1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique municipale

Les refuges à Toronto refusent l’entrée à 273 personnes chaque soir en moyenne

Une tente de sans-abri sous l'autoroute Gardiner à Toronto.

En juin, 273 personnes en moyenne n'ont pu avoir une place dans un refuge à Toronto chaque soir. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Michael Wilson

RCI

À Toronto, plus de 270 personnes en moyenne n'arrivaient pas à se trouver une place dans un refuge chaque soir en juin, selon la Ville. Il s'agit d'un nouveau sommet mensuel pour la métropole canadienne.

Le précédent sommet était de 219,9 personnes en moyenne qui se sont vu refuser un lit quotidiennement en mai.

Selon la Ville, 45 % des personnes sans logis en juin étaient des réfugiés.

La question a fait les manchettes plus tôt ce mois-ci, alors que plusieurs dizaines de demandeurs d'asile devaient dormir dans la rue (nouvelle fenêtre), faute de places dans les refuges.

Le militant A. J. Withers souligne que le problème est vraisemblablement pire que ne le montrent les statistiques municipales, étant donné que la Ville ne comptabilise pas les familles en attente d'hébergement ni les sans-abri qui se lassent de tenter de trouver un lit chaque soir et qui dorment plutôt dans la rue.

La Ville a ni plus ni moins abandonné les résidents les plus vulnérables. C'est honteux.
Une citation de A. J. Withers, militant et auteur

2000 lits de plus?

La Ville a indiqué plus tôt ce mois-ci que Toronto avait plus de places par habitant dans ses refuges que n'importe quelle autre grande ville canadienne.

La Ville Reine a ajouté 1000 lits au cours de la dernière année, mais selon M. Whithers, il faudrait 2000 lits de plus pour répondre aux besoins.

Il explique que la combinaison de la hausse des loyers et du coût des aliments, notamment, a rendu la vie inabordable à de nombreux résidents.

La semaine dernière, Ottawa a octroyé 97 millions de dollars de plus pour loger les demandeurs d'asile à Toronto. La nouvelle mairesse Olivia Chow a promis d'ajouter 250 lits (nouvelle fenêtre) dans des refuges et des hôtels, mais tout en continuant à réclamer plus de financement du fédéral.

Avec les informations de CBC.

À la une