•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Image : Un groupe de personne devant le chalet au belvédère du Mont-Royal.

Une cérémonie a eu lieu vendredi, au belvédère Kondiaronk sur le Mont-Royal, pour commémorer les assassinats perpétrés à l'École Polytechnique, à Montréal, le 6 décembre 1989. Trente ans après, l'accent a été mis sur l'importance de nommer ce drame de son vrai nom : un féminicide.

Texte : Delphine Jung Photos : Ivanoh Demers

Une foule regroupée au belvédère du Mont-Royal avec les faisceaux, en arrière plan.
Image : Une foule regroupée au belvédère du Mont-Royal avec les faisceaux, en arrière plan.
Photo: Quatorze faisceaux lumineux ont percé le ciel montréalais en la mémoire des 14 femmes assassinées le 6 décembre 1989.  Crédit: Ivanoh Demers

Vendredi soir, 14 faisceaux illuminaient le ciel neigeux de Montréal en la mémoire des 14 jeunes femmes assassinées le 6 décembre 1989 lors de la tragédie survenue à l’École polytechnique de Montréal.

Très émue, la gouverneure générale Julie Payette a rappelé lors d'un discours, qu’elle-même, était une femme ingénieure. En prenant son temps, Mme Payette a énuméré les noms de toutes les victimes.

J’étais à l’université comme elles, par choix. Non pas par idéologie, ni par militantisme […], mais parce que j’aimais la profession.

Julie Payette, gouverneure générale du Canada

Alors qu’une étudiante et un étudiant récitaient tour à tour le nom de chacune des victimes de Marc Lépine, des faisceaux lumineux fendaient le ciel. Au même moment, en signe de solidarité, 14 universités canadiennes allumaient elles aussi un rayon lumineux.

Le portrait des 14 victimes
Le Québec a mis beaucoup de temps avant de nommer cette attaque comme étant un féminicide.Photo : Ivanoh Demers

La minute de silence a été rompue par les 150 voix qui se sont élevées du Chœur Phoenix composé de l'Ensemble vocal Carpe Diem, de la Chorale du Cégep de Saint-Jérôme et du Chœur en Fugue de Châteauguay, sous la direction artistique de Frédéric Vogel.

Pour l’occasion, ce sont les chansons Aimons-nous de Yvon Deschamps et Hallelujah de Léonard Cohen qui ont été choisies.

Justin Trudeau et Sophie Grégoire Trudeau marchent main dans la main, en tenant une rose blanche.
Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a promis que son gouvernement allait renforcer le contrôle des armes à feu. La carabine semi-automatique dont s'est servi Marc Lépine circule toujours en toute légalité au pays.Photo : Ivanoh Demers

Bras dessus dessous, Julie Payette et la mairesse de Montréal ont déposé une rose blanche, devant un tableau sur lequel figuraient les portraits des victimes. Elles étaient suivies entre autres par le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, accompagné de sa femme, Sophie Grégoire Trudeau, le lieutenant-gouverneur du Québec, Michel Doyon et le premier ministre du Québec, François Legault, lui aussi venu avec sa femme, Isabelle Brais.

Passer de la mémoire aux actions

La cérémonie a été marquée par ce désir de nommer clairement l’acte commis il y a 30 ans par Marc Lépine : un féminicide.

J’aimerais que l’on promette à ces 14 femmes que dorénavant […], nous ferons de notre mieux pour nommer les violences avec les mots qui les définissent réellement. Nous avons le devoir de nous souvenir, mais aussi de reconnaître et de nommer.

Karine Vanasse, maîtresse de cérémonie

« J’avais peur du mot "féministe" […]. Aujourd’hui, ce mot je le trouve beau, fort rassembleur, important », a-t-elle lâché les larmes aux yeux.

L'actrice Karine Vanasse au pupitre. derrière elle, on distingue entre autres Valérie Plante, Justin Trudeau et François Legault, tous tenant une rose blanche dans les mains.
L'actrice Karine Vanasse était la maîtresse de cérémonie. Elle avait produit en 2009 le film «Polytechnique», réalisé par Denis Villeneuve.Photo : Ivanoh Demers

En entrevue à Radio-Canada, la journaliste et documentariste Francine Pelletier, rappelait justement combien à l’époque du drame, « la société a nié l’évidence ».

« Il fallait se taire au nom du deuil. Je pense que c’est l’un des syndromes de la Révolution tranquille. On avait mis l'Église à la porte et on était passé d'une province repliée sur elle-même à une province progressiste. Il n'était pas question de penser qu'un de nos hommes puissent tuer des femmes », a-t-elle ajouté.

Pour la journaliste, 30 ans après, « nous entrons dans une nouvelle phase. Il faut reconnaître que Marc Lépine n’a pas seulement voulu s’attaquer aux femmes, mais au féminisme ». Ces étudiantes représentaient en effet l’émancipation des femmes, désireuses d’occuper une profession a priori réservée aux hommes.

Catherine Bergeron
Catherine Bergeron, sœur de Geneviève Bergeron, l'une des victimes, a tenu un discours dans lequel elle a beaucoup parlé d'amour, juste avant que le chœur n'entonne justement Aimons-nous de Yvon Deschamps.Photo : Ivanoh Demers

Prenant le relai de Mme Vanasse, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a expliqué qu’au-delà du souvenir, il fallait désormais agir.

On a tous une responsabilité pour combattre le sexisme qui justement fait trop partie du quotidien.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Le premier ministre du Québec, François Legault a quant à lui insisté sur le fait que « 14 femmes se sont fait voler leur avenir parce qu’elles étaient des femmes ».

Manon Massé, Chantal Rouleau et Hélène David, se tenant le bras.
Plusieurs personnalités politiques se sont jointes à l'événement commémoratif du 6 décembre, au belvédère du Mont-Royal.Photo : Ivanoh Demers

Quant à Justin Trudeau, il a souligné l’importance de lutter contre la violence fondée sur le sexe avant d’évoquer l’une de ses promesses électorales. « Nous allons renforcer le contrôle des armes à feu en interdisant les armes d’assaut de style militaire. Nous avons un consensus clair à la Chambre des communes », a-t-il dit, appuyé par quelques applaudissements.

Les 14 faisceaux lumineux sont demeurés allumés jusqu’à 23 h.

Partager la page