Régions > Nouvelles




























Julie Bureau jette tout le blâme sur sa mère
Mise à jour le jeudi 28 octobre 2004, 15 h 13 .


Julie Bureau
Julie Bureau
Julie Bureau affirme que le harcèlement psychologique exercé par sa mère, Francine Poulin, est à l'origine de sa fugue de presque trois ans. Elle allègue que sa mère est manipulatrice, contrôlante et qu'elle devrait consulter un psychologue.

Ces révélations ont été effectuées jeudi après-midi, lors d'une conférence de presse organisée pour souligner le lancement du livre La vraie Julie Bureau, écrit et publié par l'éditeur André Mathieu.

Le livre révélerait entre autres que la jeune femme a parfaitement planifié son départ de Coaticook le 26 septembre 2001. Arrivée à Montréal, elle a frayé dans le milieu des gangs de rues et a touché à la prostitution avant de quitter et de se retrouver, par hasard, à Beauceville.

La mère de Julie Bureau, Francine Poulin
« La vérité, c'est que c'est à cause d'elle que je suis partie, ce n'est pas à cause d'une peine d'amour ou de toutes sortes de raisons qu'elle a inventées », a soutenu Julie Bureau.

La jeune femme de 17 ans, qui était accompagnée de M. Mathieu et de l'homme qui l'a recueilli à Beauceville, Jean-Paul Bernard, est même allée jusqu'à accuser sa mère d'avoir nui aux recherches entreprises pour la retrouver.

Elle en tient pour preuve le fait qu'elle a écrit 92 lettres à une amie dans lesquelles elle mentionne notamment son envie de se teindre les cheveux en noir. Julie Bureau affirme que sa mère a empêché cette amie de livrer un témoignage à la police, sous prétexte qu'elle était trop sensible.

André Mathieu, Julie Bureau et Jean-Paul Bernard
Pas un règlement de compte
Sûre d'elle, émotive par moments, mais convaincue qu'elle n'a absolument rien à se reprocher, Julie Bureau a blâmé sa mère pour tout ce qui lui arrive. Elle l'accuse notamment d'avoir une double personnalité.

Le jeune fugueuse se défend toutefois de vouloir régler ses comptes avec sa mère. Elle dit avoir accepté de collaborer à l'écriture du livre pour que « la vérité sorte ». « Ça me libère. Je tourne la page et ça me fait du bien », a-t-elle dit.

La jeune femme a reconnu qu'elle avait écouté et même enregistré une émission de télévision à laquelle ont participé ses parents lors de sa fugue, prouvant ainsi qu'elle mentait lorsqu'elle affirmait n'avoir jamais été consciente qu'elle était recherchée.

André Mathieu et Julie Bureau
Elle dit en vouloir à sa mère d'avoir déclaré lors de cette émission qu'elle avait déjà eu besoin de pilules pour dormir et dit ne pas comprendre pourquoi elle n'a jamais dit à la télévision qu'elle l'aimait.

Julie Bureau dit avoir pardonné à sa mère pour ce qui s'est passé jusqu'à ce qu'elle soit retrouvée, mais pas pour ce qui s'est passé depuis. Elle dit notamment avoir été offusquée par le fait que sa mère a souhaité, après que sa fille eut été retrouvée, qu'elle puisse consulter « le meilleur psychologue au monde » . « Pourquoi je consulterais, moi? Je suis équilibrée! », soutient-elle.

Pour qu'elle lui pardonne, a-t-elle dit, il faudrait « qu'elle change, qu'elle consulte, qu'elle règle son problème. Ce n'est pas normal d'avoir une double personnalité comme elle. Quand tu aimes ton enfant, tu ne fais pas juste le dire à la caméra là, tu le dis à ton enfant », dit-elle.

« Je crois qu'elle veut vraiment conserver son image publique intacte. C'est vraiment ça que je crois parce que c'est une autre femme là, en arrière de la caméra, c'est une autre », dit-elle.

Julie Bureau habite maintenant chez Jean-Paul Bernard, après avoir obtenu l'autorisation de ses parents. La jeune femme et M. Bernard démentent tous deux entretenir une relation amoureuse.

Le lancement officiel de son livre, qui est tiré à 10 000 exemplaires, se fera dimanche à Lac-Mégantic. Elle le lancera à nouveau le 5 décembre à Sherbrooke, soit le jour de son 18e anniversaire. La saga se poursuivra avec la publication du livre de Jean-Paul Bernard.




Autres nouvelles régionales >>>

Toutes les nouvelles nationales et internationales >>>


© Radio-Canada. Tous droits réservés.