1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique provinciale

Québec 2022 en chiffres

Un partisan caquiste regarde son téléphone cellulaire, une pancarte de François Legault sous le bras.

Observateurs et militants passent au peigne fin les résultats détaillés des élections québécoises depuis lundi soir.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Jérôme Labbé porte une chemise bleu clair à motifs.
Jérôme Labbé

Les élections québécoises étant terminées, l’heure est maintenant à l’examen des résultats détaillés. Car les chiffres les plus parlants ne sont pas nécessairement ceux qui ont fait les manchettes dans les heures ayant suivi l’ouverture des boîtes de scrutin.


58

C’est le nombre de femmes qui prendront place sur les banquettes de l’Assemblée nationale à la reprise des travaux, du jamais-vu. Parmi elles figurera notamment Kateri Champagne Jourdain (nouvelle fenêtre), qui deviendra la première femme autochtone à siéger au Parlement. Quelque 53 femmes avaient été élues en 2018, ce qui constituait déjà un record. Ce nombre avait d’ailleurs grimpé à 55 après les élections partielles ayant mené aux victoires des caquistes Nancy Guillemette dans Roberval et Joëlle Boutin dans Jean-Talon. Fait à noter, le caucus libéral, avec 13 femmes et 8 hommes, sera majoritairement féminin.


66,14

C’est le taux de participation aux élections cette année. Malgré une campagne agressive (nouvelle fenêtre) d’Élections Québec, seuls deux électeurs sur trois se sont exprimés cette année. Il s’agit du pire taux de participation de l’histoire récente du Québec après celui de 2008, alors que seulement 57,43 % des électeurs avaient participé au vote ayant permis la réélection des libéraux de Jean Charest.


74,15

C’est le pourcentage d’électeurs inscrits qui n’ont pas voté pour la Coalition avenir Québec (nouvelle fenêtre) (CAQ) lundi soir. Ce chiffre inclut les électeurs qui ont voté pour d’autres candidats; les électeurs qui auraient pu voter, mais qui ne l’ont pas fait; ainsi que les électeurs qui ont vu leur bulletin de vote rejeté par Élections Québec. Certains détracteurs de François Legault font déjà circuler de tels calculs depuis lundi soir pour discréditer sa victoire et/ou pour montrer la nécessité de réformer le mode de scrutin, la Coalition avenir Québec ayant remporté 72 % des sièges disponibles à l’Assemblée nationale (90 sur 125).


17

C’est le nombre de circonscriptions qui ont changé de main lundi soir. Toutes ont basculé dans le camp caquiste, mis à part Maurice-Richard et Verdun, qui ont opté pour Québec solidaire (QS), et Camille-Laurin, qui a voté pour le Parti québécois (PQ). La moitié (8 sur 17) de ces comtés se trouvent dans le Grand Montréal, soit 4 sur l’île, 3 à Laval et 1 sur la Rive-Sud (Laporte).


1

C’est le nombre de circonscriptions perdues par la Coalition avenir Québec lundi soir. Seul le député sortant de Camille-Laurin, Richard Campeau, ne retournera pas à l’Assemblée nationale. C’est plutôt le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, qui s'assoira sur son siège.


25

C’est le nombre de circonscriptions où le Parti conservateur du Québec (PCQ) a terminé en deuxième place. Quatorze (14) de ces comtés sont situés dans la Capitale-Nationale et dans Chaudière-Appalaches.


64

C’est le nombre de circonscriptions où le Parti libéral du Québec (PLQ) a terminé en cinquième place, derrière la Coalition avenir Québec, Québec solidaire, le PQ et le Parti conservateur du Québec. C’est plus de la moitié des 125 comtés du Québec. Et c’est dans René-Lévesque, sur la Côte-Nord, que la formation a obtenu son pire score, soit 1,66 % des suffrages exprimés.


87

C’est le nombre de circonscriptions où les candidats libéraux (nouvelle fenêtre) n’ont pas atteint la barre de 15 % pour se faire rembourser la moitié de leurs dépenses électorales par Élections Québec. À noter que Vicky May-Hamm, qui a obtenu 14,99451 % des voix dans Orford, n’aurait eu besoin que de deux votes supplémentaires pour franchir ce cap. Le Parti québécois, pour sa part, n’a pas obtenu 15 % des suffrages dans 73 circonscriptions, contre 65 comtés en 2018 (nouvelle fenêtre).


16 233

C’est le nombre de voix d’avance qui a permis au député caquiste François Bonnardel d’être réélu dans Granby. Il s’agissait, en nombre absolu, de l’avance la plus confortable cette année, devant celle de ses collègues caquistes Sonia LeBel dans Champlain (16 130 voix d’avance), André Lamontagne dans Johnson (15 621 voix d’avance) et Chantal Soucy dans Saint-Hyacinthe (15 587 voix d’avance). En pourcentage, la palme va plutôt au péquiste Pascal Bérubé dans Matane-Matapédia (67,4 % des voix), suivi du libéral Gregory Kelley dans Jacques-Cartier (62,6 %) et de la caquiste Andrée Laforest dans Chicoutimi (62,3 %). Gabriel Nadeau-Dubois, de Québec solidaire, arrive en quatrième place, avec 59,5 % des suffrages.


202

C’est le nombre de voix qu’il a manqué au candidat conservateur dans Beauce-Nord, Olivier Dumais, pour coiffer au fil d’arrivée le député caquiste Luc Provençal. Le Parti conservateur du Québec envisage d’ailleurs de demander un dépouillement judiciaire dans cette circonscription (nouvelle fenêtre). Les résultats ont également été particulièrement serrés dans Fabre, où la caquiste Alice Abou-Khalil a remporté la victoire avec seulement 306 voix de plus que son adversaire libérale, Sonia Beaudelot, mais le Parti libéral du Québec a confirmé lundi qu’il ne contesterait pas les résultats.


1,71

C’est le pourcentage de voix attribuées aux indépendants et aux candidats des autres partis représentés aux élections cette année, dont le Parti vert du Québec d'Alex Tyrrell, le Parti canadien du Québec de Colin Standish, Climat Québec de Martine Ouellet et le Bloc Montréal de Balarama Holness. Aucun d’entre eux n’a réussi à se faire élire.


98 040,40

C’est la somme à laquelle le Parti québécois devra renoncer sur quatre ans s'il observe la promesse faite par son chef Paul St-Pierre Plamondon de ne pas toucher aux fonds distribués par Élections Québec pour les suffrages exprimés en faveur des candidats Pierre Vanier (Rousseau) et Catherine Provost (L’Assomption), qui ont été chassés du parti quelques jours avant le vote pour avoir tenu des propos antimusulmans (nouvelle fenêtre). Cette somme correspond aux 4985 votes obtenus par M. Vanier et aux 4370 votes obtenus par Mme Provost (9355 votes au total), multipliés par les 2,62 $ que versera annuellement Élections Québec aux partis pour chaque vote exprimé en leur faveur (10,48 $ sur quatre ans).


19

C’est le nombre de circonscriptions qu’on obtient en additionnant celles remportées par Québec solidaire (11) et par le Parti québécois (3) à celles où la somme des votes pour les deux partis aurait permis une victoire plutôt qu’une défaite lundi soir (5 comtés, soit Gaspé, Jean-Talon, Marie-Victorin, Rimouski et Ungava). Cet exercice de politique fiction – qui peut paraître absurde à première vue – laisse entrevoir qu’une telle fusion, souhaitée par un certain nombre d’indépendantistes, n’aurait même pas été suffisante pour ravir l’opposition officielle au Parti libéral du Québec. Un calcul similaire, en 2018, avait débouché sur l'élection fictive de 33 députés.

Avec les informations de Marc Gosselin

Jérôme Labbé porte une chemise bleu clair à motifs.
Jérôme Labbé

À la une