1. Accueil
  2. Santé
  3. Soins et traitements

Le centre de guérison des dépendances Isuarsivik inauguré officiellement

Les gens posent dehors, devant le centre Isuarsivik.

Pour les instigateurs du projet, cette inauguration représente l'aboutissement de plus de 15 ans de travail.

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

Félix Lebel, journaliste à Radio-Canada
Félix Lebel

Journalistes et dignitaires ont assisté mercredi à l’inauguration officielle du centre de guérison Isuarsivik, à Kuujjuaq, consacré au traitement des dépendances avec une approche basée sur la réduction des méfaits et la culture traditionnelle inuit.

Les instigateurs du projet, David Forrest et Mary Aitchison, ont été célébrés par la classe politique régionale. Tous ont souligné que le centre Isuarsivik n’aurait pu voir le jour sans leur travail acharné dans la recherche de financement et de partenaires depuis 2006.

Je suis très fier de David et Mary, qui ont travaillé si longtemps pour que cela se concrétise. La persévérance qu’ils ont démontrée me donne une grande fierté, ainsi qu’aux employés. Cela montre qu’on peut en accomplir beaucoup, explique le directeur général d’Isuarsivik, Etua Snowball.

Deux personnes au micro sur une scène.

La cérémonie d'ouverture officielle a réuni toute la classe politique du Nunavik, ainsi que des représentants du gouvernement provincial et fédéral.

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

Le ministre québécois des Relations avec les Premières Nations et les Inuit, Ian Lafrenière, et le député d'Ungava, Denis Lamothe, étaient par ailleurs présents mercredi pour l’inauguration.

Ils ont confirmé une aide financière supplémentaire de 9,3 millions de dollars sur trois ans de la part de Québec. Cette aide va permettre à Isuarsivik de financer ses activités courantes et de poursuivre sa mission.

Les deux politiciens sont assis et regardent la scène.

La ministre fédérale des Services aux Autochtones, Patty Hajdu, en compagnie du ministre des Relations avec les Premières Nations et les Inuit, Ian Lafrenière.

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

On vise une période de trois ans, on verra par la suite pour s’assurer qu’il y a une belle continuité. C’est un bel exemple de sécurisation culturelle. [...] C’est un bel exemple de ce qui peut être fait par et pour les Inuit, explique le ministre Ian Lafrenière.

La ministre fédérale des Services aux Autochtones, Patty Hajdu, était aussi présente pour l’inauguration. Elle espère que ce modèle de centre, très proche de la culture traditionnelle, pourra être mis de l’avant ailleurs au pays.

Chaque région a sa culture particulière, sa langue et ses traditions. Je sens que chaque région veut essayer de nouvelles méthodes, explique-t-elle.

Phase deux

Bien qu’il vienne d’être inauguré, le centre Isuarsivik a déjà accueilli ses premiers usagers en avril dernier, pour une durée de huit semaines.

Les derniers mois ont permis à l'établissement d’analyser ses méthodes et de bien prendre acte des petits changements à adopter, en vue de la seconde cohorte. Environ 32 usagers et leurs familles sont attendus dans les prochaines semaines.

Photo d'une salle de classe.

Des éducateurs ont été engagés pour s'occuper des jeunes durant leur séjour à Isuarsivik.

Photo : Fournie par Isuarsivik / Samuel Lagacé

Ça s’est très bien passé, avec une équipe magnifique. On a eu quelques défis, mais on les a surmontés. [...] C’est un tout nouveau programme qu’on met en place. C’est plusieurs nouveautés auxquelles on doit s’ajuster, explique le coordonnateur des programmes en nature, George Kauki.

Nous accueillons maintenant des familles entières, des enfants, des couples, des parents. Nous devons nous adapter, ajoute-t-il.

George Kauki dans une embarcation.

George Kauki coordonne les activités sur le territoire.

Photo : Radio-Canada / Olivier Plante

Le centre a procédé récemment à l’achat d’équipement pour accueillir ces familles lors des activités extérieures sur le territoire traditionnel. Des activités de chasse, de pêche et du temps passé en nature font partie de la méthode de guérison.

Le fait de sortir sur le territoire est très relaxant. Les alentours et la beauté du territoire, cela guérit naturellement , ajoute George Kauki.

Une tente traditionnelle dans la neige.

Des tentes traditionnelles ont été installées pour accueillir les usagers dans la nature durant leur parcours de guérison.

Photo : Fournie par Isuarsivik / Samuel Lagacé

En plus des activités dans la nature, les thérapeutes organisent des rencontres individuelles et de groupe. Des activités d’artisanat traditionnel sont aussi offertes aux usagers.

En s’approchant de la culture inuit, les thérapeutes d’Isuarsivik espèrent aller à la source de nombreux maux dans la région, soit la guérison des traumatismes intergénérationnels.

Félix Lebel, journaliste à Radio-Canada
Félix Lebel

À la une