite plus populaires. 
1902 À Glace Bay en Nouvelle-Écosse, Marconi établit une station de télégraphie sans fil.
1905 Les frontières du Manitoba s’élargissent grâce à la création des provinces de l’Alberta et de la Saskatchewan. Les 3 provinces deviennent presque égales en superficie.
1906
L’invention de la lampe triode de Lee Forest permet maintenant de transmettre la musique et de recevoir les modulations de la voix humaine.
«Dormir d’une oreille au Juniorat»

Dormir d'une oreille au Juniorat de Réal Bérard.
1906
«Paix aux hommes de bonne volonté», voilà le message que Fessenden réussit à envoyer aux marins d’un bateau au large des côtes de la Virginie. Ces matelots ne se doutent pas encore qu’ils auront droit à Noël, au tout premier concert par télégraphie sans fil.
1906 Le roi Édouard VII accorde des armoiries à la province du Manitoba. Sur fond vert, un bison s’arrête sur un roc, un chef d’argent est près de lui muni de la croix de Saint-Georges. 
1908 Saint-Boniface accède au rang de cité. Elle est alors la plus importante ville bilingue de l’Ouest canadien.
1910 Une première canadienne à Winnipeg : Lee de Forest transmet la voix humaine de l’Hôtel Royal Alexandra au magasin Eaton’s.
1912 Le Titanic coule le 14 avril. Le télégraphiste américain, Davis Sarnoff, capte le signal de détresse sauvant ainsi la vie à 865 naufragés. Les opérateurs-radio ont désormais un rôle essentiel à jouer.
1913 Le journal La Liberté est fondé par Mgr Adélard Langevin.
1915 Mgr Langevin s’éteint le 15 juin à l’Hôtel-Dieu de Montréal. Les luttes scolaires et religieuses marquent sa carrière épiscopale. 
1916 Le 10 mars, l’Assemblée législative vote une loi pour abolir les écoles bilingues de la province. Une semaine plus tard, une autre loi oblige les enfants de 6 à 14 ans à fréquenter l’école. 
Real Audio
Où allons-nous ? Le droit à l’éducation.
Dramatique des Chevaliers de Colomb. 1946 à 1950.
(Durée: 2’04’’)
1916 Grâce à Nellie McClung et au gouvernement Norris, le Manitoba devient la première province canadienne à accepter le suffrage des femmes.
1919 La station XWA (devenue CFCF) de Marconi à Montréal reçoit le tout premier permis de radiodiffusion au Canada.
1919 Grève générale à Winnipeg. Environ 25 000 hommes, femmes et enfants dénoncent le chômage trop élévé et les douze heures de travail sept jours sur sept pour un maigre salaire. La ville fait appel à la Royal North West Mounted Police armée de pistolets et de bâtons de baseball pour calmer la foule. La violence éclate le 21 juin : le samedi «rouge» fait un mort et 31 blessés. Les chefs syndicaux sont emprisonnés à Stony Mountain. 
1921 L’Hôpital de Saint-Boniface célèbre ses 50 ans. 
1922 Les récepteurs à une lampe se vendent 65 $ chez Eaton’s qui est le premier magasin à Winnipeg à offrir des appareils radiophoniques. 
1922 Le Collège de Saint-Boniface est rasé par un incendie qui coûte la vie à neuf étudiants et un Jésuite. Seule la cuisine sera épargnée. Elle servira de local à CKSB en 1946. 

Le Collège de Saint-Boniface, construit en 1880 brûle le 24 novembre 1922. L’annexe basse (à l’extrême droite) épargnée par le sinistre, devient les bureaux de CKSB.
1922 Élu premier ministre, John Braken, membre du parti des fermiers devenu plus tard le parti progressiste conservateur, est le premier à s’adresser à ses électeurs à la radio. Initiateur de la taxe provinciale imposée aux contribuables, il reste au pouvoir jusqu’en 1943.
1923 La station manitobaine CKY entre en ondes le 13 mars. Avec ses 2 000 watts, ses 500 watts en 1928 et ses 15 000 watts en 1934, elle devient la station la plus puissante au pays.
1923 Début de la célèbre soirée du hochey canadien.


CKSB diffusait à l’occasion des parties de hockey. Doug Thompson (technicien), Étienne Bohémier (commentateur sportif), Maxime Desaulniers et Léo Rémillard. Revue Chante-Clair, 1950.

1923 Ambroise Lépine meurt le 8 juin. Ancien adjudant de Louis Riel et de la cause métisse, il avait échappé à la pendaison grâce à l’intervention de Mgr Alexandre Taché. 
1925 Le Cercle Molière est fondé par André Castelein Lalande, Raymond Bernier et Louis-Philippe Gagnon. 

Le comédien Gilles Guyot (1912-1980) a contribué à animer les ondes du 1250 en participant régulièrement à des pièces radiophoniques. Dans les années 40 il est un des piliers du Cercle Molière.
1928 James Richard érigera la station radiophonique CJRW à 1000 watts qui mettra fin au monopole de CKY malgré l’opposition du gouvernement manitobain.
1929 La commission Aird recommande au gouvernement fédéral d’établir un service de la radiodiffusion public. 
1929 Le «jeudi noir» à Wall Street fait dégringoler le prix des actions. Les temps sont durs pour les fermiers de l’Ouest.
1932 Le gouvernement fédéral adopte la loi canadienne sur la radiodiffusion. Elle prévoit l’établissement de la Commission canadienne de la radiodiffusion.
1933 La Commission canadienne de la radiodiffusion achète les installations radiophoniques du CN. En mai, les premières émissions quotidiennes sont diffusées sur le réseau national.
1933 Le 27 avril, CKY diffuse la première émission en français dans l’Ouest, gracieuseté de la Commission canadienne de la radiodiffusion.
1933 Une première entente internationale sur le blé est signée. La Commission des Grains est créée deux ans plus tard. Plus tard, CKSB tente d'intéresser ses auditeurs à des émissions agricoles. 
1936 La Société Radio-Canada est créée et remplace la défunte Commission canadienne de la radiodiffusion.
1938 On fête les 200 ans de l’arrivée de La Vérendrye à la fourche des rivières Rouge et Assiniboine. Un monument est érigé en l’honneur de l’explorateur.
1939 La super-station CBK (50 000 watts) de Radio-Canada ouvre ses portes le 19 juillet à Watrous en Saskatchewan. CBK diffuse 3 heures en français sur 115 heures de programmation.
1939 La Deuxième Guerre mondiale éclate.
1941 Premier bulletin de nouvelles en français diffusé sur les ondes de CBK-Watrous. Un sommet est atteint : sept heures et demie sont diffusées en français. Par la suite, la programmation française perd du terrain. 
1941 Première rencontre des inconditionnels de la radio française dans l’Ouest. L’abbé Antoine Deschambault, futur parrain de CKSB, est présent, mais la réunion ne donne aucun résultat concret.
1943 André Pouliot, président du Comité permanent de la Survivance française en Amérique du Nord et membre du puissant Barreau des gouverneurs de Radio-Canada, est convaincu par l’abbé Baudoux de l’importance d’établir des stations de radio francophones dans les Prairies.
1944 Radio-Ouest-Française qui sert les intérêts radiophoniques des trois provinces des Prairies, voit le jour le 30 janvier à Saint-Boniface. Le 27 mars, elle demande quatre permis au Bureau des gouverneurs de Radio-Canada.
1944 Le 4 mai, la Chambre des députés québécois demande à l’unanimité que Radio-Canada accorde un seul permis et aucune aide financière à Saint-Boniface. 
1945 Radio-Saint-Boniface est formée le 17 janvier. La compagnie privée est détenue par les paroisses actionnaires qui désirent établir un poste de radio en français. La campagne de souscription dans l’Est rapporte 212 163 $ dont 45 mille dollars pour CKSB.


CKSB en mai 1946. La façade du 607 rue du Collège vient à peine d’être ravalée. La rue du Collège devient la rue Langevin en juillet 1948.

1946 Le 27 mai, CKSB (100 watts) fait sa première mise en ondes sur la fréquence 1250 Hz. 

Real Audio
Identification de la station.
Horaire de la programmation. 28 mai 1946.

(Durée : 2’10’’)

1946 Les radiophiles de CKSB ont leur revue, Chante-Clair. La publication cessera en 1953.


Page couverture de la revue Chante-Clair, mai 1946.

1948 Le Bureau des gouverneurs de Radio-Canada accorde un permis à CHFA-Edmonton et rachète CKY (devenue CBW) du gouvernement du Manitoba .
1948 CKSB élimine le silence radio entre 14 h et 17 h et l’émission Ranch 1250 prend son envol. 


Le nom de l’annonceur René Chartier est resté attaché au Ranch 1250, 1956.

1949 En juin, le président de Radio-Saint-Boniface, Roland Couture, devient directeur-gérant de CKSB. Son mandat prend fin lors de la vente de la station en 1973.
1949 Henri Bergeron, originaire du Manitoba et âgé de 24 ans, quitte son poste d’annonceur à CKSB pour celui de directeur des émissions à CKCH à Hull. À l’emploi de Radio-Canada à Montréal pendant plusieurs années, il reçoit le trophée Radio-Monde en 1959 et le Méritas en 1966. 

Real Audio
Chansonnette

1950 La grande inondation causée par le débordement de la rivière Rouge atteint 30,3 pieds le 19 mai. Du jamais vu en 89 ans! La ville de Winnipeg n’est pas préparée à un tel désastre et subit des dégâts évalués à plus de 115 millions de dollars. 


Durant l’inondation de 1950, CKSB répondit à plus de 5 000 appels téléphoniques et à 2 500 demandes de renseignements de personnes qui se rendirent au poste.

1950 La grande inondation demande à CKSB de jouer un rôle de premier plan pour informer les familles sinistrées : une programmation exceptionnelle 24 heures sur 24 pendant la période de la grande inondation .

Real Audio

L’inondation de 1950.
Reportage de René Dussault, directeur des programmes de CKSB.
Message du fonds d’assistance pour les victimes de l’inondation. 1950.
(Durée : 1’40’’)

1951 CKSB, la radio communautaire, fête son 5e anniversaire.


La couverture de Chante-Clair, mai 1951.

1952 En octobre, CKSB comme trois autres postes de l’Ouest, devient un poste affilié à Radio-Canada. Elles doivent diffuser 10 heures d’émissions culturelles par semaine, elles en diffusent en général 30 heures. 


Couverture de la revue Chante-Clair en 1952.

1953 L’ affiliation de CKSB avec Radio-Canada permet à la station de diffuser le dimanche matin.


Dans le ventre de l’émetteur situé chemin Dawson, le technicien Bernard Vrignon, au printemps de 1953. CKSB est à la veille d’installer le contrôle automatique qui élimine la présence continuelle d’un opérateur.


Le chapelet en famille. L’image symbolise toute une époque du Canada-français, qui prit fin au Manitoba peu de temps après le concile oecuménique Vatican II.

1955 Le gouvernement provincial autorise l’enseignement du français dans les classes à compter de la 4e année.
1957 CKSB (100 watts) veut atteidre 10 000 watts. La campagne de financement rapporte
65 000 $, moins que l’objectif visé de 100 000 $. La nouvelle station est inaugurée le 8 mars 1959.
1959 Le 8 mars, CKSB augmente la puissance de son émetteur et passe de la fréquence
1250 Hz à 1050 Hz.

Real Audio
Inauguration de l’émetteur de 10 000 watts.
Auguste Dansereau, président de Radio-Saint-Boniface. 8 mars 1959.

(Durée : 1’20’’)

1960 Les développements technologiques permettent de manufacturer des transistors à moindre coût.
1960 CKSB change sa fréquence de 1250 à 1050 en raison de la nouvelle puissance de son émetteur. 
1960 Le 28 avril, la télévision française de la Société Radio-Canada fait son entrée.
1960 La chorale mixte sous la direction de Marcien Ferland accepte l’invitation de l’Association d’Éducation des Canadiens-Français et présente un concert sur les ondes de CKSB. L’ensemble vocal devient plus tard la chorale des Intrépides, connue pour son répertoire de chants folkloriques et classiques. 
1961 Radio-Saint-Boniface s’entend avec Radio-Canada pour qu’elle verse un loyer pour la diffusion d’environ 40 heures d’émissions par semaine. Radio-Canada accepte de payer un tarif horaire pour la diffusion de près de 50 heures de programmation hebdomadaire à la station.
1967 Radio-Canada ouvre la station française de Vancouver pour commémorer le centenaire de la Confédération.
1967 Winnipeg accueille les Jeux pan-américains.
1967 Antoine Gaborieau fonde la troupe Les 100 Nons pour encourager les artistes musicaux francophones. 

Le 150e anniversaire de Saint-Boniface en 1968, a, entre autres, donné lieu à un défilé de chars allégoriques, dont l’un était commandité par CKSB.
1968 Le 22 juillet, la Cathédrale de Saint-Boniface est ravagée par le feu.

Real Audio
Incendie de la cathédrale de Saint-Boniface.
Journaliste : Gérald Backeland, 22 juillet 1968.

(Durée : 0’57’’)

1969 Le Festival du Voyageur lance sa première édition.
1970 Après 300 ans de commerce au Canada, la Compagnie de la Baie d’Hudson établit son siège social à Winnipeg. Créée à Londres, elle est devenue la plus ancienne compagnie de commerce à capital social du monde anglophone. 
1970 Le gouvernement néo-démocratique de Edward Schreyer vote la loi 113 qui autorise l’enseignement du français de la maternelle à la 4e année. 
1971 En janvier, le CRTC exige 30% de musique canadienne sur les ondes des radios AM. 
1971 En mai, CKSB fête en grande pompe ses 25 ans dans la communauté. Le poste sera bientôt vendu à Radio-Canada.


Brochure du 25e anniversaire de CKSB en 1971.

1971 Saint-Boniface et Winnipeg fusionnent. La nouvelle cité est en vigueur dès le
1er janvier 1972. Saint-Boniface, la première ville française de l’Ouest fondée en 1822 disparaît. 
1972 La Cathédrale de Saint-Boniface est officiellement ouverte. Étienne Gaboury dessine les plans de la nouvelle église construite sur les ruines de l’ancienne cathédrale. Six églises auront été construites sur ce site, trois seront démolies et deux incendiées.
1973 Le 1er avril, Radio-Canada prend possession de CKSB. Maxime Desaulniers, ancien annonceur de CKSB et directeur des programmes depuis 1971, devient directeur général. Le 1er septembre, Radio-Canada prend en charge CFNS-Saskatoon et CFRG-Gravelbourg, suivi de CHFA-Edmonton le 1er avril 1974.

Real Audio
Vente de CKSB à La Société Radio-Canada en 1973.
Roland Couture, membre du conseil d’administration de Radio-Saint-Boniface, 1980.

1974 Fondation des Éditions du Blé, première maison d’édition française au Manitoba.
1978 Le Centre d’études franco-canadiennes de l’Ouest (CEFCO) ouvre ses portes au Collège universitaire de Saint-Boniface. 
1978 Le Centre de ressources éducatives françaises du Manitoba, sous la direction de soeur Marie Melançon, s.j.s.h., ouvre ses portes au Collège universitaire de Saint-Boniface. L’initiative du ministère de l’Éducation vise la création de matériel pédagogique pour les enseignants francophones. 
1979 Le 13 décembre, la Cour suprême du Canada déclare la loi de 1890 nulle et rétablit le français comme langue officielle. Georges Forest avait contesté devant le tribunal de la Cour suprême la constitutionnalité de la loi de 1890 qui avait aboli la plupart des droits de la langue française au Manitoba. 

Real Audio
Ici Midi.
Animateur : Vincent Dureault.
Invité : George Forest.1989.

(Durée : 1’27’’)

1980 L’Assemblée législative proclame le français et l’anglais comme langues officielles, mais limite le statut de la langue française. Les lois rédigées uniquement en anglais sont acceptées par le gouvernement conservateur de Sterling Lyon à condition qu’elles soient traduites en français.
1981 Une grève des techniciens de la station pousse l’annulation des festivités du
35e anniversaire de CKSB.
1983 Gabrielle Roy meurt à l’âge de 74 ans. L’oeuvre de la romancière manitobaine témoigne de son attachement pour l’Ouest canadien. 
1984 Marie Benoist-Martin, voix connue des auditeurs, accède à la direction de CKSB.
1984 CKSB diffuse 24 heures sur 24. La programmation de nuit provient du réseau FM de Radio-Canada.
1985 Marius Benoist s’éteint. Originaire de Sainte-Anne-des-Chênes, il a étudié le piano et l’orgue à Saint-Boniface et à Montréal. Pendant 30 ans, il a été le maître de chapelle à la Cathédrale de Saint-Boniface. 
1988 À l’automne, une nouvelle loi régit les télécommunications. La Société Radio-Canada doit être canadienne dans sa programmation de façon «prédominante et distinctive».
1988 Mgr Baudoux meurt le 1er juillet. Originaire de Louvière, il est nommé archevêque coadjudeur de Saint-Boniface en 1952. Actif au sein d’associations catholiques canadiennes-françaises, il est présent lors de la fondation de Radio-Ouest-Française et Radio-Saskatchewan.

Real Audio
Funérailles de Mgr Maurice Baudoux.
Animatrice : Ginette Caza.
Commentateur : Claude Blanchette, prt. 1988.

(Durée : 1’05’’)

1992 Louis Riel est reconnu officiellement comme fondateur du Manitoba par le gouvernement fédéral.
1992 La comédienne, maquettiste et directrice artistique du Cercle Molière Pauline Boutal, s’éteint. Venue au Manitoba en 1909, elle est typographe au Nouvelliste quand elle épouse le journaliste Arthur Boutal. Elle devient la première femme de l’Ouest à devenir membre de l’Ordre du Canada.
1993 La paroisse cathédrale de Saint-Boniface fête ses 125 ans.
1993 Le chroniqueur Rossel Vien meurt. Originaire du Québec, il s’établit en Saskatchewan avant de s’installer au Manitoba. Durant les années 60, il est animateur puis traducteur-nouvelliste dans les postes radiophoniques de l’Ouest. Il signe aussi des articles dans des hebdos, des essais dans les Écrits du Canada français et il rédige trois romans. 

Real Audio
Rossel Vien, nouvelliste et auteur du livre «Radio française dans l’Ouest».1979.
(Durée : 1’27’’)

1994 Voilà cent ans que les Soeurs Grises sont débarquées au Manitoba. Les fêtes s’organisent à la Cathédrale de Saint-Boniface. 
1994 Folklorama célèbre son 25e anniversaire. Le plus grand festival multi-culturel au monde se déroule pendant 2 semaines chaque année.
1995 Dès le mois de septembre, CKSB souligne le 50e anniversaire du poste par une exposition spéciale qui retrace les moments marquants de son histoire. L’exposition circule dans plusieurs villages francophones.
1995 Les Oblats fêtent le 150e anniversaire de leur arrivée dans l’Ouest canadien. La Société historique de Saint-Boniface organise l’événement.
1995 Saint-Pierre-Jolys rend hommage à l’artiste Réal Bérard en donnant son nom à l’école primaire du village. Dessinateur, graphiste, cartographe et caricaturiste, il est aussi sculpteur à ses heures. 
1996 CKSB commémore ses 50 ans auprès de la communauté avec plusieurs activités : des sorties d'émissions toute l'année, une exposition itinérante, un concert, la publication d'un livre ...
1997 L'inondation du siècle frappe le sud du Manitoba, obligeant des centaines de personnes a abandonner leur maison. La ville de Winnipeg est sauvé grâce au canal de dérivation. CKSB, tout comme en 1950 est la voix des Franco-Manitobains qui veulent avoir des nouvelles des leurs. Et pour la première fois, CKSB informe le monde entier de l'évolution de la catastrophe, grâce à son site Web. l'information y est mise à jour quotidiennement.
1999 La 3e plus grande manifestation sportive en Amérique du Nord après les Olympiques d'Atlanta et de Los Angeles, les Jeux Panam à Winnipeg, sont une réussite. Des milliers de bénévoles ont été au coeur du succès de ces 23e jeux panaméricains. La radio, la télévision et le site Web de Radio-Canada étaient dans l'action.

Deux livres nous ont été particulièrement utiles pour identifier les moments choisis de la ligne du temps de CKSB : le livre de Bernard Bocquel, Au pays de CKSB, Grand reportage, 50 ans de radio française au Manitoba et De fil en aiguille au Manitoba de Annette Saint-Pierre paru aux Éditions des Plaines en 1995.

Au pays de CKSB, Grand reportage, 50 ans de radio française au Manitoba est accompagné d’un disque compact qui comprend plusieurs archives sonores. Si vous voulez acheter un exemplaire de ce livre, écrivez-nous.


Pour tous commentaires ou demandes d'informations communiquez avec:
Robert Boucher,
webmestre@winnipeg.radio-canada.ca

Société Radio-Canada,
607, Rue Langevin, Saint-Boniface, Manitoba. R2H 2W2
Tél: 204-788-3235 - Fax: 204-788-3245
© 2000 Radio-Canada, Manitoba. Tous droits réservés.