1. Accueil
  2. Environnement
  3. Conditions météorologiques

Voici ce que nous réserve l’hiver en Atlantique

Un fondeur sur une piste enneigée.

Environnement Canada prévoit des températures supérieures et des précipitations inférieures à la moyenne pour les quatre provinces de l'Atlantique, jusqu'à la fin janvier.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

RCI

Plusieurs régions de l'Atlantique ont connu un automne assez clément, enregistrant des records de chaleur. À l’approche de l’hiver, Environnement Canada prévoit que cette vague de chaleur influencera probablement la saison froide, avec des températures à la hausse et une baisse des précipitations.

Selon les prévisions à long terme, qui comprennent novembre, décembre et janvier, nous aurons des températures supérieures à la moyenne et des précipitations inférieures à la moyenne pour les quatre provinces de l'Atlantique, affirme Jim Prime, météorologue à Environnement Canada. 

M. Prime estime que la vague de chaleur des mois d’octobre et de novembre peut influencer toute la saison, ce qui expliquerait ces prévisions à long terme.

Si je dis, c’est supérieur à la moyenne pour la température, ça ne veut pas dire qu'il fera chaud. C’est peut-être juste 0,5 degré supérieur à la normale, c’est juste une façon de comprendre les chiffres, précise le météorologue.

Jim Prime ajoute que la région du Cap-Breton connaîtra les températures les plus chaudes de l’Atlantique cet hiver.

Il affirme aussi que la vague de chaleur aura probablement un effet sur la quantité de glace sur les cours d’eau.

Ça peut influencer la quantité de glace sur le golfe et ça peut influencer les averses de neige, les effets océaniques sur les côtes de l’Île-du-Prince-Édouard, ça serait intéressant de voir les chiffres, les précipitations, les températures, à la fin de la saison.

Il faudra attendre un peu pour voir ce que les mois de février et de mars nous réservent, rappelle le météorologue, lorsque les prévisions à plus long terme seront disponibles.

Avec les informations de l’émission Michel le samedi

À la une