1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique provinciale

Le NPD en Ontario expulse une députée de son caucus après des propos contre Israël

Sarah Jama porte son regard vers la gauche.

Sarah Jama est députée provinciale indépendante de Hamilton-Centre

Photo : CBC

RCI

La chef du NPD en Ontario, Marit Stiles, annonce lundi l'expulsion de Sarah Jama du caucus néo-démocrate, peu avant que l'Assemblée législative adopte une motion de censure du gouvernement Ford contre la députée. Celle-ci a accusé Israël « d'occupation » et « d'apartheid » dans la bande de Gaza.

Mme Jama a présenté des excuses au sujet de ses propos controversés (nouvelle fenêtre) dans les médias sociaux relativement à la guerre entre Israël et le Hamas. Toutefois, elle ne s'est pas rétractée.

Dans un communiqué publié lundi matin, la chef du NPD affirme que son expulsion du caucus est le résultat « d'actions unilatérales » qui lui ont fait perdre la « confiance » de ses collègues.

Certaines des actions de Mme Jama ont contribué à créer des environnements de travail non sécuritaires pour le personnel.
Une citation de Marit Stiles, chef du NPD (communiqué)

Mme Stiles ne donne pas plus de détails dans sa déclaration écrite.

Elle assure qu'il y a « place pour différents points de vue dans notre caucus, même des opinions divergentes ».

L'expulsion de Sarah Jama signifie qu'elle siégera désormais en tant que députée indépendante.

Motion de censure adoptée à l'encontre de Sarah Jama

En milieu de journée, Mme Jama s'est de nouveau retrouvée sanctionnée, cette fois par l'adoption d'une motion de censure déposée par les progressistes-conservateurs.

La motion du parti, qui est majoritaire à Queen's Park, demande au président de l'Assemblée législative de ne pas reconnaître la présence de la députée en Chambre tant qu'elle n'aura pas retiré officiellement ses propos et qu'elle ne se sera pas excusée à nouveau. En d'autres mots, elle ne peut pas prendre la parole en Chambre pour l'instant, mais elle a toujours le droit de vote.

Le premier ministre se lève et répond en chambre devant ses collègues qui applaudissent.

Le gouvernement du premier ministre Doug Ford a présenté à la Chambre une motion visant à censurer Mme Jama. La motion a été adoptée.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

La déclaration originale de Sarah Jama publiée le 10 octobre sur X appelait à un cessez-le-feu immédiat ainsi qu'à la fin de toute occupation des terres palestiniennes. Sa publication se concentrait largement sur les territoires palestiniens, affirmant que la violence et les représailles enracinées dans le colonialisme de peuplement ont coûté la vie à beaucoup trop d'innocents. Elle n’a pas directement mentionné les attaques du Hamas.

Mme Jama a par ailleurs qualifié la situation dans les territoires palestiniens occupés comme un apartheid, soit un régime politique qui donne délibérément et clairement la priorité aux droits politiques, juridiques et sociaux fondamentaux d’un groupe plutôt qu’à un autre au sein de la même unité géographique sur la base de l’identité raciale, nationale et ethnique de chacun. Elle citait ainsi les travaux du rapporteur spécial de l'ONU Michael Lynk (nouvelle fenêtre) en 2022 (lien en anglais).

Sarah Jama parle au micro.

Sarah Jama a été expulsée du caucus du NPD provincial.

Photo :  (Bobby Hristova/CBC)

Cette déclaration a suscité à la fois colère et soutien, à tel point que Mme Jama a dû fermer les commentaires et préciser ses propos le lendemain.

Défendre la dignité et la sécurité des Palestiniens

La députée a eu l'occasion de se prononcer à l'Assemblée législative contre la motion de censure peu avant le vote. Elle soutient que le gouvernement de Doug Ford la cible pour détourner l'attention de ses propres scandales. Elle estime aussi que les gouvernements et les institutions au Canada tentent d'utiliser leurs voix et leur poids pour faire taire ceux et celles qui soutiennent les Palestiniens dans ce conflit.

Je réitère mon appel à un cessez-le-feu immédiat de la part des forces israéliennes et au rétablissement immédiat de la nourriture, de l'eau, du carburant et de l'électricité à Gaza, dit-elle. J'applaudis les nombreux élus du Canada qui se sont joints à cet appel ces derniers jours, et j'espère que vous serez encore plus nombreux à prendre la parole.

À toute personne prenant des risques pour défendre la dignité et la sécurité des Palestiniens, je vous vois, je vous entends et je suis avec vous.
Une citation de Sarah Jama, députée

Marit Stiles avait assuré que les députés néo-démocrates allaient voter contre la motion de censure du gouvernement Ford contre Mme Jama.

Il s'agit d'une mesure extrême qui prive les électeurs de Hamilton Centre de leur voix, a-t-elle affirmé avant le vote.

Des réactions partagées

La décision d’exclure Mme Jama du caucus a conduit à des condamnations et à des éloges exprimées sur le réseau social X.

Le Centre consultatif des relations juives et israéliennes s'est dit heureux de voir cette décision.

Les remarques de Mme Jama étaient inappropriées, odieuses et blessantes pour les Canadiens juifs et israéliens, a écrit le centre.

Michael Levitt, PDG des Amis du Centre Simon Wiesenthal, a abondé dans le même sens en affirmant qu'il était important de voir Mme Stiles prendre les mesures nécessaires.

Un homme en costume sourit

L'ancien député fédéral libéral Michael Levitt est le PDG des Amis du Centre Simon Wiesenthal.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Les paroles et les actions odieuses et imprudentes de Mme Jama ont causé des blessures et des préjudices répétés à la communauté juive dans sa circonscription de Hamilton-Centre et bien au-delà , a-t-il écrit.

En parallèle, des dirigeants syndicaux ont exprimé leur déception face à cette décision.

Fred Hahn, président du Syndicat canadien de la fonction publique, a décrit une journée très triste. Pour lui, l'élue est une voix nécessaire et fortement soutenue.

Il s'agit d'une décision profondément troublante et extrêmement dangereuse, a-t-il déclaré.

Anthony Marco, président du Conseil du travail de Hamilton et du district, a déclaré que le NPD pouvait considérer sa carte de membre comme révoquée.

Même si je ne peux pas prédire la relation continue [du conseil du travail] avec le parti, je peux dire qu'il a voté pour soutenir Sarah!, a-t-il souligné.

La députée Jama a envoyé une mise en demeure au premier ministre Doug Ford (nouvelle fenêtre), l'accusant d'avoir tenu des propos diffamatoires à son endroit. Ce dernier a soutenu qu'elle était antisémite depuis longtemps et qu'elle appuyait le viol et le meurtre de juifs innocents.

Avec des informations de La Presse canadienne et de CBC

À la une