•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Image : Myra Cree anime l'anime l'émission en feuilletant des documents. À l'arrière, une mortaise avec l'inscription «Second regard».

L'émission Second regard quitte les ondes de Radio-Canada sous sa forme télévisuelle. À travers nos archives, découvrez de quelle façon cette émission consacrée aux questions spirituelles et morales a su devenir le miroir des préoccupations et tendances de son temps.

Depuis 1975, Second regard s’est intéressée aux grands courants religieux dans notre société. L’émission a su traduire au petit écran les débats moraux de chaque époque ainsi que la place du sacré et du spirituel dans la vie de chacun.

À la télévision, Second regard s’inscrivait dans une lignée d’émissions religieuses qui ont occupé une grande part de la programmation du diffuseur public.

Une page du cahier de programmation avec description des émissions religieuses et horaire de diffusion.Agrandir l’imageLe cahier de programmation de la saison 1985-1986 témoigne de la large place occupée par des émissions religieuses à l’antenne de Radio-Canada. Photo : Radio-Canada

Les émissions religieuses à Radio-Canada de 1954 à 1975

Il faut d’ailleurs distinguer de prime abord trois genres d’émissions religieuses à la télévision de Radio-Canada : les émissions de culte comme Le Jour du Seigneur, les émissions éducatives telles que Une fleur m’a dit ou L’évangile en papier puis les émissions d’information religieuse.

Le magazine hebdomadaire Second regard appartient à cette dernière catégorie.



L'information religieuse avant Second regard

1954 à 1958 : Eaux vives
1956 : Actualités religieuses
1959 à 1960 : Pierre sur pierre
1959 à 1961 : La bonne nouvelle
1960 à 1965 : Les uns les autres
1962 à 1965 : À l’heure du concile
1965 à 1966 : Signes du temps
1966 : Panorama
1968 à 1975 : 5 D
1969 à 1971 : Visages de l’Église
1971 à 1990 : Rencontres
1975 à 2019 : Second regard



Second regard
n’est pas la première émission d’information religieuse à avoir été diffusée à la télévision, mais elle est la seule à avoir traversé le temps.

Montage d'archives, les émissions d'information religieuse à la télévision de Radio-Canada de 1954 à 1975

Notre montage d’archives évoque quelques émissions à caractère religieux qui ont précédé Second regardEaux vivesPierre sur pierreLes uns les autres et 5 D.

Première émission religieuse télévisée de Radio-Canada, Eaux vives se propose d’explorer les différentes facettes de la religion catholique : la foi chrétienne, les sacrements, la liturgie.

Chaque semaine, un sketch est présenté afin d’illustrer un thème choisi. Les auteurs Félix Leclerc et Guy Dufresne collaborent à l’écriture de ce segment.

Préalablement à sa diffusion, le contenu de cette émission animée par le père Émile Legault doit être validé par l’Église.

Un jeune comédien est assis à un pupitre tandis que le personnage du curé discute avec un autre personnage. Un croix est à l’avant plan. Les premières émissions religieuses de Radio-Canada se consacrent à la religion catholique. Sur cette photo, un sketch présenté à l’émission Eaux vives en 1956. Photo : Radio-Canada / André Le Coz

En 1959, un service des émissions religieuses est créé à Radio-Canada. Il existera jusqu’à la fin des années 90.

La volonté de ce service est de se détacher de l’Église et prendre le contrôle du contenu. Le religieux est dorénavant abordé d’un point de vue de témoin en invitant au dialogue, à l’analyse et au questionnement.

Axées sur le catholicisme, Pierre sur pierre et Les uns les autres participent à cette première vague d’émissions d’information religieuse.

À l’heure du concile Vatican II, on réfléchit au renouveau de l’Église, aux grandes questions religieuses et aux préoccupations qui émergent dans la société.

Dans le même temps, l’émission La bonne nouvelle suit des missionnaires catholiques à travers le monde afin de rendre compte de la doctrine en action.

La bonne nouvelle, 6 novembre 1960

Narré par le journaliste Pierre Nadeau, cet extrait remanié de La bonne nouvelle du 6 novembre 1960 montre l’ampleur des moyens déployés pour réaliser cette émission.

Au cours d’un voyage de quatre mois, l’équipe de production de La bonne nouvelle se promènera entre l’Afrique, l’Asie et l’Europe pour en rapporter ces images et témoignages empreints d’une ouverture à l’autre.

Jean-Rock Roy et Jacques Houde, sur le plateau de 5 D. Animée par Jean-Rock Roy et Jacques Houde (ci-dessus en 1970), l’émission 5 D marque un tournant dans les émissions spirituelles de Radio-Canada. Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

Il faudra cependant attendre le magazine d’actualités religieuses 5 D en 1968 afin de s’ouvrir à d’autres religions et croyances.

5 D explore la cinquième dimension, c'est-à-dire la dimension intérieure de l'homme, sa foi, ses valeurs et ses préoccupations morales.

Parfois audacieuse, l’émission donne la parole à des groupes contestataires, mais surtout, elle s’intéresse au phénomène religieux sous toutes ses formes et ses manifestations dans le monde.

Conçue dans le même esprit d’élargir les horizons, l’émission Second regard prend le relais de 5 D le 7 septembre 1975.

Image : Infographie de Second Regard avec illustration du Dieu chrétien.
Photo: L’émission Second regard remplace 5 D à l’automne 1975.  Crédit: Radio-Canada

Second regard : reflet d’une société en transformation

À travers ses quatre décennies au petit écran, l’émission Second regard évoluera dans sa forme, tout comme dans les thèmes étudiés.

Avez-vous connu le bulletin d’actualités religieuses qui ponctuait la première partie de l’émission dans les années 70 et 80?

Second regard, 11 février 1979

Cet extrait du bulletin du 11 février 1979 témoigne de l’éventail des sujets abordés dans l’émission.

Parmi les nouvelles traitées par les coanimateurs Myra Cree et Yves Blouin : le processus de libération en Chine, la position de l'épiscopat français relativement au chômage, la vente de fausses reliques en Grèce et un service de prière par téléphone offert à Ottawa.

Dans les années 80, l’émission proposait également une chronique mensuelle intitulée Laissez-nous vous dire qui passait en revue les derniers disques, livres ou films touchant la religion et la spiritualité.


Les animateurs de Second regard

1975 à 1976 : Madeleine Poulin
1976 à 1977 : Madeleine Poulin et Jacques Houde
1977 à 1978 : Yves Blouin, Gilles-Claude Thériault, Benoit Lacroix, Julien Cormier, Daniel Lessard
1978 à 1979 : Myra Cree et Yves Blouin
1980 à 1984 : Myra Cree et Gilles-Claude Thériault
1984 à 1986 : Laurent Bégin
1986 à 1990 : Jacques Houde
1990 à 1991 : Normand Séguin
1991 à 1993 : Carole Vallières
1993 à 1995 : Claudette Lambert
1995 à 2019 : Alain Crevier


Du début de l’émission en septembre 1975 jusqu’à aujourd’hui, les formules de l’émission et ses animateurs ont varié.

Ce qui est demeuré, ce sont les reportages éclairés et éclairants sur les grands débats moraux et les diverses voies religieuses et spirituelles qui ont teinté chaque époque.

L’amorce de Second regard dans les années 70

La parole aux marginaux

Dès sa première saison, Second regard s’intéresse par exemple aux derniers jours d’un condamné à mort.

Second regard, 18 avril 1976

Un prisonnier témoigne de ses années passées dans l'aile des condamnés à mort à la prison de Bordeaux.

Il raconte les heures interminables qui s'égrènent, rythmées par les seuls pas du gardien ou la promenade quotidienne dans la cour où se trouve la potence.

Un aumônier ayant assisté des condamnés à mort dans leurs derniers instants évoque avec beaucoup de pudeur et d'humanité les souvenirs de ces moments.

Le reportage du journaliste Gilles-Claude Thériault est diffusé à l’émission Second regard du 18 avril 1976. La peine capitale sera officiellement abolie au Canada le 14 juillet 1976.

Second regard, 7 mai 1978

Cet autre reportage daté du 7 mai 1978 offre une réflexion sur le phénomène de la prostitution.

« La prostitution est-elle une critique de notre société, une provocation au changement ou tout simplement un visage que nous refusons de nous reconnaître? » soulève le journaliste Gilles-Claude Thériault en introduction.

Visage camouflé dans l’ombre, une prostituée témoigne. Pour faire le point sur cette question, le journaliste tend aussi le micro à des citoyens dans la rue et à une panoplie d’intervenants : policiers, criminologues, théologiens, conseillers sociaux…

Une analyse en profondeur qui soulève à quelques moments un aveuglement volontaire, du mépris et, surtout, une hypocrisie dans nos lois relativement au plus vieux métier du monde.

Des voyages d’exploration

Un photographe et un caméraman devant le père Yvon Hubert qui s'entretient avec un archevêque grec orthodoxe. Édifices en arrière-plan.Réalisé par Jean-Réal Gagné, le documentaire Dans tes murs Jérusalem se penche sur la présence simultanée des trois grandes religions monothéistes dans la Ville sainte. Ci-dessus, un entretien avec un archevêque grec orthodoxe. Photo : Radio-Canada

Second regard est aussi une émission qui voit du pays.

Au cours de sa première saison, l’émission propose dans le documentaire Dans tes murs Jérusalem une visite guidée de la ville la plus sacrée du monde moyen-oriental et occidental.

Puis, au printemps 1979, Second regard se déplace en Grèce à l’occasion de la semaine sainte.

Second regard, 15 avril 1979

Le Grec d'aujourd'hui, comme celui qui envahissait autre fois dans la Grèce antique les temples dédiés à plusieurs divinités, demeure, non pas dans les apparences quotidiennes, un croyant fervent et convaincu.

Le journaliste Yves Blouin

À travers des images de cérémonies religieuses à Athènes et dans l'île de Patmos, ce reportage du 15 avril 1979 s’intéresse à la religion orthodoxe grecque telle que pratiquée à l’époque.

Plus encore, le journaliste Yves Blouin invite les téléspectateurs à faire connaissance avec l’âme grecque en s’imprégnant de ses quartiers typiques, de ses temples aux lignes majestueuses et de ses paysages insulaires.

Les courants spirituels et religieux

L’émission Second regard a de tout temps eu comme mandat de couvrir les grandes manifestations religieuses ici comme ailleurs.

En novembre 1979 par exemple, le journaliste Gilles-Claude Thériault relatait l’assemblée extraordinaire à Rome des cardinaux avec le pape Jean-Paul II.

C’était la première fois depuis des siècles que le Vatican convoquait tous les membres du Sacré Collège durant le pontificat d’un pape régnant.

Contrairement aux émissions religieuses précédentes, l’émission Second regard ne se limite toutefois pas aux événements touchant l’Église catholique.

Second regard, 29 octobre 1978

Ce reportage du 29 octobre 1978 illustre bien l’ouverture aux autres confessions de Second regard.

À la suite du congrès mondial des Témoins de Jéhovah qui s’est déroulé à Montréal, le journaliste Gilles-Claude Thériault offre un portrait de cette communauté qui se réclame d’un christianisme alternatif.

La couverture de cet événement qui a rassemblé 77 000 adeptes tranche avec le rejet et l’isolement social souvent associés aux Témoins de Jéhovah.

Second regard, 2 octobre 1977

Les années 70 sont aussi marquées par des mouvements spirituels occidentaux importés d'Orient. L’émission Second regard du 2 octobre 1977 se consacre à ce phénomène.

Entouré de trois intervenants qui ont « l’expérience de l’Orient », l’animateur se penche sur trois mouvements inspirés de l’hindouisme qui ont pris racine ici : Sri Chinmoy, Eckankar et Sri Aurobindo.

En studio, Kalpana Das, hindoue d'origine bengalie, s’inquiète de ce « mélange d’occultisme et d’ésotérisme ». Elle dit respecter la recherche spirituelle des Occidentaux, mais craint que cette soif d’orientalisme ne soit exploitée à mauvais escient.

Les années 80 et 90

L’émission Second regard sait saisir les tendances de son temps.

Dans les années 80, on remarque notamment un certain engouement pour l’ésotérisme.

Second regard, 22 septembre 1985

Le journaliste Laurent Bégin visite le Salon de l’ésotérisme de Montréal pour l’émission du 22 septembre 1985.

L’ésotérisme n’est pas une vague, mais un intérêt qui est là pour durer, soutient l’éditrice Louise Courteau au beau milieu d’étalages de pierres de cristal et d’autres talismans.

Auteure de l’ouvrage Les précurseurs de l'ère du Verseau, Marie-France James décrit pour sa part le Québec comme une terre de prédilection pour l’ésotérisme.

De par leur situation nord-américaine, les Québécois sont ouverts à de nouvelles expériences de toutes sortes. Ils demeurent proches de la France, d’où vient une forte tradition « ésotérocultiste ». Puis leurs racines catholiques profondes les poussent à se questionner sans cesse, défend Marie-France James.

Second regard, 22 mars 1992

Dans les années 90 émergent les préoccupations environnementales.

À l’émission du 22 mars 1992, l’animatrice Carole Vallières évoque la conscience environnementale et le développement durable. Elle propose une lecture humaniste de ces enjeux.

Interviewé par la journaliste Carole Graveline, le théologien André Beauchamp s’interroge sur nos valeurs et notre responsabilité sociale à protéger l’environnement.

Cette thématique reviendra à plusieurs reprises durant l’existence de Second regard.

Second regard, 19 janvier 1997

La quête de sens, Second regard la décèle partout, notamment à travers ce portrait d’un maître horloger québécois, Richard Chabot.

« Un homme qui a fait du temps un art et une passion », c’est ainsi que l’animateur Alain Crevier le présente à l’émission du 19 janvier 1997.

Ce dernier pratique l’horlogerie de la même façon qu’aux 17e et 18e siècles.

« Faire le métier avec passion, c'est pour ainsi dire presque une religion », confie le maître horloger Richard Chabot à la journaliste Cécile Rodrigue.

Lui a choisi de se donner corps et âme dans son métier qu’il décrit comme sa seule passion. Avant de dresser un historique de cet art, il raconte avec émotion sa première journée à l’école d’horlogerie.

Le maître horloger est tout à fait conscient qu’il rame à contre-courant.

« Quand vous regardez en arrière, vous vous rendez compte que vous avez bâti un empire extraordinaire pour vous, mais vraiment pas valable dans le monde dans lequel vous vivez et qui est un peu un danger en même temps », exprime-t-il en conclusion.

Ce reportage a remporté en 1997 la plaque de bronze du 44e Colombus international films and videos.

Des portraits, il y en aura bien d’autres à Second regard, de figures publiques comme de figures méconnues ou parfois même disparues.

Parallèlement, la fin des années 90 sonne le glas du Service des émissions religieuses à Radio-Canada. L’émission Second regard relève dorénavant des Affaires publiques.

Les années 2000 et 2010

Impossible d’aborder les années 2000 sans traiter de la montée de l’islamophobie en Occident, des enjeux rencontrés par l’immigration de confession musulmane et du débat entourant les accommodements raisonnables.

Second regard ira au fond de ces questions avec des reportages tels que La charia au Canada? en 2005, Le niqab, les pro choix du voile... et le féminisme en 2007 ou encore Le mythe de l’islamisation en 2013.

Second regard, 30 avril 1978

D’ailleurs, l’émission s’était penchée sur l’islam dès le printemps 1978, soit au cours de sa troisième saison à l’antenne de Radio-Canada.

Interrogé par le journaliste Julien Cormier, le père André Ferré revient aux origines du Coran. Il insiste sur les traditions communes entre chrétiens, juifs et musulmans.

Comme professeur à l’Institut pontifical d'études arabes de Rome, le rôle de ce Père blanc est de maintenir un dialogue avec le monde musulman.

Sur des images tournées au Moyen-Orient, le père André Ferré explique les obligations rituelles du musulman, soit la prière quotidienne, l’aumône légale, le jeûne du ramadan et le pèlerinage de La Mecque.

C’est le premier de nombreux reportages de Second regard qui tenteront de mieux faire comprendre l’islam et ses différentes branches.

Tel que mentionné à l'émission Gravel le matin, c’est le reportage Au nom d’Allah diffusé le 30 avril 1995 qui convaincra l’animateur Alain Crevier de se joindre à l’équipe de Second regard.

Croire en quoi?

Explorer la pratique religieuse, c’est aussi s’intéresser à ceux qui ne l’exercent pas.

Second regard, 13 mai 2005

Le 13 novembre 2005, Second regard fait une place au discours de l’athéisme à la suite de la publication du Traité d’athéologie du philosophe Michel Onfray.

Michel Onfray explique son athéisme et tire à boulets rouges sur les religions dans cet entretien mené par le journaliste-réalisateur Jean-Louis Boudou.

Il défend l’idée que Dieu est une fiction fabriquée par l’homme pour tenir le coup devant l’évidence de la mort imminente de chacun.

Ce sont des histoires pour les enfants, les religions!

Le philosophe Michel Onfray

L’émission Second regard s’affaire aussi à illustrer que la recherche spirituelle peut prendre de multiples voies.

En 2012, le reportage Le bonheur à tout prix de Jean-Louis Boudou lève le voile sur une époque caractérisée par l’hédonisme. Il met en relief la quantité d’intervenants qui veulent nous aider à trouver le bonheur : philosophes, psychologues, conférenciers et motivateurs de tout acabit.

Pour son reportage La Loubavitchmania en 2007, la journaliste-réalisatrice Jocelyne Allard s’intéresse pour sa part à de jeunes juifs montréalais peu ou pas pratiquants qui reviennent à la religion au contact de juifs hassidiques Loubavitch.

Les années 2000 et 2010 amèneront aussi l’équipe de Second regard à interroger les agissements de l’Église catholique, comme dans le reportage L'Église et la pédophilie en 2010, ou encore à étudier ses transitions.

On n’a qu’à penser à la canonisation de la première sainte autochtone du Canada Kateri Tekakwitha en 2012, à la démission du pape Benoit XVI en 2013 et à l'arrivée du pape François en 2014.

Des événements que l’animateur Alain Crevier aura l’occasion de couvrir sur toutes les plateformes de Radio-Canada.

Entretiens et réflexions à Second regard

D’où venons-nous? Que sommes-nous? Où allons-nous?

Pour répondre à ces questions fondamentales, Second regard a offert une tribune à des penseurs de tous les horizons.

Second regard, 8 mai 2011

Le 8 mai 2011, afin de souligner le terme de son 35e anniversaire, l’émission proposait ce collage présentant les témoignages de grands personnages rencontrés au fil des ans.

Des scientifiques, des philosophes, des écrivains, des religieux. Si la quête de sens était d’abord intimement liée à la pratique religieuse, souligne l’animateur Alain Crevier en introduction, elle a explosé dans toutes les directions dans les vingt dernières années.

Pour poursuivre la réflexion, nous vous proposons de découvrir en version intégrale quelques grandes entrevues qui ont fait la signature de Second regard.


De grandes entrevues à Second regard

Françoise Gaudet-Smet en 1977
Pierre Dansereau en 1977
Françoise Dolto en 1983
Myra Cree en 1991
Simonne Monet-Chartrand en 1992
Pierre Bourque en 1993
Albert Jacquard en 1998
Matthieu Ricard en 2008
Le père Lindsay en 2008
Manon Barbeau en 2010
Laure Waridel en 2015
David Suzuki en 2015
Serge Bouchard en 2015


De la première émission religieuse à la télévision de Radio-Canada en 1954, en passant par Second regard, qui a su évoluer de pair avec la société de 1975 à 2019, les quêtes de sens subsistent.

L’émission de télévision Second regard se termine.

Son exploration spirituelle se poursuivra du reste dans l’environnement numérique, avec un projet audio autour de grandes réflexions, puis dans différentes émissions de Radio-Canada pour lesquelles l’équipe offrira des dossiers touchant des questions d’éthique et d’humanisme.

Équipe

Recherche et rédaction : Élodie Gagné
Recherche d'archives : Simon Bouchard, Sylvie Cournoyer, Service de gestion des documents de Radio-Canada
Réalisation des montages d'archives : Jean-Pierre Petel

Partager la page