Logo Radio-Canada

Est du QuébecTraversier entre Paspébiac et Grande-Anse

Le temps presse

Mise à jour le jeudi 12 mars 2009 à 13 h 51

Grande-Anse

La région de Grande-Anse

Le projet d'établir un service de traversier pour les touristes entre Paspébiac et Grande-Anse est sur la table depuis une vingtaine d'années. Selon une étude, le lien maritime serait rentable. Quelque 100 000 touristes l'utiliseraient chaque été.

Jusqu'à présent, aucun promoteur privé ne s'est sérieusement manifesté. C'est pour cette raison que les gouvernements du Québec et du Nouveau-Brunswick leurs demandent de le faire rapidement.

« S'il n'y a pas de promoteurs privés, c'est à l'eau immédiatement », affirme le député de Caraquet, Hédard Albert.

M. Albert et la députée de Bonaventure, Nathalie Normandeau, rencontreront les élus de la baie des Chaleurs d'ici un mois. S'ils n'ont pas un engagement ferme de la part d'un promoteur, c'est la fin du projet évalué à 13 milliards de dollars.

« De faire travailler des gens du Québec ou du Nouveau-Brunswick, ils ont d'autres chats à fouetter que de toujours travailler sur un traversier, vous comprenez ce que je veux dire. Ce n'est pas vrai qu'on va faire niaiser ces gens-là plus longtemps. Ça va être oui ou non », indique M. Albert.

Le maire de Paspébiac, Gino LeBrasseur, précise qu'un promoteur privé se serait déjà manifesté auprès de lui, mais celui-ci hésite à investir seul les sommes nécessaires à la réalisation du projet.

« Un promoteur va embarquer dans le dossier s'il y a l'appui du milieu. L'appui du milieu, c'est l'appui du gouvernement », précise M. LeBrasseur.

M. LeBrasseur ajoute que l'aide d'Ottawa est nécessaire pour remettre en état et aménager les deux quais, soit des travaux de quelque 4 millions de dollars.

Dossiers en profondeur

  • Guerre en Afghanistan

    Dossier

    Guerre en Afghanistan

    Les Canadiens morts en mission. Qui fait quoi, l'organigramme de la force internationale, la hiérarchie militaire.