Accueil > Nouvelles


























Ottawa cherche une solution au stockage des déchets nucléaires
Mise à jour le mercredi 24 novembre 2004, 10 h 02 .


Déchets nucléaires (arhives)
Un comité consultatif du gouvernement fédéral suggère d'enfouir des déchets radioactifs provenant des centrales nucléaires du pays dans le Bouclier canadien.

La Société de gestion des déchets nucléaires mène présentement une tournée de consultation dans 30 villes au pays; elle s'est arrêtée à Rouyn-Noranda mardi.

L'organisme, qui recherche d'autres solutions au stockage des déchets irradiés, doit faire des recommandations au gouvernement fédéral à l'automne 2005.

Cela fait environ 30 ans que le Canada produit de l'électricité à partir de l'énergie nucléaire. Depuis ce temps, on cherche des solutions de stockage des déchets irradiés

Présentement, près de 2 millions de tubes remplis de pastilles d'uranium reposent sur le terrain même des centrales au Québec, en Ontario, au Nouveau-Brunswick et au Manitoba. Toutefois, cette solution n'est viable que pour une période variant entre 50 et 100 ans.

L'un des scénarios élaborés dans les années 1980 consistait à enfouir dans le Bouclier canadien les déchets radioactifs.

Selon Anthony Hodge, de la Société de gestion des déchets nucléaires, il s'agit toujours d'une option fort valable, mais on exclut les anciennes mines comme sites potentiels à l'enfouissement de ces déchets. « Les anciennes mines, ce n'est pas une bonne idée, parce qu'il y a souvent d'autres opérations minières proches de celles-ci. De toute façon, on ne cherche pas un site, on ne fait que discuter avec les citoyens », précise Anthony Hodge.

On pourrait aussi, selon lui, laisser les déchets nucléaires sur leur site actuel ou encore les envoyer vers le soleil.

Étonnement
Un conseiller municipal de Rouyn-Noranda, Denis Geoffroy, s'est montré étonné de la présence de la Société de gestion des déchets nucléaires dans cette ville. « C'est un peu surprenant. Pourquoi Rouyn-Noranda, les mines de l'Abitibi », s'interroge le conseiller municipal.

La Société de gestion des déchets nucléaires, qui est financée par Hydro-Québec, Ontario Hydro et d'autres producteurs d'énergie au pays, doit faire ses recommandations au ministre fédéral de l'Environnement dans un an.

Les solutions choisies, elles, pourraient être implantées dans une trentaine d'années.




Autres nouvelles régionales >>>

Toutes les nouvelles nationales et internationales >>>


© Radio-Canada. Tous droits réservés.