1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique fédérale

Manon Jeannotte, de la Nation Micmac de Gespeg, nommée lieutenante-gouverneure du Québec

Portrait de Manon Jeannotte.

Manon Jeannotte est devenue directrice de l'École des dirigeants des Premières Nations en février 2022.

Photo : Gracieuseté

RCI

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau nomme Manon Jeannotte, de la Nation Micmac de Gespeg, lieutenante-gouverneure du Québec. Elle était auparavant directrice de l’École des dirigeants des Premières Nations à HEC Montréal.

C’est une fierté, une reconnaissance. Je remercie Justin Trudeau de me faire confiance pour occuper cette fonction, explique Manon Jeannotte à Radio-Canada.

Après l'appel du premier ministre, elle a décidé d'accepter son offre avec fébrilité et nervosité, ajoute-t-elle.

Manon Jeannotte a plus de 20 ans d’expérience dans des postes de direction. Elle a notamment été conseillère puis cheffe de sa communauté, en Gaspésie.

Elle croit justement que ce bagage va pouvoir l'aider dans ses nouvelles fonctions : Ça va me servir dans mes relations pour être capable de bien naviguer dans la sphère provinciale et fédérale.

Même si Mme Jeannotte est une Autochtone et qu'elle a à cœur les sujets qui touchent les Autochtones, elle assure qu'elle sera là pour tous les Québécois.

Je veux qu'on trouve une façon de mieux se comprendre et d'avancer comme société.
Une citation de Manon Jeannotte, lieutenante-gouverneure du Québec

Lors de son mandat, elle compte mettre en avant la réconciliation des Autochtones et des allochtones, ainsi que l'éducation et l'environnement.

Le Conseil de la Nation [Micmac] de Gespeg salue cette décision et croit fermement que Manon Jeannotte sera une ambassadrice exemplaire, peut-on lire dans un communiqué de presse publié par les responsables de la communauté.

Manon Jeannotte est devenue la première directrice de l’École des dirigeants des Premières Nations, lancée il y a deux ans. Mme Jeannotte a aussi été responsable du développement des stratégies d’affaires à Kanesatake.

Elle détient un MBA en administration des affaires obtenu à McGill–HEC. Les contributions importantes qu’elle a apportées pour commémorer l’histoire des Premières Nations et des Inuit au Québec lui ont valu une marque de reconnaissance de la part du Conseil des hauts fonctionnaires fédéraux du Québec ainsi qu’une bourse du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme.

Cela lui a notamment permis de participer à des sessions de dialogue sur les activités de l’Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture en faveur des peuples autochtones.

Elle va entrer en poste en janvier et va devoir quitter toutes ses autres fonctions.

Avec les informations de Stéphanie Rousseau

À la une