1. Accueil
  2. Politique
  3. Feux de forêt

La saison des feux de forêt s’annonce « particulièrement sévère » cet été, dit Trudeau

Justin Trudeau, avec deux ministres à sa droite, parle assis devant un micro, avec plusieurs drapeaux du Canada derrière lui.

Le premier ministre Justin Trudeau a voulu se faire rassurant : « Nous allons traverser cela ensemble ».

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

La Presse canadienne

La saison « sans précédent » des incendies de forêt faisant rage d'un bout à l'autre du Canada pourrait se poursuivre jusqu'en juillet et même en août, projette Ottawa, et le premier ministre Justin Trudeau assure travailler sur un plan B dans l'éventualité où les ressources de l'armée seraient mises à rude épreuve.

Notre modélisation montre que cela pourrait être une saison des incendies de forêt particulièrement sévère tout au long de l'été, a déclaré M. Trudeau, lundi, lors d'une conférence de presse à Ottawa où il était entouré de six de ses ministres.

Questionné quant à la capacité des Forces armées canadiennes à maintenir la cadence de leur soutien au cours des prochains mois, Justin Trudeau a répondu avoir été assuré par le chef de la Défense nationale que, selon les projections actuelles, les ressources devraient être suffisantes.

Trois personnes sont assises devant un micro, avec à côté d'eux un écran où quelqu'un parle.

De nombreux ministres étaient présents lors de la conférence de presse, dont le ministre des Ressources naturelles, Jonathan Wilkinson, qui a participé par vidéoconférence.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Mais on est toujours conscients que ça pourrait changer, donc on est en train de préparer des plans de contingence, a ajouté le premier ministre.

Les Canadiens peuvent être rassurés qu'on va faire tout ce qui est nécessaire pour les protéger tout au long de l'été.
Une citation de Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Quelques minutes plus tôt, le responsable du Service canadien des forêts, Michael Norton, a expliqué que la situation demeurera globalement la même en juillet et en août. La superficie brûlée est déjà sans précédent et pourrait atteindre des niveaux records.

Michael Norton a cependant nuancé que les perspectives à long terme de l'activité des incendies de forêt sont difficiles à prévoir et que l'incertitude augmente à mesure qu'on se projette dans le futur.

Le Québec sous pression

C'est au Québec que la plus forte pression est actuellement (nouvelle fenêtre) observée en raison des multiples incendies allumés récemment par la foudre, a précisé Michael Norton, cartes à l'appui.

Selon les données relevées dimanche soir, 413 incendies étaient actifs au pays, dont 249 n'étaient pas maîtrisés. La situation est si dynamique que les chiffres changent toutes les heures.

Un pompier sur une route de terre, à Chapais.

D'immenses tranchées ont été creusées pour bloquer la progression des flammes, comme ici à Chapais, dans le nord du Québec.

Photo : La Presse canadienne / Audrey Marcoux / SOPFEU

Jusqu'à présent, 120 000 personnes ont été évacuées en raison des incendies de forêt et près de 26 200 sont en cours d'évacuation en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, dans les Territoires du Nord-Ouest, au Québec et en Nouvelle-Écosse.

La France, les États-Unis, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud ont tous offert leur soutien aux autorités canadiennes.

Plus de 160 incendies de forêt étaient actifs au Québec lundi. Ils ont forcé des milliers de personnes à quitter leur domicile dans le nord-ouest de la province au cours de la fin de semaine.

Débat d'urgence

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a réclamé au président de la Chambre des communes que se tienne dès lundi soir un débat d'urgence sur les incendies de forêt ayant lieu partout au pays. La réponse se faisait toujours attendre en milieu d'après-midi.

Le gouvernement fédéral doit en faire plus et en faire mieux, notamment dans la planification, dans la formation de la main-d'œuvre et également dans l'accessibilité aux équipements qui sont nécessaires pour combattre ces importants feux de forêt. Et en ce moment, on se rend compte qu'il y a des lacunes, alors là, il y a urgence et il faut faire le point, a expliqué le chef adjoint du NPD, Alexandre Boulerice.

Ces reproches tranchaient avec les commentaires du ministre de la Protection civile, Bill Blair, qui assurait que tous les ordres de gouvernement travaillent étroitement ensemble avec votre sécurité à l'esprit et avec un haut degré de coopération et de collaboration.

Bill Blair en conférence de presse.

Bill Blair, ministre fédéral de la Protection civile.

Photo : La Presse canadienne / Spencer Colby

Le leader parlementaire du Bloc québécois, Alain Therrien, a semblé être sur la même longueur d'onde. Des députés de sa formation politique lui ont rapporté que le lien, les informations et les actions avec les différents ministères semblent corrects, qu'on s'entend bien sur le terrain, il y a une belle collaboration.

Quant au débat d'urgence, il juge que l'heure est plutôt à littéralement éteindre les feux et sauver les meubles. La réflexion et le débat pourront venir ensuite, a-t-il tranché.

Prix sur la pollution

En mêlée de presse au parlement, le chef conservateur Pierre Poilievre s'est dit ouvert à la création d'une escouade nationale pour lutter contre les incendies de forêt, mais ajoute ne pas avoir pris de décision sur la question.

Je pense qu'il nous faut coordonner l'usage de nos avions et d'autres machines afin de protéger les Canadiens en cas d'urgence comme [celle-ci]. Il ne faut jamais avoir d'avions qui ne sont pas utilisés parce que ça appartient à une province lorsqu'une autre province en a besoin.

Pierre Poilievre.

Le chef conservateur Pierre Poilievre.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

M. Poilievre réclamait également devant les journalistes que le gouvernement fédéral abolisse le prix sur la pollution, communément qualifié de taxe sur le carbone, un timing qu'a jugé invraisemblable le ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Steven Guilbeault.

Au moment où le Canada traverse ce qui sera probablement la pire année de son histoire en termes d'incendies de forêt, et que nous savons que cela est dû en partie aux changements climatiques [...], la seule réponse du chef conservateur est : "rendons la pollution à nouveau gratuite; faisons-en moins pour lutter contre les changements climatiques", a-t-il lancé.

La Nouvelle-Écosse s'efforce de limiter les dégâts

Un tuyau d'incendie est par terre le long de la route 103.

Des pompiers à l'œuvre le long de la route 103 lors des feux de forêt près de Shelburne en Nouvelle-Écosse.

Photo : La Presse canadienne / HO

En Nouvelle-Écosse, le plus grand feu de forêt de l'histoire de la province (nouvelle fenêtre) a continué de brûler dans le comté de Shelburne, tandis que les pompiers ont réussi à circonscrire un incendie près d'Halifax qui a endommagé ou détruit plus de 150 résidences dans la banlieue.

L'Alberta a récemment mis fin à l'état d'urgence (nouvelle fenêtre) qui avait été mis en place pour faire face à des feux de forêt sans précédent dans cette province, même si les responsables ont averti que la situation restait grave.

Plus de 2214 incendies de forêt ont été recensés jusqu'à présent cette année à l'échelle nationale et environ 3,3 millions d'hectares ont brûlé.

À la une