Accueil > Nouvelles


































Victoire contre le bruit et la pollution des motoneiges
Mise à jour le jeudi 2 décembre 2004, 16 h 41 .


Les citoyens qui habitent le long du parc linéaire du Petit Train du Nord, entre Saint-Faustin/Lac Carré et Labelle, ont remporté une importante victoire sur les motoneigistes en Cour supérieure.

Dans une décision de 80 pages, la juge Hélène Langlois a ordonné à la MRC des Laurentides d'interdire l'accès aux motoneiges sur un tronçon d'une trentaine de kilomètres du Parc linéaire.

Le jugement en recours collectif prévoit également une indemnisation de 1200 $ par personne résidant à moins de 100 mètres de la piste, et ce, pour chacune des sept saisons hivernales comprises entre 1997 et 2004. Plus de 600 résidents de ce secteur devraient être dédommagés financièrement en vertu de ce jugement.
Extrait audioRichard Massicotte explique les implications du jugement de la juge Langlois

Même si le recours collectif visait l'Association de motoneigistes, la MRC et le gouvernement provincial, la juge Hélène Langlois de la Cour supérieure a reconnu que seuls la MRC des Laurentides et le gouvernement étaient financièrement reponsables.

Des niveaux de bruit inacceptables

Depuis cinq ans, les citoyens qui habitent non loin de cette piste cyclable, ouverte aux motoneiges l'hiver, se plaignent du bruit généré par ces engins, de la pollution et de la vitesse à laquelle ils circulent près des propriétés. Selon des expertises effectuées dans les maisons des plaignants, les niveaux de bruit enregistrés à l'intérieur des chambres à coucher dépassaient les limites recommandées par l'Organisation mondiale de la santé. Chaque hiver, il passe jusqu'à 800 motoneiges derrière les résidences de ce secteur, à toute heure du jour et de la nuit.

Selon les estimations, le gouvernement du Québec et la MRC des Laurentides pourraient devoir verser entre 8 et 10 millions de dollars aux citoyens inscrits au recours collectif. De plus, même si le jugement était porté en appel, l'interdiction aux motoneigistes de circuler sur ce tronçon du parc demeure exécutoire.

Les motoneigistes régissent très mal au jugement

Les motoneigistes du Québec disent ne pas comprendre la décision de la juge Hélène Langlois de la Cour supérieure. Selon eux, les clubs et les manufacturiers respectent toutes les normes en vigueur. À leur avis, ce jugement va porter un coup très dur à la pratique de la motoneige. Selon eux, les touristes de l'extérieur ne viendront plus et les commerces qui desservent les motoneigistes vont en souffrir, sans compter les clubs de motoneige eux-mêmes.

Dans les régions de Rimouski et de Charlevoix, d'autres MRC pourraient elles aussi décider de ne pas accorder de droits de passage aux motoneigistes.












Autres nouvelles régionales >>>

Toutes les nouvelles nationales et internationales >>>


© Radio-Canada. Tous droits réservés.