1. Accueil
  2. Environnement
  3. Industrie pétrolière

TC Énergie annonce un déversement de 14 000 barils de pétrole aux États-Unis

Des tuyaux empilés dehors.

Le réseau de pipelines Keystone est l'un des plus importants en Amérique du Nord.

Photo : La Presse canadienne / Alex Panetta

Tiphanie Roquette
Tiphanie Roquette

L’entreprise calgarienne TC Énergie a fermé son pipeline Keystone aux États-Unis après le déversement de 14 000 barils de pétrole à la suite d’une fuite dans un ruisseau à environ 32 kilomètres au sud de Steele City, au Nebraska.

TC Énergie assure par voie de communiqué avoir contenu la migration vers l’aval du déversement.

Une baisse de pression a été détectée mercredi soir dans le réseau Keystone, ce qui a déclenché un arrêt d’urgence du pipeline. Nous avons immédiatement activé nos procédures d’urgence et nous avons établi une surveillance environnementale, assure TC Énergie.

Nos efforts [...] vont continuer jusqu’à ce que nous ayons complètement dépollué le site.
Une citation de TC Énergie

L’entreprise canadienne affirme aussi que des travailleurs sont sur place pour contenir et récupérer l’hydrocarbure dans le cours d’eau. Selon un communiqué envoyé plus tôt par TC Énergie, des barrages flottants ont été mis en place et le segment d’oléoduc en cause a été isolé du reste du réseau.

L’Agence de protection de l'environnement des États-Unis (EPA) a averti par voie de communiqué que deux de ses coordinateurs ont été envoyés sur les lieux du déversement.

Selon l’Agence de protection de l'environnement des États-Unis, TC Énergie a mobilisé une équipe [...] pour commencer le confinement et le contrôle de la source. Il n’y aurait pas d’impact, pour le moment, pour les puits d’eau potable ou pour le public.

L’eau de surface [du ruisseau] Mill Creek a été touchée. Les coordinateurs de l’Agence de protection de l'environnement des États-Unis superviseront les opérations de TC Énergie afin de s’assurer d’un nettoyage conforme et d’évaluer les causes de l’incident.

L’Agence de protection de l'environnement des États-Unis confirme également la présence d’équipes d’urgence locales sur place.

Le bureau américain responsable de la sécurité des pipelines, la U.S. Pipeline and Hazardous Material Safety Administration (PHMSA), enquête également sur le déversement qui s’est passé à proximité de Washington, au Kansas, une petite municipalité de 1000 habitants près de la frontière avec le Nebraska.

D’après les données du U.S.pipeline and hazardous materials safety administration, il s’agirait du plus gros déversement de pétrole brut aux États-Unis depuis la fuite de 20 000 barils de pétrole du pipeline de Tesoro, dans le Dakota du Nord, en 2013.  (nouvelle fenêtre)

Inquiétudes environnementales

Dans un communiqué, l’organisation environnementale Bold Nebraska, qui s’était opposée à la construction du pipeline Keystone XL, a demandé un renforcement des lois de protection de l’environnement.

Alors que nous attendons de connaître le volume de sables bitumineux et produits toxiques comme le benzène qui a pollué notre eau à partir du pipeline Keystone 1 de TC Énergie, il est essentiel de noter que notre État et nos comtés ont besoin de meilleures lois [pour réglementer] les pipelines, a affirmé la fondatrice Jane Kleeb. L’organisme dit avoir dénombré 22 fuites sur cet oléoduc depuis 2010.

Interrogé sur ce déversement alors que le sommet sur la biodiversité se tient à Montréal (nouvelle fenêtre), le ministre fédéral de l’Environnement, Steven Guilbeault, a affirmé que son gouvernement travaillait à diminuer la dépendance du Canada aux énergies fossiles.

La réalité, c’est que plus de 80 % du portefeuille énergétique mondial est encore lié aux combustibles fossiles [...]. On ne peut pas espérer passer de 80 % à 0 % en claquant des doigts. Ça va prendre du temps, a-t-il expliqué au micro de l’émission Tout un matin de Radio-Canada.

Conséquences économiques

Le pipeline Keystone transporte du pétrole brut de l’Alberta au Nebraska. Il se dédouble ensuite pour aller d’un côté vers l’Illinois et de l’autre vers les raffineries du Texas. C’est le principal oléoduc de TC Énergie en Amérique du Nord.

Le déversement pourrait accroître le différentiel entre le prix du pétrole sur le marché américain, le West Texas Intermediate (West Texas Intermediate), et le prix reçu par les producteurs canadiens, le Western Canadian Select (Western Canadian Select). Ce différentiel est déjà plus élevé qu’à l’ordinaire.

Si l’arrêt se prolonge, nous allons entrer dans les pires scénarios, a indiqué le spécialiste de l’énergie Rory Johnston. Il croit que si le Western Canadian Select chute, les producteurs pourraient choisir de transporter plus de pétrole par train.

TC Énergie n’a pas précisé combien de temps le pipeline pourrait être mis à l’arrêt.

Avec les informations de Reuters.
Tiphanie Roquette
Tiphanie Roquette

À la une