1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique fédérale

Chemin Roxham : les migrants refoulés aux passages irréguliers dès minuit

Des agents de la GRC déballent un nouveau panneau d'avertissement pour les demandeurs d'asile à la frontière entre New York et le Canada, au chemin Roxham, le samedi 25 mars 2023, à Champlain, dans l'État de New York.

Le poste frontière irrégulier situé près du chemin Roxham est désormais fermé de manière permanente.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

La Presse canadienne

L'accord entre Ottawa et Washington qui fera des 8900 kilomètres de leur frontière commune un passage officiel et qui conduira au refoulement des demandeurs d'asile qui la traversent, notamment au chemin Roxham au Québec, entrera en vigueur sur le coup de minuit, dans la nuit de vendredi à samedi.

Lorsque l'accord sera mis en oeuvre, à partir de minuit ce soir, les policiers et les agents frontaliers vont renvoyer les ressortissants qui franchissent la frontière de manière irrégulière au poste frontalier canado-américain le plus proche, a annoncé le premier ministre Justin Trudeau lors d'une conférence de presse en marge d'un discours du président américain Joe Biden devant le Parlement canadien.

Dans une déclaration commune, les deux hommes ont confirmé que l'accord, qui est en fait daté d'avril 2022, appliquera les modalités de l'Entente sur les tiers pays sûrs aux demandeurs d'asile qui traversent la frontière entre les postes frontaliers.

La Presse canadienne a obtenu copie du document préparé par les départements américains de la Sécurité intérieure et de la Justice, qui détaille l'application du Protocole additionnel 2022, qui est décrit comme un ajout au traité de 2004 connu sous le nom d'Entente sur les tiers pays sûrs (ETPS).

Il y est précisé que l'accord s'applique aux individus qui traversent entre les [points d'entrée] officiels le long de la frontière commune canado-américaine, y compris certains plans d'eau déterminés par les États-Unis et le Canada, et ce, jusqu'à 14 jours après la traversée irrégulière.

En conférence de presse, le premier ministre Trudeau n'a pas répondu directement à une question quant au fait qu'une année s'est écoulée avant l'annonce de l'accord.

M. Trudeau a cependant reconnu que le Canada sait depuis longtemps à un niveau théorique quelle était la façon de moderniser l'Entente sur les tiers pays sûrs.

On ne peut pas tout simplement fermer le chemin Roxham et espérer que tout se réglerait parce qu'évidemment on a une extrêmement longue frontière et les gens chercheraient d'autres endroits où passer.
Une citation de Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le reportage d'Elyse Allard

En marge de l'accord, le Canada s'engage à accueillir cette année 15 000 migrants supplémentaires en provenance de l'hémisphère occidental pour des motifs humanitaires et à leur offrir des débouchés économiques. Selon M. Trudeau, cette mesure permettra de compenser la fermeture des passages irréguliers.

Or, l'an dernier, 39 171 personnes ont traversé irrégulièrement la frontière, selon le nombre d'interceptions faites au Québec rapportées par la Gendarmerie royale du Canada.

Appelé à commenter la conclusion de l'accord, le chef conservateur Pierre Poilievre a blâmé le premier ministre d'avoir causé la migration illégale massive, puisque la situation n'existait pas avant son arrivée au pouvoir et qu'il y avait pourtant la même Entente sur les tiers pays sûrs [...] la même frontière.

Donc, c'est lui qui a ouvert le chemin Roxham et c'est lui qui a causé le problème, a-t-il insisté, ajoutant au passage qu'on ne sait pas pourquoi ça a pris aussi longtemps pour colmater la brèche.

Le porte-parole du Bloc québécois en matière d'immigration, Alexis Brunelle-Duceppe, a pour sa part estimé qu'il reste [...] beaucoup de questions avant de nous réjouir. Sa formation réclamait qu'Ottawa ferme le chemin Roxham en permettant de présenter une demande d'asile de façon régulière tout au long de la frontière canado-américaine.

Le Nouveau Parti démocratique n'a pas commenté les développements de vendredi. La veille, le chef Jagmeet Singh s'est dit ouvert à une autre solution que la suspension de l'Entente sur les tiers pays sûrs, comme d'appliquer l'accord tout le long de la frontière canado-américaine.

Une pancarte à l'extérieur où l'on peut lire: «Arrêtez, il est illégal de passer la frontière ici ou ailleurs qu'à un point d'entrée».

L'ancienne pancarte près du chemin Roxham sera remplacée par une nouvelle signalisation dès minuit, dans la nuit de vendredi à samedi.

Photo : Radio-Canada / Elyse Allard

Ce que dit le traité

Le traité bilatéral entre le Canada et les États-Unis remontant à 2004 fait en sorte qu'un réfugié potentiel qui se présente à un poste frontalier officiel canadien et qui a d'abord foulé le sol américain est refoulé, puisqu'il doit poursuivre sa demande d'asile dans le premier lieu sûr où il est arrivé.

Mais l'Entente sur les tiers pays sûrs, dans sa forme actuelle, ne s'applique qu'aux passages frontaliers officiels. Ainsi, des milliers de migrants contournent cette règle en traversant la frontière à pied par des endroits non officiels comme le chemin Roxham, en Montérégie.

Une fois qu'ils sont au Canada et ont été interceptés par les autorités canadiennes après avoir officiellement mis les pieds au Canada, leur demande d'asile peut être traitée.

À la une