1. Accueil
  2. Politique
  3. Politique provinciale

[Élections Québec 2022] « Nous sommes tous des Québécois à part entière »

Le Parti québécois a choisi Yastene Adda, 19 ans, pour le représenter dans la circonscription montréalaise d’Anjou-Louis-Riel aux élections provinciales du 3 octobre.

Un jeune homme devant une pancarte électorale à côté de l'entrée d'une station de métro.

Yestene Adda, le candidat du Parti québécois (PQ) dans la circonscription montréalaise d'Anjou-Louis-Riel pour l'élection générale du 3 octobre 2022 au Québec.

Photo : Radio Canada International / Samir Bendjafer

Samir Bendjafer

Une pancarte électorale accueille les automobilistes se dirigeant vers l’Est de Montréal sur la rue Sherbrooke à l’angle de la rue Dickson, le point d’entrée de la circonscription électorale d’Anjou-Louis-Riel.

Yastene Adda, le candidat du Parti québécois pour l’élection provinciale du 3 octobre, a accroché sa photo au feu de circulation sur le terre-plein central de cette rue qui traverse l’île de Montréal d’Est en Ouest sur une trentaine de kilomètres.

À 19 ans, il est candidat dans cette circonscription voisine de celle de Camille-Laurin où se présente son chef Paul Saint-Pierre Plamondon.

L’étudiant en sciences humaines au CÉGEP est arrivé à l’âge de 6 ans à Montréal venant d’Algérie avec sa famille, en pleine, tempête de neige , se rappelle-t-il en entrevue avec Radio Canada International.

Une neige qui n’est pas étrangère au jeune natif de Kabylie, mais pas en aussi grande quantité comme que celle que connaît le Canada en hiver.

Quelques années plus tard, le voilà candidat pour le parti indépendantiste fondé par René Lévesque en 1968.

Bien que jeune, Yastene Adda cumule quelques années d’expérience en militantisme dans les syndicats étudiants et partisans.

À 17 ans, il était déjà président de la section de la Pointe-de-l’île du Bloc québécois, un parti indépendantiste fédéral.

Au sein des instances du Parti québécois, il a été, entre autres, directeur jeune des communications pour un le député Sylvain Gaudreault dans la course à la chefferie du PQ en 2020.

« Je suis aussi quelqu’un qui est impliqué depuis longtemps dans plusieurs domaines. Tant dans les associations que les syndicats étudiants affirme le candidat qui dit s’intéresser beaucoup à l’environnement et à la violence faite aux femmes.

Son saut en politique active est motivé par son désir de changement.

Je suis candidat, car je veux aider les gens. Je veux activement changer les choses.
Une citation de Yastene Adda, candidat du Parti québécois dans la circonscription d’Anjou-Louis-Riel

Il explique que ses dossiers prioritaires sont l’immigration et l’intégration. Ce sont mes principaux dossiers. C’est la raison pour laquelle je suis entré en politique. Des enjeux que j’ai toujours poursuivis depuis mes débuts en politique

Pancarte électorale accrochée à un poteau sur le terre-plein central.

Yestene Adda, le candidat du Parti québécois (PQ) dans la circonscription montréalaise d'Anjou-Louis-Riel pour l'élection générale du 3 octobre 2022 au Québec.

Photo : Radio Canada International / Samir Bendjafer

Convergence culturelle

Il a choisi de mener ce combat sous la bannière du Parti québécois en écoutant son chef affirmer que nous sommes tous des Québécois à part entière .

Pour lui, c’est quelque chose qui est très important. Je crois que nous avons été souvent divisés entre Québécois et immigrants. Cette division est dépassée. Il faut qu’on passe à autre chose. Il faut qu’on crée une convergence culturelle. Et c’est mon objectif avec le Parti québécois. Que notre politique d’intégration soit respectueuse des origines de tout le monde.

Pour Yastene Adda qui pourrait être Mr Intégration dans un futur gouvernement du PQ, le concept de convergence culturelle qu’il prône comme une alternative au multiculturalisme canadien et à l’interculturalisme québécois.

Le multiculturalisme permet aux différentes cultures de coexister sur un pied d’égalité dans l’espace public. La culture de la majorité n’a pas préséance sur les autres cultures.

L’interculturalisme, quant à lui, milite pour un rapprochement entre la culture de la majorité et celles des minorités.

Pour coexister, chacune doit faire des concessions à l’autre afin d’aboutir à une culture commune.

La convergence culturelle, c’est la création d’une culture commune à partir de notre base qui est notre langue commune, le français, et permettre à tout le monde de s’identifier à la culture québécoise
Une citation de Yastene Adda

Il ne veut pas que celui qui vient d’ailleurs, reste un éternel immigrant. C’est un futur Québécois. C’est ça la convergence culturelle.

Il rappelle que le Québec accueille des immigrants pour des raisons démographiques, pas uniquement économiques. Il faut changer de perspective. Ce ne sont pas juste des travailleurs, ce sont des citoyens.

L’intégration passe aussi par la lutte contre la discrimination sur le marché du travail et la reconnaissance des diplômes. Ce sont des enjeux que je veux porter à l’Assemblée nationale en priorité. Tous ces dossiers vont permettre aux gens de prospérer au Québec et de se sentir totalement québécois.

Deux pancartes électorales accrochées à un poteau.

Des pancartes électorales des candidates Chantal Gagnon (PLQ) et Karine Boivin-Roy (CAQ) dans la circonscription montréalaise d'Anjou-Louis-Riel pour l'élection québécoises du 3 octobre 2022.

Photo : Radio Canada International / Samir Bendjafer

Il reprend à son compte le projet de loi 998 présenté en 2017 par l’ancienne députée Péquiste Carole Poirier.

Selon Yastene Adda, il permet de créer un tribunal qui s’occupe exclusivement des plaintes liées à la discrimination au travail comme quelqu’un qui se fait refuser à cause de son nom ou de la couleur de sa peau. On aimerait permettre aux Néo-Québécois qu’ils puissent en profiter.

Les jeunes ne votent pas

Selon le candidat dans Anjou-Louis-Riel, les jeunes ne veulent pas aller voter parce qu’ils ne se sentent pas représentés.

Aux dernières élections provinciales en 2018, près de la moitié des électeurs âgés de 18 à 34 ans n’ont pas voté.

La meilleure manière de montrer aux jeunes qu’ils ont de l’impact et qu’ils peuvent changer les choses eux aussi c’est de les mettre de l’avant en politique
Une citation de Yastene Adda

Il n’y a pas mieux que les jeunes pour connaitre leurs enjeux et les porter.

Commentant les dernières déclarations de Jean Boulet, le ministre de l’Immigration du gouvernement sortant, qui affirmaient que 80 % des immigrants s'en vont à Montréal, ne travaillent pas, ne parlent pas français ou n'adhèrent pas aux valeurs de la société québécoise , Yastene Adda, soutient que c’est complètement faux. Et c’est même désolant de l’entendre.

C’est la preuve, selon lui, que le gouvernement de la Coalition Avenir Québec est déconnecté de la réalité. Il n’est pas sur le terrain et ne sait même ce qui se passe en réalité à Montréal. On voit les répercussions sur la vie des gens qui ne se sentent plus citoyens à part entière. Et c’est justement ça que je dénonce dans ma campagne électorale. La citoyenneté doit être complète. Nous ne sommes pas seulement des travailleurs, nous sommes des Québécois d’adoption et des futurs Québécois.

Le ministre Jean Boulet s’est excusé et a dit regretter profondément les propos qu’il a tenus et qui n’exprimaient pas sa pensée ni son action en tant que ministre.

Un homme donnant un tract à une femme.

Yastene Adda, candidat du Parti québécois dans Anjou-Louis-Riel, distribuant des tracts devant une la station métro Langelier dans sa circonscription.

Photo : Radio Canada International / Samir Bendjafer

Ces propos font suite à ceuxtenus au début de la campagne par le premier ministre sortant, François Legault. Il a associé l’immigration à la violence et s’en est excusé après.

C’est désolant de voir François Legault faire ce parallèle [entre l’immigration et la violence]. Sincèrement c’est cauchemardesque. Il y a des problématiques qui sont réelles par rapport à ça. Il y a des gens qui subissent de l’intimidation au quotidien à cause de ce genre de déclarations
Une citation de Yastene Adda

Pour ce dernier, quand tu es premier ministre, tu as l’obligation de rassembler tous les Québécois parce que tu es le premier ministre du Québec et non le premier ministre de ton Québec.

Le jeune candidat a mis en veille ses études pour se consacrer à sa campagne à plein temps avec le soutien de sa famille dont le père est un souverainiste qui croit en l’autodétermination des peuples, comme il le présente.

Dans les porte-à-porte, les électeurs sont surpris par le jeune âge de Yastene Adda. Ils lui disent qu’ils en ont assez des politiciens qui leur parlent tous les quatre ans et qui les tiennent pour acquis.

En 2018, c’est la députée libérale Lise Thériault qui a remporté le siège d’Anjou-Louis-Riel, une forteresse libérale depuis 1998. Mais la circonscription était déjà une forteresse péquiste [de 1973 à 1988 et de 1992 à 1998]! , rappelle le candidat.

Selon la plateforme de projections électorales Quebec125, cette circonscription pourrait être remportée par la Coalition Avenir Québec.

Le soir du 3 octobre, s’il est élu, Yastene Adda s’attèlera immédiatement à promouvoir au sein de son caucus sa vision qui est celle d’un Québec pour tout le monde.

Et s’il n’est pas élu, il fera exactement la même chose , assure-t-il.

Ce reportage est le quatrième d'une série dans laquelle Radio Canada International présentera des candidats d'origine maghrébine et arabe des principaux partis politiques du Québec pour les élections provinciales qui auront lieu le 3 octobre prochain.

Note : ce reportage est également disponible en arabe

Samir Bendjafer

À la une