1. Accueil
  2. Société
  3. Égalité des sexes

« Ce n’est pas juste » : une campagne de sensibilisation à la violence fondée sur le sexe

Une femme est assise de dos sur un lit.

La campagne a été lancée par la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et de la Jeunesse, à l'Université York.

Photo : Radio-Canada

RCI

La ministre fédérale des Femmes et de l’Égalité des genres et de la Jeunesse, Marci Ien, a lancé jeudi une campagne nationale de sensibilisation des jeunes à la violence fondée sur le sexe. L’évènement se tenait à l’Université York de Toronto où un centre d'aide contre la violence sexuelle existe depuis 2017.

La campagne, intitulée Ce n’est pas juste , vise à interrompre le cycle de la violence en éduquant la population, en faisant évoluer les mentalités et en passant à l'action, explique la ministre.

Selon le gouvernement canadien, 6 femmes sur 10 âgées de 15 à 24 ans ont fait l'objet de comportements sexuels non désirés en public, et une femme sur 10 a été agressée sexuellement.

La campagne de sensibilisation veut aussi aider les jeunes à comprendre que la violence fondée sur le sexe n’est pas simplement une affaire de violence physique et sexuelle.

Les violences émotionnelle, financière et sur Internet sont aussi des formes de violence fondée sur le sexe et peuvent être tout aussi néfastes et avoir des répercussions psychologiques tout aussi durables, explique Femmes et Égalité des genres Canada.

Selon la ministre Marci Ien, les risques de violence fondée sur le sexe sont plus grands parmi les jeunes, surtout les jeunes femmes et les filles […] les femmes noires ou racialisées; les femmes nouvellement arrivées au Canada; les femmes handicapées; les personnes LGB+ et les personnes qui ne sont pas hétérosexuelles.

Pour mettre fin à la violence fondée sur le sexe, il faut notamment désapprendre les mythes entourant cette violence ainsi que les stéréotypes sur les sexes qui perpétuent la violence, estime Mme Ien.

Des lignes d'urgence

Le gouvernement canadien s'engage à financer davantage les lignes téléphoniques d'urgence pour leur permettre de fonctionner 24 heures sur 24 et à soutenir des organismes venant en aide aux jeunes hommes.

La ministre souhaite que cette campagne soit un appel à la population pour que chaque personne dénonce la violence fondée sur le sexe quand elle en est témoin.

En reconnaissant l’existence de la violence fondée sur le sexe et en refusant de l’ignorer, nous allons travailler ensemble pour y mettre un terme et faire du Canada un pays plus sûr pour tout le monde, assure la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et de la Jeunesse.

Avec les informations d'Andréane Williams

À la une