1. Accueil
  2. Politique
  3. Immigration

Des centaines de participants à la COP15 n’ont pas demandé leur visa

L’affluence attendue à Montréal pour cette conférence internationale sur la biodiversité devrait être moins importante que prévu.

Le Palais des congrès de Montréal.

La COP15, qui devait initialement se dérouler en Chine, aura lieu au Palais des congrès de Montréal du 7 au 19 décembre.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Romain Schué
Romain Schué

Cette fois-ci, pas de scandale ni de tollé concernant des centaines de demandes de visas refusées.

Contrairement à la dernière conférence sur le sida (nouvelle fenêtre), qui a eu lieu en juillet à Montréal, Immigration Canada n’a pas refusé massivement de multiples dossiers provenant principalement d’Afrique.

Le taux d’acceptation des demandes dépasse 90 %, indique à Radio-Canada un porte-parole du ministère fédéral de l’Immigration.

Près de 3000 absents potentiels

Initialement, Immigration Canada attendait environ 6000 demandes de visas, provenant de délégations étrangères, africaines notamment, pour un total de près de 12 000 visiteurs au Québec pour cette COP 15 (nouvelle fenêtre).

Un nombre qui sera revu à la baisse, d’ici le lancement de cette conférence sur la biodiversité, qui se déroulera dans la métropole du 7 au 19 décembre.

Moins de la moitié seulement des demandes attendues ont été faites avant la date limite du 15 novembre, explique Immigration Canada.

Nous nous efforçons de veiller à ce que les demandes soient soumises et traitées malgré la date limite non respectée.
Une citation de Stuart Isherwood, porte-parole d’Immigration Canada

À ce jour, environ 2500 visas ont été accordés et le délai moyen pour le traitement des demandes en ce moment est de 17 jours.

Il y aurait donc, potentiellement, près de 3000 délégués qui pourraient ne pas mettre les pieds au Canada.

Les Nations unies « au courant »

Responsable de cet événement, le Secrétariat de la Convention des Nations unies sur la diversité biologique assure être au courant de la situation.

Nous croyons que plusieurs délégations ont soumis tardivement leur demande à cause des longs processus, de leur part, pour déterminer la configuration de leurs délégations, estime David Ainsworth, porte-parole de l’institution.

Cette dernière affirme être en communication avec les autorités canadiennes pour trouver une solution. Dans certains cas, les délégations vont arriver seulement pour la deuxième semaine, ce qui offre plus de temps pour le traitement des demandes, ajoute-t-il.

Après les vives critiques (nouvelle fenêtre) concernant les longs délais et les refus de visas pour la dernière Conférence internationale sur le sida de Montréal, l’été dernier, Immigration Canada avait pourtant pris les devants.

Pour faire face à l’afflux attendu de nouvelles demandes, Ottawa avait mis en place, dès le mois d’août, une unité spéciale dédiée à cet événement.

Le Canada a également assoupli ses procédures, puisque les participants à ce sommet international sont dispensés du paiement des frais de demande de visa et de collecte des données biométriques.

Romain Schué
Romain Schué

À la une