1. Accueil
  2. Société
  3. Immigration

[Reportage] Un mois et une place publique dédiés au patrimoine libanais du Canada

Après avoir inauguré la place de l’Émigrant libanais à Victoria, en Colombie-Britannique, en septembre, les Libanais du Canada ont célébré leur patrimoine en novembre.

Une statue à côté de drapeaux sur une berge près de l'eau.

La place de l'Émigrant libanais a été inaugurée le 24 septembre 2023 à Victoria, la capitale de la Colombie-Britannique.

Photo :  Radio Canada International / Samir Bendjafer

Portrait rapproché d'un homme.
Samir Bendjafer

La communauté libanaise du Canada célèbre pour la première fois de l’histoire sa présence au pays, le Mois du patrimoine libanais, qui coïncide avec le mois de novembre.

Mercredi dernier, le 22 novembre, à l’occasion du 80e anniversaire de l’indépendance du Liban, une cérémonie de levée du drapeau libanais a été organisée sur la colline du Parlement à Ottawa, une première.

L’activité a été accompagnée par une troupe de danse libanaise. Plusieurs dignitaires libanais et canadiens y ont pris part, dont trois ministres fédéraux, dont Kamal Khera, la ministre de la Diversité, de l'Inclusion et des Personnes en situation de handicap.

Deux drapeaux avec des édifices et une grue en arrière-plan.

Le drapeau libanais a été hissé pour la première fois sur la colline du Parlement à Ottawa à l'occasion du 80e anniversaire de l'indépendance.

Photo : Twitter / Député fédéral Rob Oliphant

La cérémonie ne pouvait se dérouler sans la présence de Lena Metlege Diab, la députée fédérale libérale d'Halifax-Ouest. Cette dernière a été la cheville ouvrière de tout le projet qui a mené à l’institution du Mois du patrimoine libanais au Canada.

Le leadership [de Lena Metlege Diab] a été absolument crucial dans ce dossier, avait d'ailleurs souligné la sénatrice Jane Cordy, la marraine de cette loi, lors de la deuxième lecture du projet de loi au Sénat.

Élue députée à la Chambre des communes en 2021, Mme Metlege Diab est née à Halifax de parents immigrants libanais.

Elle a passé ses premières années au Liban avant de revenir au Canada en 1976 à cause de la guerre.

Entre 2013 et 2021, elle a été députée provinciale en Nouvelle-Écosse et a occupé plusieurs postes au sein du cabinet néo-écossais, dont ceux de ministre de la Justice et de l’Immigration.

Avant que le mois de novembre soit déclaré Mois du patrimoine libanais au Canada, deux provinces l’avaient déjà fait localement : l’Ontario en 2017 et la Nouvelle-Écosse en 2018.

Plus récemment, le 21 novembre dernier, le conseil municipal de Mont-Royal, situé au cœur de l’île de Montréal, a reconnu le mois de novembre comme Mois du patrimoine libanais.

Au début du mois, le premier ministre du Canada Justin Trudeau, par voie de communiqué, a de son côté appelé les Canadiens à se renseigner sur ce que les Canadiens d’origine libanaise apportent à notre culture, à notre économie et à nos communautés. Que ce soit par le partage de la cuisine nationale libanaise, par les célébrations où la musique et la danse traditionnelles sont à l’honneur, ou par leur influence dans les domaines des sciences et de la médecine, les Canadiens d’origine libanaise contribuent à faire du Canada le pays que nous aimons.

De Vancouver à Victoria

  • 1 de 11 : Entrée du terminal detraversier Tsawwassen à Vancouver. مدخل ميناء العبارات تساواسن في فانكوفر., Photo : {{ pictureCredit }}Radio Canada International / samir bendjafer
  • 2 de 11 : Des voyageurs sur le traversier entre Vancouver et Victoria. مسافرون على متن العبارة بين فانكوفر وفيكتوريا., Photo : {{ pictureCredit }}Radio Canada International / samir bendjafer
  • 3 de 11 : Le traversier entre Victoria et Vancouver. العبارة الرابطة بين فكتوريا وفانكوفر., Photo : {{ pictureCredit }}
  • 4 de 11 : Le traversier entre Victoria et Vancouver. العبارة الرابطة بين فكتوريا وفانكوفر., Photo : {{ pictureCredit }}Radio Canada International / samir bendjafer
  • 5 de 11 : Les passagers du Ferry au retour de Victoria. المسافرون على متن العبارة من فيكتوريا., Photo : {{ pictureCredit }}Radio Canada International / samir bendjafer
  • 6 de 11 : Entrée du terminal de traversiers à Victoria. مدخل ميناء العبارات في فيكتوريا., Photo : {{ pictureCredit }}Radio Canada International / samir bendjafer
  • 7 de 11 : Les jeunes étaient présents à la cérémonie. كان الشباب حاضرا في حفل تدشين ساحة المغترب اللبناني., Photo : {{ pictureCredit }}Radio Canada International / samir bendjafer
  • 8 de 11 : Pierre (à droite) et Anthony sont deux jeunes Britanno-Colombiens d'origine libanaise. بيار (إلى اليمين) وأنطوني شابان من أصل لبناني من بريتيش كولومبيا., Photo : {{ pictureCredit }}Radio Canada International / samir bendjafer
  • 9 de 11 : Des membre de la communauté libanaise installés sur le traversier qui relie Vancovuer à Victoria en route pour la cérémonie d'inauguration de la place de l'émigrant libanais. أعضاء من الجالية اللبنانية على متن الباخرة التي تقلذهم من فانكوفر إلى فيكتوريا لحضور حفل تدشين ساحة المغتري اللبناني., Photo : {{ pictureCredit }}Radio Canada International / samir bendjafer
  • 10 de 11 : Safa Mechtaoui, d'origines libano-jordanienne, vit en Colombie-Britannique. صفاء مشتاوي تقيم في بريتيش كولومبيا وهي من أصصول لبنانية أردنية., Photo : {{ pictureCredit }}Radio Canada International / samir bendjafer
  • 11 de 11 : L'architecte Marie-Claude Faris et l'ingénieur Zied Boustani, les concepteurs de la Place de l'émigrant libanais. المهندسة المعمارية ماري كلود فارس والمهندس زياد بستاني مصمما ساحة المغترب اللبناني., Photo : {{ pictureCredit }}Radio Canada International / samir bendjafer

La communauté libanaise n’a pas attendu le mois de novembre pour célébrer sa présence au Canada.

Le 24 septembre dernier, la place de l’Émigrant libanais a été inaugurée à Victoria (nouvelle fenêtre), la capitale de la Colombie-Britannique.

Ce jour-là, il a fallu se lever tôt pour prendre le bus du centre-ville de Vancouver à destination du terminal de traversiers situé à Tsawwassen, au sud de Vancouver, le seul moyen pour rejoindre Victoria.

La place de l’Émigrant libanais devait être inaugurée à 12 h 30, selon le programme transmis par Nick Kahwaji, le consul honoraire du Liban à Vancouver, l'éminence derrière ce projet.

En cette journée de début d’automne au ciel variable, deux bus affrétés par la section britanno-colombienne de l’Union libanaise culturelle mondiale attendaient les participants qui arrivaient les uns après les autres, lentement, seuls, en famille ou en groupe.

Des bribes de discussions en arabe et en anglais ont commencé à se faire entendre dans les bus au fur et à mesure qu’ils se remplissaient.

Quelques personnes âgées, visiblement sorties d’une messe matinale, continuaient leurs discussions religieuses en arabe.

Les bus se sont mis en branle à 8 h 25. Des signes de préparation de l’Halloween étaient visibles dans la ville et sa banlieue qui dormaient encore en ce dimanche où la température annoncée oscillait entre 11 et 18 °C.

Vers 8 h, l’odeur de l’air marin a annoncé l’approche du terminal de traversiers. Les panneaux de signalisation routière indiquaient le territoire de la Première Nation Tsawwassen, sur lequel se trouve le terminal.

Le temps d’embarquer les bus dans le traversier et de monter s’installer sur les sièges se trouvant sur les différents niveaux du bateau, s’attabler dans le restaurant ou flâner dans les boutiques de souvenirs, il était déjà 10 h. Le traversier a pris la mer.

Installés sur le pont supérieur, un groupe d’amis d’origine libanaise discutait du programme de la journée.

Un homme devant un lutrin installé dehors devant des gens.

Nick Kahwaji, le consul honoraire du Liban à Vancouver, lors de l'inauguration de la place de l'Émigrant libanais à Victoria, la capitale de la Colombie-Britannique. 24 septembre 2023.

Photo : Radio Canada International / Samir Bendjafer

En entrevue avec Radio Canada International, Hussein S. a expliqué qu’il a fait un don pour que les noms de sa mère et de son père soient mis sur la plaque commémorative.

Il a immigré au Canada avec ses parents en 1990. [La place de l’Émigrant libanais permet de] maintenir vivante notre culture, a déclaré celui qui est lui-même père de jeunes adultes.

Tarek Zeidan, qui vit à Vancouver depuis quelques mois seulement, a quant à lui expliqué qu’il est important d’être présent pour soutenir la communauté et rencontrer les gens.

Pour Omar Attia, qui est à Vancouver depuis deux ans, cet événement était une occasion pour renouer avec la communauté libanaise.

Participer à cet évènement me fait sentir que j’appartiens au Liban et me permet de renouer avec ma communauté.
Une citation de Omar Attia

Le spécialiste en TI a expliqué qu’il avait choisi de vivre à Vancouver parce qu'il y a trouvé plus d’occasions. [Et] le climat n’est pas très froid et la nature est très belle, a-t-il ajouté.

De son côté, Ziad Boustani était présent en tant que commanditaire de l’événement. Il travaille pour la chaîne de restaurant libanais Zaatar W Zeit, qui a ouvert à Vancouver avec des projets d’expansion partout au Canada.

La traversée a duré 90 minutes. Destination Victoria par bus. Il restait encore une trentaine de kilomètres à parcourir.

À Victoria, il y avait déjà foule à la place de l’Émigrant libanais.

  • 1 de 3 : La cérémonie a débuté avec une performance la troupe Joseph de chanteurs et de danseurs autochtones. بدأ الحفل بعرض قدمته فرقة السكان الأصليين ’’جوزيف’’ للغناء والرقص., Photo : {{ pictureCredit }}Radio Canada International / samir bendjafer
  • 2 de 3 : Plusieurs personnalités ont dévoilé la statut de l'émigrant libanais. عدة شخصيات شاركت في الكشف عن تمثال المهاجر اللبناني., Photo : {{ pictureCredit }}Radio Canada International / samir bendjafer
  • 3 de 3 : Une foule a assisté à la cérémonie. حضر الحفل عدد كبير من الأشخاص., Photo : {{ pictureCredit }}Radio Canada International / samir bendjafer

135 ans de présence libanaise en Colombie-Britannique

La maîtresse de cérémonie, Mélanie Kahwaji, aspirante avocate à Toronto et membre de l’exécutif de la section britanno-colombienne de l’Union libanaise culturelle mondiale, avait fort à faire.

Il ne fallait oublier aucun des dignitaires présents, que ce soit les notables de la communauté libanaise d’un océan à l’autre ou encore les membres de la classe politique provinciale et municipale.

Ainsi, la mairesse de Victoria, Marianne Alto, était absente, mais elle était représentée par son adjoint Jeremy Caradonna.

La mairesse participait, de l’autre côté du port, à la cérémonie en hommage à un policier tué quelques jours plus tôt dans l’exercice de ses fonctions (nouvelle fenêtre).

De son côté, le premier ministre de la province et son gouvernement se sont fait représenter par le député Ravi Parmar.

Ce dernier a commencé son intervention par une reconnaissance territoriale pour la Première Nation Songhees, qui occupe depuis des millénaires les terres sur lesquelles se trouve aujourd’hui la ville de Victoria.

Et cela n'a pas été le seul clin d’œil aux Premières Nations de l’Ouest canadien. La cérémonie a commencé par une prestation de chants et de danses de la troupe Joseph, composée de chanteurs et danseurs autochtones.

Une femme devant des drapeaux.

Lena Metlege Diab, députée fédérale libérale pour Halifax-Ouest (Nouvelle-Écosse), a pris part à la cérémonie d'inauguration de la place de l'Émigrant libanais.

Photo :  Radio Canada International / Samir Bendjafer

Nick Kahwaji a pris le temps d’expliquer la signification des différents éléments constituant la place de l’Émigrant libanais.

Cette place est un musée à ciel ouvert offert par la communauté libanaise à la ville de Victoria.
Une citation de Nick Kahwaji

La plateforme s'inspire des hippodromes phéniciens et romains, reflétant le riche patrimoine historique du Liban. Structuré en deux niveaux, il reflète la tradition des temples et ruines romains du Liban, souvent construits au sommet des temples phéniciens, a-t-il expliqué.

Le banc s'inspire d'un train. Le système ferroviaire libanais a débuté en 1890, transportant les voyageurs du Nord-Est du Liban vers la vallée de la Bekaa et le port de Beyrouth, a-t-il ajouté.

C'est de ce port d'où sont partis les Libanais vers les quatre coins du monde.

En entrevue avec Radio Canada International, l’ambassadeur du Liban au Canada estime le nombre de Canadiens d’origine libanaise à 500 000 personnes. Le premier Libanais est arrivé à Montréal, à Saint-Laurent, en 1882. Il s’agissait d'Ibrahim Abounadir. Il venait de la ville Zahlé.

Quant à la statue, elle représente les pionniers de l'immigration libanaise arrivés à Victoria en 1888, en commençant par Rachid et Fares Rahi qui seront rejoints par leur frère Ibrahim en 1889, ajoute le Dr Nick Kahwaji, qui est dentiste.

Un homme dans une place publique et derrière lui une statue.

Fadi Ziadeh, l'ambassadeur du Liban au Canada, était présent lors de la cérémonie d'inauguration de la place de l'Émigrant libanais.

Photo :  Radio Canada International / Samir Bendjafer

Il y a donc une présence libanaise dans la province de l’Ouest canadien depuis 135 ans.

En entrevue avec Radio Canada International, Nick Kahwajiil a rappelé que la statue est un don de la famille Murr fait au nom du défunt George Murr. Ce dernier était un homme d’affaires prospère d’origine libanaise et a été vice-président de l’Union libanaise culturelle mondiale.

Érigée au milieu d’un espace vert dans le port de Victoria, pas très loin de l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique, la statue de l’Émigrant libanais est la réplique de celle qui se trouve dans le port de Beyrouth et de celle d'Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Le modèle original a été conçu en 1979 par le sculpteur mexicain d’origine libanaise Ramiz Barquet. Elle fait 2,25 m de hauteur par 1,5 m d’envergure, et pèse 600 kg.

Ce reportage est également disponible en arabe

Portrait rapproché d'un homme.
Samir Bendjafer

À la une