1. Accueil
  2. Société
  3. Engagement communautaire

Un organisme qui fournit des meubles aux réfugiés d’Ottawa pourrait fermer ses portes

Une femme devant un étalage de vaisselle.

Suzi Shore Sauvé est la fondatrice de l'organisme House to Home.

Photo : Radio-Canada / Laura Glowacki/CBC

RCI

Un organisme d'Ottawa qui fournit des lits gratuits et d'autres meubles essentiels aux demandeurs d’asile va perdre son entrepôt au printemps, ce qui pourrait mener à sa fermeture définitive, selon sa fondatrice.

House to Home aide les réfugiés à équiper leurs maisons avec des meubles, de la vaisselle, de la literie et d'autres biens essentiels usagés. Ils peuvent prendre rendez-vous et sélectionner les articles dont ils ont besoin.

Suzi Shore Sauvé a créé l'organisme à l'automne 2020, dans son garage. Depuis, elle a aidé environ 500 familles de réfugiés à s'installer dans leur nouveau foyer.

Mme Sauvé stocke actuellement des milliers d'articles donnés dans l'ancienne épicerie Country Grocer, sur l'avenue Ridgewood à Ottawa.

Un étalage de jouets et une poussette.

L'organisme House to Home est installé dans les locaux d'une ancienne épicerie d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Laura Glowacki/CBC

L'entreprise de construction qui est propriétaire de l’espace, et qui, jusqu’à maintenant, le louait gratuitement à Mme Sauvé, prévoit de rénover l’immeuble. Elle a demandé à l'organisme House to Home de quitter le bâtiment au printemps.

Nous essayons de gagner du temps autant que possible, indique Mme Sauvé. Nous voulons vraiment de nouveaux locaux pour venir en aide aux 500 prochaines familles.

Asad Rahimi est arrivé d'Afghanistan il y a un an et demi et travaille maintenant à House to Home avec deux autres réfugiés. Il estime que l’organisme a permis à sa famille d'économiser près de 6000 dollars.

Ce n'est pas seulement moi, ce sont tous les réfugiés qui font des économies grâce à nous, dit-il. Ils reçoivent des accessoires de cuisine, des matelas, des canapés, des meubles de salle à manger, des micro-ondes, des fers à repasser, et parfois, nous leur donnons même des biens neufs.

Un homme dans une allée de fournitures de cuisine.

Asad Rahimi travaille désormais pour l'organisme House to Home.

Photo : Radio-Canada / Laura Glowacki/CBC

Des besoins considérables

House to Home fonctionne grâce aux dons des particuliers et aux propres moyens financiers de Mme Sauvé.

Les réfugiés n’ont pas à payer pour ses services, mais les personnes qui donnent des meubles sont invitées à payer les frais de livraison s’il y a lieu. Il faut débourser 275 $ par exemple, pour faire don d'un ensemble pour chambre à coucher. Les gens peuvent également contacter Mme Sauvé et venir porter eux-mêmes leurs meubles gratuitement.

Lorsque Canadian Broadcasting Corporation a visité l’ancienne épicerie la semaine dernière, elle était pleine à craquer de vaisselle, de jouets d'enfants, de tableaux, de coussins et d’autres articles de maison. Chaque allée est consacrée à une pièce différente.

Une liste de fournitures de maison devant des biens entassés.

Lorsque les bénévoles et les travailleurs ont assemblé les articles demandés par une famille, ils les placent dans des boîtes et les empilent dans une allée réservée à cet effet.

Photo : Radio-Canada / Laura Glowacki/CBC

Après avoir fondé House to Home, Mme Sauvé a rapidement compris l’ampleur des besoins en meubles des réfugiés d'Ottawa. Sans son aide, certains passeraient des semaines à dormir au sol, en attendant de se procurer un lit, croit-elle.

Les réfugiés sont notre seule clientèle, explique Mme Sauvé. Nous sommes l'endroit où ils peuvent obtenir des meubles rapidement.

House to Home a besoin d'un espace chauffé d'au moins 10 000 pieds carrés (environ 900 mètres carrés), muni d’une salle de bain fonctionnelle, d’un stationnement et d‘une porte suffisamment grande pour y faire passer des meubles, indique Mme Sauvé.

Mardi, l'organisme n'avait toujours pas trouvé de nouvel entrepôt pour poursuivre ses activités.

Avec les informations de Laura Glowacki, de CBC News

À la une