•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Image : Reportage en coulisses sur la nouvelle mairesse de Longueuil, Catherine Fournier. Pour le journaliste Thomas Gerbet. Photo prise à l’hôtel de ville de Longueuil, Québec.

La nouvelle mairesse de 29 ans s'est entourée d'une garde rapprochée née dans les années 1980 et 1990, parfois plus jeune qu'elle. Radio-Canada les a suivies trois jours.

Texte : Thomas Gerbet Photographies : Ivanoh Demers

Lundi 15 novembre. 9 h 30. Un petit groupe de jeunes se précipite dans l'ascenseur de l'hôtel de ville de Longueuil, sans faire attention à la règle sanitaire affichée qui préconise une personne à la fois. Ils sont trop excités de découvrir les locaux du cabinet politique, là où ils vont contrôler le destin de la cinquième ville du Québec pour les prochaines années.

Des exclamations et des rires retentissent en ouvrant la porte du bureau réservé à la mairesse. C'est plus grand que chez moi, s'amuse Catherine Fournier, assermentée depuis moins de 24 heures. Le bureau, qui inclut une cuisine et une salle de bain avec douche, mesure 1431 pieds carrés, contre 772 pour son propre logement.

Catherine Fournier pénètre dans son grand bureau pour la première fois, le 15 novembre, au lendemain de son assermentation.
Catherine Fournier pénètre dans son grand bureau pour la première fois le 15 novembre, au lendemain de son assermentation.Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Comme beaucoup de jeunes de son âge, la nouvelle mairesse est locataire. Bien qu'elle ait touché un salaire de députée de 95 000 $ dans les dernières années, celle qui vit seule a abandonné ses recherches pour acheter un condo, par manque de temps, mais aussi parce que les prix ont monté.

« Je parle aussi de ma réalité quand j’aborde la surenchère immobilière. »

— Une citation de  Catherine Fournier, mairesse de Longueuil

Sa propriétaire lui a annoncé qu’elle reprendra son logement l'an prochain. Il va falloir que je me trouve une autre option.

L’argent ne devrait plus être un problème. La rémunération de la mairesse de Longueuil atteint les 250 000 $ annuels. Un montant que Catherine Fournier réduira à 185 000 $ dès le premier conseil municipal, le 23 novembre.

Catherine Fournier de dos, à son bureau, chez elle.
Catherine Fournier prépare son discours d'assermentation, à son domicile, le 14 novembre.Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

La veille, nous avons rencontré Catherine Fournier dans son quatre et demie de la rue Saint-Charles. Ce matin-là, elle n'est pas encore officiellement mairesse de Longueuil, mais elle s’apprête à être assermentée.

Elle est rentrée à minuit de la fête de 30 ans d'une amie et revient d’une journée passée au bord d'un lac en Estrie, afin de s'offrir un peu de détente avant le tourbillon de ses nouvelles fonctions.

Je ressens un poids, confesse-t-elle. Assise à une petite table, déjà vêtue de sa robe rouge pour l'occasion, elle termine la rédaction de son discours.

Sur l’ordinateur, elle écrit : La population a fait preuve d’audace en confiant un mandat clair à un conseil municipal presque entièrement renouvelé. C’est une grande responsabilité que nous avons maintenant entre les mains. Nous devons être à la hauteur.

En plus de Catherine Fournier, les Longueuillois ont élu des conseillers très jeunes de son équipe comme Jonathan Tabarah, 27 ans, Lysa Belaïcha, 22 ans, et Rolande Balma, 21 ans.

Rolande Balma, 21 ans, nouvelle conseillère municipale, plus jeune élue dans l'équipe de Catherine Fournier.
Rolande Balma, 21 ans, nouvelle conseillère municipale, plus jeune élue dans l'équipe de Catherine Fournier. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Si les gens ont des doutes sur nos compétences, ils vont voir notre ardeur en nous rencontrant, prévient Catherine Fournier.

À la droite de son ordinateur, un petit cadre blanc posé sur la table met en valeur une citation de l'ancien président des États-Unis, John F. Kennedy : Une personne peut faire la différence, et tout le monde devrait essayer.

JFK a aussi dit un jour que diriger et apprendre ne sont pas dissociables.

Kennedy a été élu pour la première fois comme représentant du Massachusetts à 29 ans, le même âge qu'a Catherine Fournier aujourd'hui. Mais cette dernière a débuté encore plus tôt. Avant devenir la plus jeune mairesse d'une grande ville, elle a été la plus jeune femme élue députée de l’histoire du Québec, à 24 ans.

La péquiste Catherine Fournier prononce son discours de victoire lors des élections partielles du 5 décembre 2016.
Catherine Fournier a remporté la circonscription de Marie-Victorin avec le Parti québécois en 2016. Elle quittera ensuite le PQ en 2019 pour siéger comme indépendante.Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Le vrai travail commence, prévient Simon Therrien-Denis, 37 ans, le chef de cabinet de la nouvelle mairesse J'apprends la politique municipale en même temps que les nouveaux élus, avoue celui qui a connu Catherine Fournier au Parti québécois avant d'exercer jusqu'à récemment comme conseiller de la ministre de la Culture Nathalie Roy.

Le grand-père de Simon Therrien-Denis n'est autre que Roland Therrien, le tout premier maire de Longueuil, à la suite de la fusion de la municipalité en 1969. Il est décédé durant son mandat.

Simon Therrien-Denis, 37 ans, chef de cabinet de Catherine Fournier.
Simon Therrien-Denis, 37 ans, chef de cabinet de Catherine Fournier.Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Catherine Fournier succède à Sylvie Parent, 59 ans, qui a le même âge que sa mère. L'ex-mairesse, qui ne la soutenait pas, n'entretient pas de très bonnes relations avec sa cadette. Catherine Fournier raconte : Je lui ai écrit : "J'espère qu’on va avoir l’occasion de se parler pour faire la transition". Elle ne m’a jamais répondu.

Dans les jours qui ont suivi l'élection, la jeune femme a toutefois rencontré le directeur général. Il a essayé de me faire changer d'avis dans le dossier de la rainette, explique Catherine Fournier. Mais elle a tenu son bout.

Le DG Patrick Savard naviguait dans le milieu municipal avant que Catherine Fournier ne vienne au monde. Lors de leur rencontre, il a tenté de la convaincre de continuer les travaux de prolongement du boulevard Béliveau qui menacent l’habitat de l’espèce.

« Je lui ai réitéré que ce n'est pas ce que je souhaite et ce n'est pas ce que j'ai promis aux gens de Longueuil. »

— Une citation de  Catherine Fournier, mairesse de Longueuil, à propos de sa rencontre avec le directeur général

Quelques heures plus tard, alors que le dossier est entendu devant la Cour supérieure, les avocats de la Ville changent finalement leur position en faveur de la suspension des travaux voulue par Catherine Fournier.

Catherine Fournier met en charge sa voiture électrique, devant l'hôtel de ville de Longueuil.
Catherine Fournier met en charge sa voiture électrique, devant l'hôtel de ville de Longueuil.Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Au moment où Catherine Fournier pénètre dans le grand bâtiment vitré de l’hôtel de ville pour son assermentation, elle ouvre de grands yeux. Un orchestre et un long tapis bleu l'attendent sur le chemin de la salle du conseil. Je ne m'attendais pas à ça, chuchote-t-elle.

Tous les élus sont déjà arrivés avec leurs familles pour la cérémonie protocolaire. Sa grand-mère de 81 ans est là, fière et fébrile de la voir accéder à une telle responsabilité.

Clémence Massicotte a gardé la jeune Catherine jusqu'à ses 11 ans, pendant que les parents travaillaient.

« Chaque matin, elle me parlait des droits des femmes et de l'histoire du Québec, ce qui a certainement fait germer la flamme en moi. »

— Une citation de  Catherine Fournier, mairesse de Longueuil, à propos de sa grand-mère
Catherine Fournier en 2012, en compagnie de sa grand-mère Clémence Massicotte, qui recevait une médaille de l'Assemblée nationale pour saluer son patriotisme.
Catherine Fournier en 2012, en compagnie de sa grand-mère Clémence Massicotte, qui recevait une médaille de l'Assemblée nationale pour saluer son patriotisme.Photo : Clémence Massicotte

La victoire de Catherine Fournier a été presque totale. Ce qu'elle a baptisé la vague magenta, en raison des couleurs de son parti, a emporté presque tous les districts sur son passage, renouvelant ainsi très largement le conseil municipal.

Sur les 18 élus municipaux de Longueuil, 14 appartiennent au parti créé par la jeune politicienne et elle a fait une entente électorale avec trois autres.

La prise de fonction des ces nouveaux élus est à peine officielle que le ton semble déjà avoir changé du côté de la direction générale.

Le DG adjoint déclare dans son discours, à la suite de leur assermentation : Vous pouvez compter sur nous pour mettre en œuvre vos décisions et vos projets et vous suivre dans ce nouvel élan que vous induisez à Longueuil.

Les 18 élus conseillers municipaux à Longueuil.
Sur les 18 élus municipaux de Longueuil, 14 sont de l'équipe de Catherine Fournier et elle a fait une entente électorale avec trois autres.Photo : Ville de Longueuil

Mardi 16 novembre. C'est le premier caucus des conseillers du parti Coalition Longueuil. Certains se perdent dans les corridors de l’hôtel de ville. Tous sont des nouveaux venus, à l'exception de Jonathan Tabarah, 27 ans, déjà élu depuis quatre ans.

Dans un climat de camaraderie, Catherine Fournier distribue les responsabilités en faisant défiler ses notes sur son téléphone.

Marjolaine Mercier, 35 ans, siégera au comité exécutif avec Affine Lwalalika, 39 ans. La mairesse donne aussi une place à un élu de l’opposition de 59 ans, le doyen du conseil.

Le poste le plus important revient à Jonathan Tabarah. Il occupera les fonctions de maire suppléant, de leader de la majorité et de vice-président du comité exécutif présidé par la mairesse.

Jonathan Tabarah, 27 ans, sera le bras droit de Catherine Fournier parmi les élus.
Jonathan Tabarah, 27 ans, sera le bras droit de Catherine Fournier parmi les élus.Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Tel un vieux sage, le jeune homme distille des mises en garde à ses collègues. Le conseil de ville de mardi vient vite, nous allons devoir faire une pratique. [...] Les citoyens vont vous solliciter partout, dans la rue, à l'épicerie, au téléphone...

C’est sûr qu’au début, on a nos preuves à faire, explique-t-il. Comme jeunes, on part avec une coche en moins.

La directrice de cabinet adjointe, Annick Bergevin, 37 ans, poursuit : « Ayez un comportement irréprochable. Vous êtes tous devenus des personnalités publiques. »

« Vous êtes le prolongement de l’image de Catherine. Soyez souriants, bien mis, beaux et belles. »

— Une citation de  Annick Bergevin, directrice adjointe de cabinet de Catherine Fournier
Annick Bergevin, directrice adjointe de cabinet de Catherine Fournier.
Annick Bergevin, directrice adjointe de cabinet de Catherine Fournier. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Attention aux vautours qui peuvent tourner autour de vous, comme les entrepreneurs, prévient-elle. Dans l’éthique, il y a beaucoup de zones grises, ajoute le jeune Tabarah. La plupart du temps, ça se règle par de la transparence.

Ce n’est pas une page blanche et on a les fonctionnaires pour nous appuyer, se rassure Gabriel Germain, 31 ans, nommé directeur général du parti Coalition Longueuil. Malgré tout, on a un bagage et des expériences diverses.

Pour moi, Catherine, c’est quelqu’un d’expérience, dit Lysa Belaïcha, 22 ans, élue conseillère municipale. La dynamique est différente entre jeunes, on s'entraide beaucoup.

Lysa Belaïcha, conseillère municipale de 22 ans, élue dans l'équipe de Catherine Fournier.
Lysa Belaïcha, conseillère municipale de 22 ans, élue dans l'équipe de Catherine Fournier.Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

On va peut-être prendre les choses d’un angle différent, avec nos lunettes de jeunesse, croit Reine Bombo-Allara, 34 ans, qui occupera le poste de présidente du conseil municipal. « On sortira peut-être plus des sentiers battus, on sera peut-être plus innovateurs. »

Est-ce un choix délibéré de la part de la nouvelle mairesse d'être surtout entourée par des jeunes? Ce n'est pas  volontaire, mais plutôt naturel, répond Catherine Fournier. Je m’entoure de gens que j’ai rencontrés au fil du temps.

L’âge n’est pas garant de l’expérience, dit Catherine Fournier, en citant en exemple son conseiller spécial et meilleur ami, Louis-Philip Prévost, 23 ans. Il connaît déjà tous les dossiers.

Louis-Philip Prévost, plus proche conseiller et meilleur ami de Catherine Fournier.
Louis-Philip Prévost, plus proche conseiller et meilleur ami de Catherine Fournier.Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Passionné de politique depuis l’enfance, il suivait religieusement les conseils municipaux de sa ville de Saint-Bruno-de-Montarville dès l’âge de 14 ans. À l’époque, c’est lui qui avait pris contact avec Catherine Fournier sur Facebook pour offrir ses services.

« Je l’ai rencontré quand il avait 15 ans et je ne comprenais pas comment quelqu’un de son âge pouvait avoir une telle connaissance. »

— Une citation de  Catherine Fournier, mairesse de Longueuil, à propos de son conseiller spécial de 23 ans

Depuis, les deux ne se lâchent plus. Il a été son conseiller politique et attaché de presse à l'Assemblée nationale.

Louis-Philip Prévost devant poursuivre ses études de droit à l’Université Laval, il ne sera présent qu’à temps partiel pour le cabinet.

C’est Camille Desrosiers-Laferrière, 26 ans, qui sera l’attachée de presse de la mairesse. Elle vient de quitter son travail aux communications d’une chaîne hôtelière et un emploi à temps partiel dans un restaurant Boston Pizza pour pouvoir remplir son nouveau mandat.

Catherine Fournier a 29 ans.
Catherine Fournier a 29 ans. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Retour au domicile de Catherine Fournier. Un dinosaure en peluche trône sur une étagère, au-dessus du bureau. « Je l’ai acheté parce que je le trouve trop cute. Je vais le donner en cadeau. Toutes mes amies ont des bébés en ce moment. »

À 29 ans, Catherine Fournier est exactement dans la moyenne d’âge du premier enfant pour les Québécoises.

Elle l'admet sans détour : c'est mon intention de devenir mère durant le ou les prochains mandats à la tête de la Ville.

Je fais confiance à mon équipe quand ça viendra. Je n’ai jamais eu de problème à confier des responsabilités aux gens qui m’entourent.

Un congé maternité de 18 semaines est permis pour une élue municipale. Il faudra trouver de nouvelles formes d’organisation. Mon horaire de travail ne pourra pas être pareil, mais c’est correct.

Dans l'équipe de Catherine Fournier, il y a plusieurs jeunes parents. On s’est adaptés, raconte la mairesse. Durant la campagne, on ne faisait pas nos rencontres à 19 h, en pleine routine du dodo. On attendait 20 h 30, que les enfants soient couchés.

« La conciliation travail-famille, c’est la chose la plus importante. Je veux que personne ne mette sa vie de côté pour la politique. Je trouve que c’est l'aspect malsain. Et, justement, on a l’occasion de changer les façons de faire. »

— Une citation de  Catherine Fournier, mairesse de Longueuil

La jeune femme reconnaît qu'elle-même a des devoirs à faire à ce sujet. Elle travaille beaucoup et doit se faire violence pour dormir 6 heures par nuit. L'équilibre n'était pas bon en campagne électorale, avoue-t-elle.

La course est terminée, a tenu à rappeler la directrice adjointe de cabinet Annick Bergevin, lors du caucus. « La politique, c’est une drogue qu’il faut savoir doser. »

Premier caucus des élus du parti Coalition Longueuil.
Premier caucus des élus du parti Coalition Longueuil.Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La présidente de Coalition Longueuil, Véronique Lalande, 39 ans, prend la parole à son tour, devant les élus. Ça va être bref, je dois aller chercher mes enfants à la garderie, prévient celle qui accouchera le mois prochain d’un troisième.

Elle les informe que leur parti est sorti de la campagne électorale sans aucune dette, et même avec un surplus de 20 000 $. La salle l’acclame. On prépare déjà la prochaine élection, annonce la présidente. 2025 s’en vient vite.

Catherine Fournier confie que son objectif, c’est deux mandats à la tête de la Ville. Elle évoque même trois, mais pas plus.

De gauche à droite : Catherine Fournier, Annick Bergevin, Louis-Philip Prévost, Gabriel Germain et Véronique Lalande.
De gauche à droite : Catherine Fournier, Annick Bergevin, Louis-Philip Prévost, Gabriel Germain et Véronique Lalande.Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Peu de temps après avoir pris ses quartiers au troisième étage de l'hôtel de ville, Catherine Fournier a retiré de son bureau le drapeau du Canada pour ne conserver que celui du Québec.

Mais, en attendant de réaliser un jour son rêve de souveraineté, la nouvelle mairesse doit d'abord s'attaquer aux préoccupations beaucoup plus terre à terre des citoyens de sa ville. Lors du porte-à-porte en campagne électorale, c'est de la sécurité des rues résidentielles et de la vitesse des voitures que les gens lui ont le plus parlé.

Catherine Fournier ne fera pas passer la limite à 30 km/h, parce que, déjà, les gens ne respectent pas les 40 km/h . Elle mise plutôt sur le réaménagement des rues et évoque l'idée de saillies de trottoir, de bacs à fleurs au milieu de la route ou encore de coussins berlinois, une sorte de dos-d'âne.

Chargement de l’image
Catherine Fournier préside le premier caucus de son équipe.Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La nouvelle mairesse ne cache pas s’inspirer des idées de Projet Montréal et Valérie Plante. Elle compte multiplier à Longueuil les pistes cyclables, les sentiers, et mettre en valeur les berges du fleuve.

Catherine Fournier évoque son intérêt pour se doter d'un droit de préemption, comme à Montréal : On ne doit pas faire n’importe quoi avec le peu de terrains qui restent .

Elle cite même l'expérience intéressante du règlement 20/20/20 de la métropole pour imposer plus de logements sociaux, familiaux et abordables. On va s’inspirer de tout ça, en essayant qu’il ait plus de mordant.

Catherine Fournier a déjà averti en privé les membres de son caucus : C'est un vent de fraîcheur qui souffle sur Longueuil et il faut que ça souffle très fort dans les prochaines années.

Chargement de l’image
Catherine Fournier, au dernier étage de l'hôtel de ville, à Longueuil.Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Partager la page