Accueil > Nouvelles


























Le projet de dérivation de la rivière Rupert fait encore jaser
Mise à jour le mercredi 3 novembre 2004, 13 h 53 .


La rivière Rupert (archives)
Le président-directeur général (PDG) d'Hydro-Québec, André Caillé, croit que le ministère de l'Environnement donnera son aval au projet de dérivation de la rivière Rupert, dans le nord du Québec. La société d'État attend une réponse dans un peu plus d'un an.

La dérivation de cette rivière s'avère nécessaire à la réalisation du projet Eastmain 1A. Le projet est loin de plaire à plusieurs Cris du nord et à l'organisme Révérence Rupert qui veut protéger la rivière.

André Caillé (archives)
Interrogé sur la possibilité que le projet de la Rupert soit refusé, le PDG d'Hydro-Québec, André Caillé est formel : « Le projet de la dérivation est prévu et chez Hydro-Québec, on préconise l'hydroélectricité, parce que c'est ce qui procure le plus d'emplois aux Québécois. »

Opposants
Pourtant, les opposants au projet, comme la coalition Révérence Rupert, continuent de se battre pour tenter de faire modifier les plans de la société d'État. Pour y arriver, les opposants s'appuient notamment sur le peuple cri.

Le Grand chef des Cris, Ted Moses (archives)
Mais là encore, il y a un problème : les Cris ne peuvent même pas compter sur leur chef, Ted Moses. Selon ce dernier, « il y aura indéniablement des dommages à l'environnement ». En fait, le chef Moses croit qu'on ne peut pas développer sans affecter l'environnement.

Ted Moses est toutefois conscient que le projet de dérivation créée des tensions au sein de sa communauté. Mais dans une société démocratique, dit-il, il faut se rallier à la majorité.

Faut-il le rappeler, la phase 1 des travaux à Eastmain donne du travail à plus de 700 Cris. Il s'agit là d'un argument de poids pour une communauté qui est de plus en plus reconnue pour ses talents de gestionnaire financier.




Autres nouvelles régionales >>>

Toutes les nouvelles nationales et internationales >>>


© Radio-Canada. Tous droits réservés.