•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Image : Fernand Seguin devant un tableau qui explique un phénomène scientifique.

Depuis plusieurs décennies, Radio-Canada explique les phénomènes et les avancées scientifiques à ses auditeurs et ses téléspectateurs. À travers nos archives, plongez au cœur de nos grandes émissions scientifiques.

On ne peut parler d’émissions scientifiques à Radio-Canada sans évoquer le nom de Fernand Seguin, un pionnier de la vulgarisation des sciences. Cet habile communicateur a proposé des contenus savants aux auditeurs de la radio puis de la télévision de Radio-Canada de 1947 à 1985.

Fernand Seguin qui verse du sable sur une table pour former un volcan.
Image : Fernand Seguin qui verse du sable sur une table pour former un volcan.
Photo: Fernand Seguin procède à une expérience scientifique dans le cadre de son émission La science en pantoufles, 6 septembre 1957.   Crédit: Radio-Canada / André Le Coz

Les débuts de la vulgarisation scientifique

Radio-Collège, l’émission qui fait l’école à la maison

Au début de sa carrière, Fernand Seguin, biochimiste de formation, est professeur à la Faculté des sciences de l’Université de Montréal.

C’est en 1947 que Léon Lortie, son ancien professeur de chimie, l’invite à se joindre à l’équipe de Radio-Collège.

Affiche publicitaire dessin d'un homme derrière un micro, inscription Radio-Collège écrit dans le bas de l'affiche.
Affiche publicitaire de l'émission, conçue par Sarrazin pour la douzième saison de l'émission.Photo : Radio-Canada / Sarrazin

Cette émission radiophonique consacrée à l’éducation populaire est diffusée de 1941 à 1956. Des professeurs réputés y participent, comme le frère Marie-Victorin, fondateur du Jardin botanique de Montréal, qui y tient une chronique intitulée « La cité des plantes ».

Radio-Collège sera la première tribune de Fernand Seguin pour la diffusion des connaissances scientifiques.

Cet extrait de l’émission radio Fernand Séguin 40 ans de communication du 15 juin 1994 revient sur la carrière du célèbre communicateur. L’animateur Jean-Marc Carpentier demande à Raymond David et Gérard Lamarche, deux anciens réalisateurs de la radio de Radio-Canada, de revenir sur la mission du programme éducatif de Radio-Collège.

On peut y entendre le générique d’ouverture de la chronique de Fernand Seguin, Aventure scientifique, « une série de 20 émissions dramatiques sur l’histoire des sciences ».

Fernand Seguin explique que les universités observent, vers la fin des années 1940, des problèmes de recrutement. Plusieurs adolescents n’ont jamais entendu parler de science et ne peuvent donc envisager la possibilité de poursuivre une carrière scientifique. C’est pour répondre à ce déficit qu’il choisit d’éveiller les jeunes intelligences aux sciences.

Je me suis rendu compte qu’on pouvait avoir un impact plus considérable à la radio que dans une salle de cours.

Fernand Seguin

Devant ce constat, il abandonne définitivement sa carrière de chercheur et de professeur en biochimie en 1954 afin de se consacrer à sa mission éducative auprès du grand public.

À la suite du décès de Fernand Seguin en 1988, Pierre Maisonneuve présente un portrait de ce professeur des ondes réalisé par l’équipe de l’émission Découverte.

Le reportage diffusé le 1er janvier 1989, qui rend hommage à sa brillante carrière, est ponctué de photos et d’extraits d’archives sur les émissions phares qu’il a animées.

Au moment où Fernand Seguin débute à la télévision en 1954, « le climat scientifique québécois est extrêmement pauvre. Il n’y a presque pas de fonds de recherche et encore très peu de chercheurs ».

Le biologiste Jean Rostand sera une figure inspirante pour Fernand Seguin lorsque ce dernier choisira la carrière de vulgarisateur scientifique. Il garde un souvenir émouvant de l’entrevue qu’il avait menée avec lui à l’émission Le Sel de la semaine.

Bien avant la transmission de connaissances, c’est d’abord le désir d’apprendre et la curiosité que l’animateur tente d’insuffler au public.

Sachant que la télévision est éphémère, on n’espère pas y bâtir son socle, mais on souhaite que ce côté éphémère dure autant que la mémoire des gens. [...] Je me suis aperçu que j’avais influencé quelques personnes.

Fernand Seguin

Comme le mentionne l’animateur Jean-Marc Carpentier, l’émission Radio-Collège sera déterminante. « On a senti pendant de nombreuses années l’impact, la marque et la philosophie de Radio-Collège dans la production de Radio-Canada. »

Un homme tient un bécher et un flacon de laboratoire dans ses mains.
Image : Un homme tient un bécher et un flacon de laboratoire dans ses mains.
Photo: Louis Pasteur (incarné par le comédien Roland Chenail) dans son laboratoire de l'école normale. Extrait du Roman de la science 9 septembre 1957  Crédit: Radio-Canada

Des émissions scientifiques à caractère éducatif

À l’instar de Radio-Collège, les premières émissions scientifiques présentées à la télévision demeurent pédagogiques.

La science en pantoufles, première émission scientifique au petit écran

Dans l’émission La science en pantoufles diffusée pour la première fois le 22 octobre 1954, Fernand Seguin incarne un scientifique qui tente des expériences dans son sous-sol. Le comédien Marc Favreau joue le rôle d’un jeune voisin curieux qui lui pose des questions sur ses travaux de laboratoire. Le chercheur en profite pour lui expliquer quelques notions de science, comme on peut le voir dans cet extrait du premier épisode.

« Seguin a recours à des procédés imaginatifs pour illustrer ses propos. Dans La science en pantoufles, il utilise un tableau de plastique transparent qui se superpose à l'image filmée grâce à un jeu de miroirs. Les téléspectateurs ont ainsi l'impression que Seguin écrit directement sur l'écran de télévision. »

Fernand Seguin assis sur une chaise et maquilleuse qui fait des retouches maquillage au comédien Marc Favreau.
Retouche maquillage par Micheline Landreau dans le studio de l'émission La science en pantoufles en 1954Photo : Radio-Canada

Cette première émission télévisuelle à caractère scientifique entend s’adresser autant aux profanes qu’aux universitaires, mentionne-t-on dans un article de La semaine à Radio-Canada du 17 au 25 octobre 1954.

Voici donc qu'avec la télévision la science peut descendre maintenant dans la vie de tous, avec son pourquoi aussi bien que son comment.

La semaine à Radio-Canada, 17 au 25 octobre 1954

Le roman de la science, une reconstitution de la vie des savants

De 1957 à 1960, un nouveau concept d’émission voit le jour. La société Niagara Films, propriété de Fernand Seguin, produit Le roman de la science, une série qui retrace l'histoire des grandes découvertes scientifiques et la vie des savants les plus célèbres.

On peut voir dans cet extrait l’introduction de l’émission sur Isaac Newton par l’animateur en 1957. Le comédien Jean-Claude Deret personnifie Isaac Newton s’interrogeant sur la gravité universelle avec sa théorie du boulet de canon.

Fernand Seguin effectue lui-même la recherche et rédige le scénario pour les comédiens et ses propres textes de présentation. Le tournage d’une seule émission demande trois jours de prises de vue. L’artiste Frédéric Back est chargé de la conception des décors pour la série.

Le roman de la science dépasse les frontières de la science en remettant le sketch dans son environnement socioculturel. On nous présente les découvertes dans leurs contextes politique, économique et artistique.

Photo de groupe devant les décors de l'émission Le roman de la science
Près d'une maquette d'un bateau à vapeur, Frédéric Back, décorateur, Guy "Pit" Gingras, accessoiriste, Guy Hoffmann, réalisateur et les deux caméramans Roger Moride et Jacques Fogel (Le roman de la science, 1959).Photo : Radio-Canada

Fernand Seguin décrit ainsi la série Le roman de la science dans le journal hebdomadaire La Semaine à Radio-Canada du 9 au 15 novembre 1957.

Cette nouvelle série fait appel à la fois au goût de l'histoire, au goût des sciences et au désir d'apprendre comment l'humanité a progressé dans le domaine des idées et des réalisations.

Fernand Seguin sur le Roman de la science

Atome et galaxies et Les Débrouillards, la science pour les jeunes

D’autres émissions scientifiques s’ajouteront à la grille horaire de Radio-Canada pour expliquer la science aux jeunes. C’est le cas d’Atome et galaxies, une émission destinée aux adolescents de 12 à 17 ans qui a tenu l’antenne d’octobre 1963 à janvier 1971.

Le 20 janvier 1967, Atome et galaxies se questionne sur les soucoupes volantes et les ovnis. Sont-ils des objets matériels? Sont-ils palpables et fabriqués avec des matériaux solides? Dans cet extrait, on aperçoit l’animateur Raymond Charrette s’interroger sur ces mystérieux engins célestes.

Plusieurs animateurs se sont succédé à la barre d’Atome et galaxies : Luc Durand, (1963-1964), Marcel Sicotte (1964-1965), Serge Lapointe (1965-1966), Raymond Charrette (1966-1969) et Jacques Houle (1969-1971).

L’émission s’intéresse parfois à des thématiques spéciales et fouille certains sujets qui se collent à l’actualité scientifique de manière plus poussée. C’est le cas en 1965, où une série de sept émissions est consacrée au voyage de la Terre à la Lune.

Jeunes qui écoutent Raymond Charette dans une bibliothèque, une maquette du fusée et un télescope sont placés sur une table.
Dans le décor de la Bibliothèque de Montréal, au cours de la Semaine du livre, des jeunes écoutent l'animateur d'Atome et galaxies, Raymond Charette (16 novembre 1966).Photo : Radio-Canada

Un concours est même organisé en collaboration avec la NASA, Air Canada et le Département d'éducation physique de l'Université de Montréal pour permettre à des jeunes de passer une semaine à Cap Kennedy en 1966.

De 1990 à 2003, l’émission Les Débrouillards, basée sur le magazine du même nom produit aux éditions SDA Ltée, obtient une grande popularité auprès des jeunes. Elle entre elle aussi dans le créneau des émissions pédagogiques. L’animation est assurée par Gregory Charles et la regrettée Marie-Soleil Tougas, qui sera remplacée par la comédienne Karine Vanasse en 1998.

Visages souriant de Gregory Charles et Marie-Soleil Tougas.
Les animateurs de l'émission jeunesse Les Débrouillards, Gregory Charles et Marie-Soleil Tougas, 1992.Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

Toutes ces émissions avaient pour but de faire connaître les fondements de la science d’une manière à la fois ludique et didactique.

Colette Devlin et Fernand Seguin sont assis face à face à une table, un micro est suspendu entre les deux.
Image : Colette Devlin et Fernand Seguin sont assis face à face à une table, un micro est suspendu entre les deux.
Photo: Dans le studio 27 (radio) de la Maison de Radio-Canada à Montréal, les animateurs Fernand Seguin et Colette Devlin animent La science et vous le 12 septembre 1975.  Crédit: Radio-Canada / M. Sauvageau

La naissance d’un journalisme scientifique

Dans les années 1970, on voit poindre une autre façon de donner accès à la science. Les nouvelles émissions s’intéressent plus aux dernières recherches et à l’information scientifique.

Comme le rapportent Joane Arcand et Yanick Villedieu dans le livre La science pour tous (Multimondes, 2004) : « C’est avec l’émission radiophonique La Science et vous que la radio prend “le virage information” de la communication scientifique. »

La science et vous, le premier magazine d’information scientifique

La Science et vous est diffusée pour la première fois le 19 septembre 1970. L’émission est alors animée par Fernand Seguin et Colette Devlin.

Dans cet extrait audio, Colette Devlin explique le concept de ce magazine d’information scientifique et Fernand Seguin évoque l’importance d’une information rigoureuse non teintée de sensationnalisme, surtout dans le domaine de la santé.

Quand on lit les journaux, on a l’impression que le cancer est guéri chaque semaine. […] Le véritable rôle de l’information scientifique consiste à replacer dans leur contexte les découvertes qui sont faites périodiquement et de montrer leurs limites et leurs implications dans un langage accessible.

Fernand Seguin

La science et vous sera également animée par le docteur Yves Quenneville, Joël Le Bigot et Gilles Moreau. Elle demeurera en ondes de 1970 à 1979.

D’Aujourd’hui la science aux Années lumière

En 1981, l’émission Aujourd’hui la science débute à la radio de Radio-Canada. Elle est animée d’abord par Fernand Seguin puis par Yves Quenneville, et finalement par Yanick Villedieu.

La science devient « un domaine journalistique à part entière » comme celui des arts ou de la politique. Les journalistes tels que Guy Lamarche, Luc Chartrand, Lise Tremblay, Joane Arcand et Jean-Marc Carpentier suivent de près les actualités scientifiques en astronomie, archéologie, médecine, physique, chimie, géographie, etc.

L’animateur Yanick Villedieu et son équipe expliquent de façon claire des phénomènes et des découvertes et décrivent leurs conséquences sur la société.

L’émission Aujourd’hui la science change de nom pour Les années lumière en 1994.

Dans cet extrait de la première des Années lumière le 11 septembre 1994, l’animateur Yanick Villedieu commente avec la journaliste Joane Arcand le choix du nouveau nom de l'émission.

Yanick Villedieu commence à animer Aujourd’hui la science en 1982 et quittera Les années lumière en 2017. Sophie-Andrée Blondin prend le relais de l’émission qui est toujours à l’antenne de Radio-Canada. Elle est en ondes les dimanches après-midi sur ICI PREMIÈRE.

De Science-Réalité à Découverte

Au petit écran, l’émission Science-Réalité fait son apparition en 1975. Science-Réalité donne la parole aux experts.

Chargement de l’image
Les journalistes de Science-Réalité: Gilles-Philippe Delorme, France Dauphin, Solange Gagnon, Gilles Provost (30 août 1984)Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

Dans ce montage d'extraits d’archives, on peut voir le générique d’ouverture et l’introduction de l’émission par les animateurs, Joël LeBigot, le 18 février 1977 et Donald Dodier, le 19 décembre 1981.

Science-Réalité demeurera 13 ans à l’antenne de la Société Radio-Canada, elle changera souvent de style et de case horaire. Si l’émission est très appréciée chez les passionnés de science en raison de son côté technique, elle peine à élargir son public, comme le mentionne le journaliste Pierre Sormany dans le livre La science pour tous (Multimondes, 2004).

Pierre Sormany sera mandaté à titre de rédacteur en chef pour donner un nouveau souffle à l’émission scientifique. En 1988 naît l’émission Découverte.

Dans cette nouvelle série, nous vous proposons de la science au quotidien, la recherche de faits nouveaux sur des sujets qui nous intéressent et nous préoccupent, des images saisissantes.

Pierre Maisonneuve, animateur de Découverte de 1988 à 1992

Les reportages de Découverte sont en lien avec l’actualité. Ils sont plus courts et variés. L’émission épouse une forme dynamique. « L’animateur délaisse le studio et est souvent filmé dans des décors de synthèse. On filme aussi à l’extérieur, sur le terrain ».

En 1989, l’équipe de Découverte innove en suivant un patient atteint d’un infarctus à l’Institut de cardiologie de Montréal. Le fondateur de l’Institut, le cardiologue Paul David, se montre grandement impressionné par le reportage intitulé Le coeur en crise et leur adresse ses félicitations.

Découverte présentera également des documentaires spectaculaires produits à l’étranger, comme la série Planète bleue.

Le premier animateur de Découverte est le journaliste Pierre Maisonneuve de 1988 à 1992. Lui succédera Charles Tisseyre, qui en est encore l'animateur.

Pour en savoir plus, découvrez le récit biographique : Charles Tisseyre en sept temps

Dans ce montage d'extraits d'archives, l’animateur Pierre Maisonneuve introduit la toute première émission de Découverte le 11 septembre 1988. Nous pouvons voir ensuite un extrait de Charles Tisseyre qui présente l'émission du 6 janvier 2002 où les animations sont beaucoup plus présentes.

Chargement de l’image
L'animateur de Découverte Charles Tisseyre photographié en studio en août 1994.Photo : Radio-Canada / Jean Bernier

Plusieurs reportages de Découverte feront date et gagneront des prix au fil des ans : Le coeur en crise (1989), La carte génétique (1991), Le réchauffement de la planète (1999 et 2006), Dawson code orange (2008), Les baby-boomers à l’assaut du mont Mera (2009), Virus H1N1 (2010), La tragédie de lac Mégantic (2014), Recevoir un nouveau visage (2020).

Les émissions scientifiques permettent de comprendre le monde dans lequel nous vivons et de se prémunir contre la divulgation de fausses nouvelles en développant un esprit critique. Elles permettent au public un accès aux recherches.

Moteur de recherche ou encore Carbone viennent s’ajouter à la liste des contenus qui tentent de répondre aujourd’hui à nos préoccupations, que ce soit en santé, en environnement ou face aux nouvelles technologies.

Les connaissances nous donnent un nouvel éclairage sur nous même, sur l’humanité et sur l’univers. Les questions n’ont pourtant pas changé. Qui sommes-nous? D’où venons-nous? Qu’allons-nous devenir? Sommes-nous seuls dans l’univers? Les découvertes récentes nous amènent à repenser nos réponses.

Charles Tisseyre

Le prix du Scientifique de l’année Radio-Canada et la bourse Fernand-Seguin


Prix du Scientifique de l’année :
Chaque année depuis 1987, les journalistes scientifiques de Radio-Canada se réunissent en comité pour remettre le prix du Scientifique de l’année à une ou des « personnalités francophones dont les travaux ont marqué leur discipline ».

Bourse Fernand-Seguin :
La bourse Fernand Seguin, remise depuis 1981 par la Société Radio-Canada et l'Association des communicateurs scientifiques du Québec (ACS), permet à un journaliste scientifique de la relève de « réaliser huit stages dans des médias québécois, dont La Presse, Québec Science et Radio-Canada, au sein des équipes radio, télévision ou numérique, dont celles des émissions Les années lumière sur ICI PREMIÈRE et Découverte sur ICI TÉLÉ ».

Émissions scientifiques de Radio-Canada

Radio

  • Radio-Collège : (1941-1956)
  • La connaissance aujourd’hui : (1966-1978)
  • La science et vous (1970-1980)
  • Antenne-5 : (1979-1981)
  • Aujourd’hui la science : (1981-1994)
  • Les années lumière : (1994-…)
  • Moteur de recherche : (2018- …)


Télévision

  • La science en pantoufles : (1954-1956)
  • La vie qui bat : (1955-1975)
  • La joie de connaître : (1955-1957)
  • Le roman de la science : (1957-1971)
  • L’homme devant la science (1961-1962)
  • Atome et galaxies : (1963-1971)
  • La flèche du temps : (1971-1975)
  • Science-Réalité : (1975-1987)
  • Les Débrouillards : (1990-2003)
  • Découverte : (1988-…)

Équipe

Recherche et rédaction : Sophie Caron
Recherche d'archives : Simon Bouchard, Sylvie Cournoyer, Service de gestion des documents de Radio-Canada

Partager la page