•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Image : À Mobile, une murale rappelle l'histoire du Clotilda (souvent écrit Cloitlde).

L'épave du dernier négrier américain illumine un sombre passé

Le Clotilda est le dernier bateau à avoir transporté des Africains arrachés à leur terre natale pour les emmener de force aux États-Unis, quelques années avant l'abolition de l'esclavage.

Le Clotilda est le dernier bateau à avoir transporté des Africains arrachés à leur terre natale pour les emmener de force aux États-Unis, quelques années avant l'abolition de l'esclavage.

Par Raphaël Bouvier-Auclair

« Parfois, des gens vont dire que leur arrière-arrière-grand-père était un grand général. Eh bien, mon arrière-arrière-grand-père est arrivé ici nu à bord d'un bateau », lance Jocelyn Davis.

La jeune femme est la descendante directe de Charlie Lewis, l'un des derniers esclaves arrivé malgré lui aux États-Unis, en 1860.

Jocelyn Davis est descendante de Charlie Lewis, un passager du Clotilda.
Jocelyn Davis est descendante de Charlie Lewis, un passager du Clotilda. Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Signe de l'importance qu'elle accorde à son héritage, elle nous donne rendez-vous dans le cimetière d'Africatown, à Mobile en Alabama, un quartier fondé par quelques dizaines d'esclaves, dont son ancêtre, qui ont été emmenés de force à bord d'un navire nommé le « Clotilda ».

Ici et là dans le quartier, des murales, des plaques commémoratives et des statues ont été installées pour s’assurer que leur traversée ne se transforme pas en légende.

Jocelyn Davis devant une plaque rendant hommage à quelques passagers du Clotilda qui ont fondé une église locale.
Jocelyn Davis devant une plaque rendant hommage à quelques passagers du Clotilda qui ont fondé une église locale. Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Au moment où les États-Unis soulignent l’arrivée, il y a 400 ans, des premiers esclaves africains en Amérique du Nord britannique, Jocelyn et d’autres descendants ont appris que la preuve la plus tangible de la traversée de leurs ancêtres a été retrouvée.

Ma grand-mère n’a pas pu voir cela. Mon arrière-grand-mère n’a pas pu voir cela. Je suis heureuse de savoir que je pourrai raconter l’histoire de la découverte du Clotilda.

Jocelyn Davis, descendante d'un passager du Clotilda

L’arrivée clandestine du dernier navire d’esclaves

En 1860, à la veille de la guerre civile américaine, un riche planteur de coton et armateur de Mobile, Timothy Meaher, a mandaté un capitaine pour organiser une traversée transatlantique qui lui permettrait de se procurer de nouveaux esclaves en Afrique.

Une plaque rappelle l’endroit où se trouvait le marché d’esclaves à Mobile, en Alabama.
Une plaque rappelle l’endroit où se trouvait le marché d’esclaves à Mobile, en Alabama.Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

L’opération était illégale. Bien que l’esclavage était permis dans plusieurs États américains, notamment dans le sud, le commerce international d’esclaves avait été interdit en 1808. Des lois que Timothy Meaher entendait justement contourner, selon l’universitaire Sylviane Diouf, qui a consacré un livre à l’histoire du Clotilda.

« L'histoire raconte que c'est à la suite d'un pari avec un homme du nord, au cours duquel il a parié 100 $ qu'il pouvait introduire des Africains au nez et à la barbe des autorités », explique-t-elle.

Le Clotilda a donc quitté les États-Unis en mars 1860 pour se rendre au Bénin. C’est à partir de ce pays d’Afrique de l’Ouest que 110 esclaves ont entrepris malgré eux une longue traversée d’environ deux mois.

« Ce voyage entre l’Afrique et les États-Unis, c’était horrible », relate Margaret Fowler, directrice du Musée d’histoire de Mobile, où une partie de l’exposition permanente traite des conditions de détention sur les navires d’esclaves : des passagers nus, enchaînés et entassés dans la cale.

Une partie de l’exposition permanente du Musée d’histoire de Mobile est destinée aux conditions de détention sur les navires d’esclaves.
Une partie de l’exposition permanente du Musée d’histoire de Mobile est destinée aux conditions de détention sur les navires d’esclaves.Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

La traversée du Clotilda a été peu documentée, note Sylviane Diouf.

« Ils ont dit qu’ils avaient soif et que deux personnes étaient mortes. On n’en sait pas plus. C’est assez caractéristique. Très peu d’Africains qui ont vécu la traversée ont décrit ce qui s’est passé », indique-t-elle.

Une fois arrivé près de Mobile, l’équipage du bateau a évacué les esclaves, avant de s’attarder au sort à réserver au navire qui les avait transportés depuis l’Afrique.

Une partie de l’exposition permanente du Musée d’histoire de Mobile est destinée aux conditions de détention sur les navires d’esclaves.
Une partie de l’exposition permanente du Musée d’histoire de Mobile est destinée aux conditions de détention sur les navires d’esclaves.Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

« Ils se sont rendu compte aussi que les autorités avaient eu vent de leur arrivée. Donc, l'idée a été d’apporter le bateau dans un bayou et de le brûler. Et c'est donc ce qui s'est passé. Le Clotilda a été mis à feu le soir de son arrivée », raconte Mme Diouf.

La structure restante du navire a été ensevelie, faisant sombrer avec elle une partie de son histoire.

Il n’y a pas eu de conséquences pour le propriétaire ni pour le capitaine.

Margaret Fowler, directrice du Musée d’histoire de Mobile

Ils n’ont jamais été condamnés, malgré des accusations de trafic clandestin d’esclaves.

Une épave difficile à retrouver

Avec le temps, plusieurs autres navires ont rejoint le Clotilda dans les eaux boueuses de la rivière Mobile. Le cours d’eau, peuplé d’alligators, est devenu un véritable cimetière d’épaves.

La rivière Mobile, entourée de bayous, où l’épave du Clotilda a été retrouvée.
La rivière Mobile, entourée de bayous, où l’épave du Clotilda a été retrouvée.Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

En janvier 2018, Ben Raines, un journaliste de Mobile, a trouvé ce qu'il pensait être les restes de ce navire, mais il se trompait.

Toutefois, six mois plus tard, ce passionné d’histoire et de navigation a découvert de nouvelles pièces de bateau dans l’eau. Et cette fois, il était convaincu de l’authenticité de sa trouvaille.

Ben Raines dans l'eau, tenant dans ses mains des pièces d'une épave de bateau.
Le journaliste Ben Raines, avec une pièce de l’épave du Clotilda.Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Grâce à la coopération d'un établissement universitaire de la région, M. Raines a pu consulter les écrits du capitaine du Clotilda et d’autres preuves historiques. « J’avais éliminé d’autres épaves parce qu’elles n’étaient pas de la bonne grandeur ou parce qu’elles étaient faites de métal, donc trop modernes. Il restait donc seulement ce navire », explique-t-il.

Après environ un an d’attente, et avec la collaboration de plusieurs autres établissements, la Commission historique de l’Alabama a finalement authentifié la découverte. Le Clotilda, disparu depuis 160 ans, avait finalement été retrouvé.

À Mobile, la découverte n’a pas fait l’affaire de tous. « On m’a dit : "Vous attisez les ennuis, vous n’auriez jamais dû chercher ce bateau" », relate Ben Raines.

Le journaliste Ben Raines a étudié des cartes et des preuves historiques pour trouver l’épave du Clotilda.
Le journaliste Ben Raines a étudié des cartes et des preuves historiques pour trouver l’épave du Clotilda.Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

C’est une histoire à la fois fantastique et terrible qui devait être racontée. La seule manière d’y parvenir, c’était de trouver le navire, puisque c’est le véhicule qui a amené ces gens ici.

Ben Raines, journaliste et passionné d’histoire

« Quelque chose de bien ressort toujours du mal. Et c’était du mal », ajoute-t-il.

Un souvenir bien vivant

Mais à Mobile, il n’y a pas que l’épave du navire qui permet de raconter l’histoire des passagers du Clotilda.

Le quartier Africatown, à Mobile.
Le quartier Africatown, à Mobile.Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Après avoir été affranchis à la fin de la guerre de Sécession, en 1865, une trentaine d’anciens passagers du navire ont décidé de fonder en périphérie de la ville le quartier Africatown. Cinq ans après leur arrivée, incapables de retourner dans leur Bénin natal, ils ont créé leur coin d’Afrique dans le sud des États-Unis.

L’un des derniers passagers du Clotilda, Cudjoe Lewis, y a vécu jusqu’en 1935. Des dizaines de descendants habitent toujours dans le quartier établi par leurs ancêtres.

Un buste à la mémoire de Cudjoe Lewis, l’un des derniers survivants du Clotilda.
Un buste à la mémoire de Cudjoe Lewis, l’un des derniers survivants du Clotilda.Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

C’est difficile parce que l’histoire du Clotilda avait été niée, quelquefois oubliée, pendant un demi-siècle après l'incident. Alors, de retrouver le Clotilda dans une forme physique, cela donne une expression solide à l'espoir des résidents d'Africatown.

Margaret Fowler, directrice du Musée d’histoire de Mobile

Dans les rues d’Africatown, la découverte du Clotilda est effectivement source d’espoir.

Bien que l’épave soit toujours sous l’eau et que l’opération visant à l’en retirer s’annonce longue et complexe, certains résidents du quartier réclament déjà qu’elle soit installée ici plutôt que dans une institution nationale.

Darron Patterson est un descendant de Polly Allen, passager du Clotilda.
Darron Patterson est un descendant de Polly Allen, passager du Clotilda.Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Darron Patterson, un descendant de Pollee Allen, un autre passager du Clotilda, imagine déjà un musée ou un mémorial qui permettrait à la fois de partager l’histoire de son ancêtre, mais aussi de donner un coup de main à un quartier qui en a bien besoin sur le plan économique.

« Il y a beaucoup de maisons abandonnées, beaucoup de gens ont quitté le quartier », souligne M. Patterson, qui s’est lui-même installé dans un autre secteur de la ville.

Africatown a déjà connu des jours meilleurs, en effet.

Le quartier Africatown fait face à plusieurs problèmes, notamment la pauvreté.
Le quartier Africatown fait face à plusieurs problèmes, notamment la pauvreté.Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Des maisons placardées et des terrains vagues ponctuent le paysage. En plus des difficultés liées à la pauvreté, le quartier a connu des problèmes environnementaux causés par les usines environnantes et il a subi certains dommages quand est passé l’ouragan Katrina, en 2005.

Il y a eu tellement de changements. Il faut maintenant une métamorphose, comme celle d’un phénix qui renaît de ses cendres.

Darron Patterson, descendant d’un passager du Clotilda
Dans le quartier Africatown, plusieurs maisons sont abandonnées.
Dans le quartier Africatown, plusieurs maisons sont abandonnées.Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

« Il faudra beaucoup plus, ce n’est qu’un début », estime Lorenzo, résident d’Africatown, qui doute qu’un musée dédié au Clotilda mette fin à tous les problèmes de son quartier.

Mais Jocelyn Davis, qui vit elle aussi à Africatown, pense qu’on aurait tort de minimiser l’attrait touristique de cette découverte.

« Il y a un musée du lynchage qui se porte bien à Montgomery. S’il y a des gens qui vont visiter un musée sur le lynchage, il y aura certainement des gens qui viendront voir le Clotilda », ajoute cette descendante d'un de ses passagers.

La fin d’un chapitre

En juin, Mme Davis s’est rendue pour la première fois près de l’endroit où se trouve l’épave du navire, sur la rivière Mobile. Elle y accompagnait le journaliste Ben Raines.

Elle repense au voyage de son ancêtre Charlie et des 109 autres esclaves qui ont fait le trajet avec lui.

En juin, Jocelyn Davis s’est rendue pour la première fois à l’endroit où l’épave du Clotilda a été découverte, sur la rivière Mobile.
En juin, Jocelyn Davis s’est rendue pour la première fois à l’endroit où l’épave du Clotilda a été découverte, sur la rivière Mobile.Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

J’imagine les cris, les pensées qu’ils ont eus en arrivant ici.

Jocelyn Davis, descendante d'un passager du Clotilda

La jeune femme entend maintenant se rendre au Bénin, question d’en apprendre plus sur ses origines. Pour elle, l’histoire est loin d’être terminée.

Mais la découverte de l’épave du Clotilda représente à tout le moins un moment charnière dans l’histoire de l’Alabama et des États-Unis.

Une photo en noir et blanc montre un esclave dans un jardin, de jour.
Une photo de Charlie Lewis, passager du Clotilda et ancêtre de Jocelyn Davis.Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

« C’est le dernier navire qui a emmené des gens en état de servitude dans ce pays. C’est la fin d’une époque », note M. Raines.

Pour la famille Davis, c’est aussi la fin d’un long chapitre.

« Nous voulons tous pouvoir tourner la page. C’est maintenant possible, non seulement pour moi, mais aussi pour mes ancêtres », dit Jocelyn Davis.

Partager la page