Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chroniques

Société

Histoires de génocides

Éléna Catalina, Jeanne-Marie Rugira et Nellie Bernier, trois femmes au regard porté vers l'avenir
Éléna Catalina, Jeanne-Marie Rugira et Nellie Bernier, le regard tourné vers l'avenir Photo : Maxence Matteau

C’est dans la chaleur intime du salon de Jeanne-Marie Rugira, originaire du Rwanda, que se retrouvent Nellie Bernier, de descendance autochtone, et Éléna Catalina, tzigane de Roumanie. Les trois femmes ont vécu les conséquences d’un génocide, et elles nous offrent leurs histoires. Voir la suite »

Société

Louise et Nicolas, une histoire d’immigration comme les autres?

Louise Alcaraz et Nicolas David posent fièrement devant leur boulangerie au Bic
Louise Alcaraz et Nicolas David devant leur boulangerie au Bic Photo : Jean-Pierre Perouma

Louise Alcaraz, vendeuse en boulangerie, et Nicolas David, boulanger, sont originaires de la France. Avec leurs deux enfants, ils ont choisi de s’installer au Bic. Propriétaires de leur propre entreprise, ils ont dû affronter vents et marées pour immigrer. Retour sur un parcours d’immigration pas si unique. Voir la suite »

Société

La quête des origines de Nellie Bernier et notre rapport aux Premières Nations

Nellie Bernier, une femme souriante le regard pétillant
Nellie Bernier, une femme fière de ses origines Photo : Jean-Pierre Perouma

Nellie Bernier est née sur la Côte-Nord d'une mère autochtone. À l'âge de deux ans et demi, elle est adoptée, avec sa sœur, par une famille de Pointe-au-Père, à Rimouski. La famille d'adoption de Nellie ne lui a jamais caché la vérité sur ses origines et a même favorisé les liens avec son grand-père naturel. Au fil de ses recherches, Nellie Bernier a pu tracer son arbre généalogique. Son histoire personnelle est aussi une part de notre histoire collective, de nos relations avec les Premières Nations. À l'occasion de la Journée mondiale de l'accès aux origines, elle nous offre son témoignage. Voir la suite »

Économie

Être une femme qui enseigne le soudage-montage

Nathalie Trottier et Vincent Paul de Kayema, dos à dos et chalumeau en main.
Nathalie Trottier et Vincent Paul de Kayema, professeure et étudiant en soudage montage Photo : Jean-Pierre Perouma

Nathalie Trottier est enseignante et cheffe du département soudage-montage au Centre de formation professionnelle (CFP) de Mont-Joli. Elle forme des jeunes issus de tous les milieux et des élèves venus du monde entier. Regards croisés entre une enseignante et un de ces élèves internationaux, Vincent de Paul Kayema. Voir la suite »

Arts | Éducation

Vivre ensemble autour du kasàlà

Jean Kabuta écoute une jeune fille qui livre son kasàla à la classe
Jean Kabuta initie les enfants à l'art du Kasàlà Photo : Jean-Pierre Perouma

Jean Kabuta est professeur à la retraite. Il initie des enfants au kasàlà, un art oratoire africain qui consiste à célébrer l'autre et à reconnaître en soi nos qualités. Dans cette pratique de la reconnaissance, le kasàlà invite chacun à pratiquer l'ubuntu, une sorte d'appel à être chaque jour plus humain que la veille. L'activité crée un climat propice à développer le vivre-ensemble. Voir la suite »

Santé

Éros D’Astous et sa vie avec un trouble bipolaire

Éros D'Astous pose devant le fleuve Saint-Laurent le regard confiant
Éros D'Astous vit avec un trouble bipolaire et confiant en l'avenir Photo : Jean-Pierre Perouma

Éros D'Astous a 30 ans, il est né à Rimouski et vit avec un trouble bipolaire. Le diagnostic a été posé il y a deux ans. Depuis, il est sous médication. Il parle de son parcours à travers la maladie mentale. Voir la suite »

Santé

Alain Gagnon, itinéraire d’un greffé du cœur

Alain Gagnon avec son vélo qu'il pratique malgré la greffe de coeur
Alain Gagnon. Revivre après une greffe du coeur Photo : Jean-Pierre Perouma

De sa naissance à ses 37 ans, Alain Gagnon a vécu en bonne santé, hormis une légère surdité. En 2004, il éprouve un malaise et se rend à l'hôpital. Le diagnostic tombe, il souffre de problèmes cardiaques qui le conduiront à une greffe. Voir la suite »

Société

Ouvrir le dialogue par la porte de la laïcité

Des pictogrammes sur le port des signes religieux
Des pictogrammes sur le port des signes religieux Photo : Gouvernement du Québec

Vincent Cousin, originaire de France, est chargé de cours à l'Université du Québec à Rimouski, tout comme Clency Rennie. Ces deux amis partagent leur réflexion sur la laïcité et le vivre-ensemble. Dialogue et mise en perspectives. Voir la suite »

Société

Romain Barus vit son eldorado gaspésien

La famille Barus dans l'escalier de sa maison.
La famille Barus : Romain, Sophie, Timéo, Hanaé, Lizéa et Francine Photo : Jean-Pierre Perouma

Romain Barus a quitté la France en juin 2018 avec sa femme et ses trois enfants. Son objectif : vivre son rêve québécois. Après avoir vendu tous ses biens et à quelques jours de son départ pour le Québec, son employeur lui annonce que l'embauche n'est plus possible. Avec son épouse, Romain décide tout de même de venir en Gaspésie. La famille arrive à Gaspé le 3 juillet 2018 avec 14 valises. Retour sur son parcours pour vivre le Québec qui l'émerveille. Voir la suite »

À propos

Jean-Pierre Pérouma croise son regard avec la société québécoise par l'entremise de personnes qui vivent la différence dans les régions de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent. Par ces rencontres, Jean-Pierre nous propose de découvrir les visages et les expériences diverses qui enrichissent nos régions. Regards croisés : au carrefour de la diversité des expériences humaines.

Jean-Pierre est né en France et il a grandi dans un quartier populaire caractérisé par le croisement de plusieurs cultures et ethnies. Il a ensuite posé ses valises à La Réunion, île natale de son père et connue pour son brassage ethnique et son vivre ensemble. Jean-Pierre a été travailleur social, formateur, enseignant et consultant en entreprise. Québécois depuis quelques années, il a fait le choix de venir vivre en région pour y planter ses racines et se nourrir de sa passion pour les rencontres humaines. Il se définit par son optimisme, son humour, le désir de comprendre et faire découvrir les visages qui font la vivacité de nos régions.