1. Accueil
  2. Santé
  3. Santé publique

Les enfants réfugiés ne pèsent pas lourd dans le système de santé en Ontario

L'hôpital SickKids de Toronto.

L'utilisation des services de santé mentale est faible parmi les groupes de réfugiés, selon une étude.

Photo : Radio-Canada / Yan Theoret

RCI

De nouvelles recherches indiquent que les enfants et jeunes réfugiés de moins de 17 ans ne pèsent pas lourd dans le système de soins de santé en Ontario, comparés aux enfants et jeunes canadiens.

Une étude menée par l'hôpital SickKids de Toronto et l'institut de recherche ICES a comparé 23 287 réfugiés installés dans la ville reine de 2008 à 2018, à 93 148 enfants et jeunes, nés en Ontario dans la même période.

L'étude révèle que l'utilisation des soins de santé est généralement élevée parmi les réfugiés, mais la demande excédentaire globale sur le système médical est minime.

L'auteure principale de cette recherche, la Dre Natasha Saunders, affirme que de nombreux réfugiés arrivant au Canada ont besoin de soins pour des problèmes liés aux infections, à la malnutrition ou aux besoins dentaires.

L'étude montre aussi que l'utilisation des services de santé mentale est faible parmi les groupes de réfugiés, car certains enfants peuvent avoir accès à des services de soutien par le biais de ressources communautaires.

La recherche indique par ailleurs que l'utilisation des soins de santé chez les réfugiés varie selon leur modèle de parrainage. En effet, les coûts de santé sont plus élevés chez les réfugiés parrainés par le gouvernement par rapport aux réfugiés parrainés par le secteur privé.

Avec les informations de La Presse canadienne

À la une