1. Accueil
  2. Justice et faits divers
  3. Terrorisme

Une peine pour adulte de prison à vie pour le tueur du salon de massage de Toronto

L'individu, qui a plaidé coupable de deux accusations de meurtre et de tentative de meurtre, avait déjà été déclaré terroriste.

Une illustration judiciaire au procès d'O.S.

L'avocat de la défense Monte MacGregor s'adresse au juge devant son client qu'on ne peut identifier. Les quatre procureurs de la Couronne (deux provinciaux et deux fédéraux) sont assis à droite.

Photo : Radio-Canada / Pam Davies

Jean-Philippe Nadeau, journaliste
Jean-Philippe Nadeau

Une nouvelle jurisprudence vient d'entrer dans les annales judiciaires du Canada. Le jeune O.S., qui avait déjà été qualifié de terroriste par le juge en mai pour son affiliation aux incels, a été condamné à la prison à vie malgré son âge pour meurtre prémédité dans un salon de massage en 2020 à Toronto.

Le magistrat lui a infligé un châtiment pour adulte, mais il a tenu compte de son âge à l'époque, si bien que l'individu de 21 ans sera admissible à la libération conditionnelle dans 10 ans plutôt que 25.

Attention : la lecture de ce texte pourrait choquer certains lecteurs.

O.S. avait plaidé coupable, en septembre 2022, de deux chefs d'accusation de meurtre et de tentative de meurtre contre la victime et la survivante de l'attaque qu'il avait commise au nom de la mouvance Incel.

Gros plan d'O.S. sur une illustration judiciaire.

La Loi sur les jeunes contrevenants nous empêche toujours d'identifier O.S., qui avait 17 ans en 2020, jusqu'à ce que la période pour interjeter appel soit expirée.

Photo : Radio-Canada / Pam Davies

Les incels (involuntary celibates ou abstinents involontaires) sont des individus qui s'en prennent aux femmes à cause de leurs frustrations sexuelles.

L'identité d'O.S. est protégée parce qu'il avait 17 ans à l'époque. Il allait avoir 18 ans six mois après l'attaque, précise le juge.

Aucun individu au pays n'avait encore été condamné en tant que membre du mouvement Incel. La notion de terrorisme ne s'était appliquée jusqu'ici qu'à des idéologies religieuses.

O.S. n'a toutefois jamais fait face à aucune accusation liée au terrorisme, mais la police avait qualifié l'attaque de mouvement extrémiste violent à motivation idéologique en arrivant au salon de massage Spa Crown le 24 février 2020.

Les policiers avaient découvert à l'intérieur du salon la victime de 24 ans, ainsi qu'un homme et une femme qui avaient survécu à l'attaque. La seconde femme avait été gravement blessée.

Une photo de la victime avec une enfant.

La victime de l'attaque terroriste, Ashley Noell Arzaga

Photo : Radio-Canada / CBC

O.S. avait utilisé un long couteau sur lequel l'inscription chasseur de putes avait été gravée. Une note avait en outre été retrouvée dans son manteau sur laquelle on pouvait lire que la rébellion des incels a commencé.

Prononcé de la sentence

Dans son jugement, le juge Suhail Akhtar, de la Cour supérieure de l'Ontario, affirme qu'une peine pour mineur comme l'espérait la défense serait insuffisante parce qu'il a agi comme un adulte au moment de l'attaque.

Il avait la maturité pour perpétrer son crime sauvage et misogyne avec des motifs cachés pour semer la peur dans la société, dit-il dans un long jugement.

Des policiers sur une scène de crime à Toronto.

L'extérieur de la scène du crime au salon de massage Crown Spa le 24 février 2020 dans le nord de Toronto (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Michael Cole

Le magistrat doute en outre qu'O.S. se soit fait lessiver le cerveau en fréquentant des incels dans des salons de clavardage, comme il l'a soutenu en détention durant des évaluations psychiatriques.

Il a utilisé l'idéologie des incels pour justifier la violence de son crime, souligne-t-il, se rangeant du côté de la Couronne qui avait non seulement réclamé une peine pour adulte, mais aussi la qualification d'acte terroriste pour caractériser le meurtre et la tentative de meurtre.

C'était un meurtre prémédité doublé d'un acte terroriste, ajoute le juge, qui rappelle qu'O.S. s'était inspiré d'Alek Minassian au Canada (nouvelle fenêtre) et d'Elliot Rodger en Californie.

Un homme menotté et escorté par deux policiers.

Alek Minassian, au poste de police le 23 avril 2018, a depuis été condamné à la prison à vie sans droit de libération conditionnelle avant 25 ans pour l'attaque au camion-bélier de Toronto. (Photo d'archives)

Photo : Bureau du Procureur général de l'Ontario

La différence de châtiment aurait donc été bien différente si O.S. avait été condamné à une peine pour mineur, puisqu'une peine pour terrorisme peut mener à la prison à perpétuité sans droit de libération conditionnelle avant 25 ans, tandis qu'une peine pour meurtre prémédité pour un mineur n'est que de 10 ans.

Seul bémol : le juge accepte qu'O.S. soit admissible à une libération conditionnelle plus tôt que prévu, soit dans 10 ans, en raison de ses aptitudes réduites liées à son âge à l'époque.

Le magistrat dit par ailleurs avoir tenu compte de ses troubles d'anxiété, de dépression et d'autisme.

Réactions et appel éventuel

L'avocat d'O.S., Monte MacGregor, reconnaît que son client a refusé de participer en détention à des programmes de réinsertion sociale.

Cet élément a été déterminant dans la décision de lui infliger un châtiment pour adulte, explique-t-il à la presse.

La défense avait d'ailleurs un avertissement pour les parents dont les adolescents sont solitaires, insociables, influençables et confus, parce qu'ils peuvent finir, selon elle, en prison s'ils agissent au nom de n'importe quelle idéologie ou n'importe quelle conspiration.

Un avocat au micro.

Monte MacGregor, qui est l'un des trois avocats d'O.S., était déçu que son jeune client n'ait pas été condamné comme un mineur.

Photo : Radio-Canada / Claude Beaudoin

Les parents doivent savoir ce que leurs enfants regardent sur Internet ou la nature des jeux vidéo auxquels ils s'adonnent, précise son confrère, l'avocat Maurice Mattis.

Me Mattis rappelle que son client avait abandonné l'école, il n'avait aucun ami et il vivait reclus dans le sous-sol de son père .

Il a été influencé par des individus affiliés aux incels dans un salon de clavardage, qui promeut la haine et la violence contre les femmes, poursuit-il en ajoutant qu'O.S. a été jugé et condamné comme un terroriste.

La défense compte lire le jugement en profondeur avant de songer à un appel, mais elle indique que son client sera celui qui en prendra la décision dans les 30 prochains jours.

Un avocat au micro.

Maurice Mattis, qui est l'un des avocats d'O.S., avait suggéré lors des audiences que son client n'était pas un terroriste et qu'il méritait une peine pour mineur.

Photo : Radio-Canada / Claude Beaudoin

La Couronne paraissait très satisfaite. À l'extérieur du tribunal, la procureure Amber Pashuk rappelle que le meurtre d'O.S. était prémédité.

Son meurtre était planifié et délibéré de longue date et il a été commis sous le coup d'une idéologie terroriste, souligne-t-elle.

La peine que le juge lui a imposée envoie un message clair dans le public au sujet de la gravité du crime qu'O.S. a commis, conclut-elle.

En vertu du temps qu'il a passé en détention préventive depuis son arrestation, O.S. pourra solliciter une libération conditionnelle dans six ans. Il sera dès maintenant transféré dans un pénitencier fédéral.

Jean-Philippe Nadeau, journaliste
Jean-Philippe Nadeau

À la une