1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique provinciale

De futurs électeurs peuvent travailler aux élections pour la première fois

Une file d'électeurs pour le vote par anticipation dimanche.

Les bureaux de vote sont ouverts lundi de 9 h 30 à 20 h.

Photo : Radio-Canada / Louis-Simon Lapointe

Martin Guindon, journaliste à Radio-Canada.
Martin Guindon

C’est jour d'élections ce lundi et, pour la première fois, des jeunes de 16 et 17 ans peuvent travailler dans les bureaux de vote.

Une modification législative adoptée en décembre dernier leur permet en effet d’agir comme scrutateurs et secrétaires d’élection, même sans avoir atteint l'âge de la majorité. Aux élections précédentes, l’embauche du personnel électoral était limitée aux personnes qui avaient le droit de vote, donc âgées de 18 ans et plus.

C’est une recommandation que Élections Québec fait depuis plusieurs années. Et puis on est très contents cette année d’avoir l’occasion de l’appliquer. Ce changement nous permet d’engager des plus jeunes. Dans le contexte de la pénurie de main-d'œuvre, cette nouveauté est très bien accueillie, parce qu’il y a 50 000 postes à pourvoir pour les élections. On espère que cette ouverture va nous aider à combler les postes. On pourra faire un bilan de cette nouveauté après les élections, fait valoir Dany Lapointe, conseiller en communications et porte-parole d’Élections Québec.

Deux femmes assises à un bureau sur lequel est déposée une urne électorale.

Les rôles de scrutateur et de secrétaire d'élection peuvent maintenant être remplis par des jeunes de 16 et 17 ans.

Photo : Gracieuseté : Élections Québec

Le scrutateur est la personne qui veille à l’aménagement du bureau de vote, qui assure le bon déroulement du vote et qui procède au dépouillement. C’est celui qui remet le bulletin de vote aux électeurs.

Quant au secrétaire d’élection, il assiste le scrutateur dans l’exercice de ses fonctions. Il inscrit sur la liste électorale qu’un électeur a voté et inscrit les mentions relatives au déroulement du vote dans le registre du scrutin. C’est cette personne qui tient la liste et barre le nom de la personne qui est venue voter.

On sent que les jeunes de 16 et 17 ans sont capables d’assumer ces responsabilités. Ils sont formés comme toute autre personne qui vient travailler pour nous aux élections. Des adultes d’expériences agissent comme PRIMO (préposé à l’information et au maintien de l’ordre) et aides-PRIMO et ils vont les encadrer, précise Dany Lapointe.

Se familiariser avec le processus

Élections Québec estime que c’est l’occasion pour les futurs électeurs et électrices de se familiariser de près avec le processus électoral.

C’est aussi ce que croit Vicky Bergeron, 16 ans, qui agit ce lundi comme secrétaire d’élection en Abitibi-Témiscamingue.

On a eu une formation mercredi pour nous expliquer tout ce qu’on avait à faire. C’est vraiment strict et bien gardé, le contact avec les autres est assez restreint durant la journée. Ça donne un peu un avant-goût aux jeunes de c’est quoi des élections dans le fond, soutient-elle.

Pour elle, il s’agissait d’une occasion à saisir.

Je me suis dit que c’était une opportunité qui arrive rarement dans une vie et que ça pouvait toujours faire de l’expérience. J’imagine que si l’opportunité se présente de nouveau et que ça convient à mon horaire, je vais probablement le refaire, conclut-elle.

Martin Guindon, journaliste à Radio-Canada.
Martin Guindon

À la une