1. Accueil
  2. Justice et faits divers
  3. Politique provinciale

Violence armée dans les écoles : le fédéral peut en faire plus, selon Doug Ford

Un ruban jaune de scène de crime devant une autopatrouille.

Au moins deux événements violents se sont produits dans des écoles de la grande région de Toronto au cours des dernières semaines.

Photo : La Presse canadienne / Graeme Roy

Myriam Eddahia, journaliste
Myriam Eddahia

Le premier ministre de l'Ontario n'a pas mâché ses mots en réponse à de récents événements violents survenus dans des écoles ontariennes. Il demande au gouvernement Trudeau de serrer la vis aux récidivistes de violence armée.

Face à des cas de violence dans des écoles (nouvelle fenêtre), comme à Toronto, Doug Ford demande au premier ministre Justin Trudeau de se pencher sur la réforme des conditions de libération sous caution.

Ce sont aux conseils scolaires de déterminer ce qu'il faut faire, mais s'il y a des crimes violents et de la violence armée, c'est la responsabilité du gouvernement fédéral, pense le premier ministre ontarien.

J'ai trois beaux-fils qui sont policiers. Je parle à des policiers tous les jours, dit-il. Leur frustration est de voir une personne violente qu'ils ont arrêtée après une fusillade être libérée un ou deux jours plus tard.

C'est absolument ridicule, affirme Doug Ford.

Des portraits de Doug Ford et de Justin Trudeau.

Le premier ministre ontarien Doug Ford demande au premier ministre Justin Trudeau de serrer la vis aux récidivistes de violence armée.

Photo : La Presse canadienne

Nous devons nous assurer que nos communautés sont sécuritaires, renchérit le premier ministre de l'Ontario.

Il estime que les lois dans ce pays doivent être plus strictes.

Le gouvernement fédéral contrôle le Code criminel, il doit donc [renforcer les lois] plutôt que d'être faible et de laisser sortir ces gens tirer dans les rues à nouveau, pense M. Ford.

D'ailleurs, le maire John Tory et le conseil scolaire public anglais de Toronto (TDSB) se sont rencontrés lundi (nouvelle fenêtre) pour trouver des moyens de prévenir la violence dans les écoles.

Myriam Eddahia, journaliste
Myriam Eddahia

À la une