1. Accueil
  2. Économie
  3. Indicateurs économiques

La Banque du Canada surveille les débordements potentiels des tensions bancaires

Le siège de la Banque du Canada à Ottawa.

Au besoin, la Banque du Canada est prête à agir et à fournir un soutien en liquidités au système financier.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

La Presse canadienne

La Banque du Canada surveille de près les tensions sur le système bancaire mondial avant sa prochaine décision sur les taux d'intérêt et la publication de son rapport sur la politique monétaire, en avril, a indiqué mercredi un haut responsable de la banque centrale.

Dans le texte d'un discours prononcé à la Conférence sur les services financiers de la Banque Nationale, Toni Gravelle, sous-gouverneur de la Banque du Canada, a assuré que la banque centrale était à l'affût de tout effet de débordement potentiel sur l'économie réelle des récents problèmes bancaires aux États-Unis et en Europe.

On va considérer les conséquences macroéconomiques de cette situation en évolution dans notre prochaine projection, a affirmé M. Gravelle.

En particulier, on va être attentifs aux effets de débordement possibles dans l'économie réelle, dans la mesure où les conditions financières se resserrent et qu'il y a des effets plus généraux sur la confiance.

Les régulateurs américains ont dû prendre le contrôle de la Silicon Valley Bank et de la Signature Bank, au début du mois, pour éviter des problèmes financiers plus importants dans le cadre d'une ruée sur les dépôts, tandis que les autorités suisses ont aidé UBS à acquérir le Crédit suisse après que ce dernier eut rencontré des difficultés (nouvelle fenêtre).

M. Gravelle a souligné que les banques mondiales étaient plus résilientes aujourd'hui qu'elles l'étaient il y a 15 ans, au début de la crise financière mondiale.

Avec les réformes qui ont été mises en place depuis la crise, elles ont été obligées d'augmenter considérablement leurs réserves de fonds propres et de liquidités. Le système bancaire est ainsi plus sûr et mieux en mesure de résister aux tensions, a-t-il déclaré.

Le Canada n'est pas à l'abri

Même si le secteur bancaire canadien a une réputation internationale de stabilité, a noté M. Gravelle, il n'est pas à l'abri des événements qui se produisent ailleurs, et les tensions financières qui surviennent à l'extérieur du Canada peuvent affecter négativement les choses au pays.

Toutefois, il a ajouté que la Banque du Canada était prête à agir en cas de graves tensions sur le marché et à fournir un soutien en liquidités au système financier.

La prochaine décision sur les taux d'intérêt et le prochain rapport sur la politique monétaire de la Banque du Canada sont prévus pour le 12 avril.

La banque centrale a maintenu son taux directeur inchangé à 4,50 % lors de sa décision sur les taux d'intérêt du 8 mars. C'était la première fois que la Banque du Canada n'augmentait pas ses taux depuis qu'elle a commencé à les relever en mars 2022, dans le but de ralentir l'inflation.

À la une