1. Accueil
  2. Société
  3. Engagement communautaire

Un groupe d’aide aux Albertains afro-descendants atteints de cancer cherche du financement

Yinka Odalele.

Yinka Odalele a créé le groupe de soutien aux personnes afro-descendantes atteintes de cancer après que son mari a reçu ce diagnostic.

Photo : Radio-Canada / Dan McGarvey

RCI

Yinka Oladele, fondatrice de l’African Cancer support Group de Calgary, organise une levée de fonds, samedi, afin d’amasser le financement nécessaire pour continuer à offrir les services aux personnes noires qui sont atteintes de cancer.

L'événement est organisé dans le cadre la Journée nationale des survivants du cancer, qui a lieu chaque année le premier dimanche de juin. Nous allons célébrer la résilience et le courage des personnes touchées par cette maladie, explique Yinka Oladele, qui espère que le témoignage des survivants permettra de briser le silence sur cette maladie.

Le groupe a été créé en 2017, lorsque son mari a appris qu’il avait un myélome multiple, un cancer qui touche les plasmocytes, un type de globules blancs. Un de ses objectifs est d'informer les membres des communautés africaines, des Caraïbes et noires sur le cancer, le diagnostic et le traitement.

Yinka Oladele précise que la maladie est encore très stigmatisée au sein de la communauté.

Nous essayons de déstigmatiser le cancer. Nous voulons sensibiliser et éduquer nos membres et leur offrir des ressources et des informations culturellement appropriées , dit-elle en rappelant que les patients se sentent souvent isolés.

Dans notre communauté, les gens ne parlent pas du cancer jusqu'à ce qu'il soit tard ou qu'ils soient morts.
Une citation de Yinka Oladele, fondatrice de l'African Cancer support Group

Une réalité que Florence Omara, survivante du cancer du sein, connaît bien.

Je me suis sentie très seule. Même ma meilleure amie ne savait pas que j’étais malade, car on ne parle pas de ces choses-là dans notre communauté. Elle rappelle que la plupart des Africains en Alberta sont loin de leur famille, de leur pays et de leur culture.

La solitude a poussé Florence Omara à contacter l’African Cancer support Group. Ils m’ont apporté de la vraie nourriture africaine. Quelqu’un a nettoyé ma maison. J’ai reçu beaucoup d’aide et de soutien. Des gens m’appelaient pour m’encourager. Ils sont devenus ma famille.

L’African Cancer support Group s'efforce aussi de combler le fossé entre les personnes malades, la communauté et les services de santé. Un de ses services est de leur rendre visite et de leur apporter de la nourriture africaine, ainsi qu’un soutien religieux et psychologique.

Yinka Oladele ajoute que ce soutien inclut des thérapies et du soutien en santé mentale de la part de psychothérapeutes et de conseillers.

Selon Bayo Oladele, le mari de Yinka, qui est un survivant du cancer, ce groupe offre un service beaucoup plus adapté à la communauté africaine que les groupes de soutien conventionnels, certains patients africains trouvant que les traitements et le soutien qu’ils reçoivent ne tiennent pas compte de leurs besoins culturels.

La première chose que l'on constate lorsqu'on se rend dans un groupe de soutien conventionnel, c'est que l'on est la seule personne de couleur, dit-il, en expliquant que leurs programmes ne sont pas nécessairement bien adaptés aux Africains.

Ils communiquent, mais pas de la manière que moi, Africain, je puisse comprendre de quoi ils parlent.
Une citation de Bayo Oladele, survivant du cancer

Pour sa part, Yinka Odalele espère qu’elle pourra amasser suffisamment de fonds pour recruter et former plus de bénévoles.

Avec des informations de Dan McGarvey

À la une