1. Accueil
  2. Économie
  3. Cryptomonnaies

Le Bureau du Conseil privé a réfléchi aux cryptomonnaies pour faire face à l’inflation

Trois jetons arborant les logos de certaines cryptomonnaies sont jointes ensemble.

La valeur des cryptomonnaies est volatile, indique une note d'information remise au Bureau du Conseil privé. Le bitcoin a notamment perdu plus de la moitié de sa valeur par rapport au début de l'année.

Photo : afp via getty images / JUSTIN TALLIS

La Presse canadienne

De hauts fonctionnaires fédéraux ont examiné si les cryptomonnaies protégeaient contre l'inflation peu de temps après que le chef de l'opposition, Pierre Poilievre, eut fait cette réflexion en tant que candidat à la direction conservatrice.

Selon des documents internes du gouvernement fédéral, le Bureau du Conseil privé a préparé une note d'information sur la viabilité des monnaies numériques pour le chef de la fonction publique des semaines après les commentaires de M. Poilievre, fin mars. Le rôle du Bureau du Conseil privé est de fournir des conseils non partisans au premier ministre et au Cabinet.

La note d'information, obtenue par La Presse canadienne par le biais d'une demande d'accès à l'information, indique qu'à la lumière des pressions inflationnistes, certains partisans ont vanté la capacité des cryptoactifs comme le bitcoin et l'ethereum à "décentraliser" l'économie canadienne, en fournissant un substitut pour la monnaie nationale.

Mais les cryptomonnaies n'ont pas fourni de protection contre l'inflation et servent de piètres substituts au dollar canadien pour les transactions quotidiennes, indique le document, qui a été remis au greffier du Conseil privé au début du mois de mai.

Le document, qui n'a été que légèrement expurgé par les responsables de l'accès à l'information, indique que l'instabilité des prix des actifs a été extrêmement volatile. Cela limite leur utilisation en tant que réserve de valeur, une caractéristique clé d'une monnaie qui fonctionne bien, dit-il.

Les cryptoactifs n'ont pas non plus été protégés contre l'inflation, la majorité de leur utilisation étant spéculative et avec un comportement des prix cohérent avec celui des actifs risqués.
Une citation de Note d'information préparée pour le Bureau du Conseil privé

Un porte-parole du Bureau du Conseil privé a déclaré que la note d'information avait été préparée pour fournir au greffier des informations générales sur les cryptoactifs, y compris des informations indiquant s'ils ont offert une protection contre l'inflation.

Une promesse de campagne

Fin mars, M. Poilievre avait suggéré lors d'un événement de campagne que les monnaies numériques pourraient aider les Canadiens à se retirer de l'inflation parce qu'elles ne sont pas influencées par les banques centrales.

Il avait fait cette annonce à un commerce de shawarma de London (nouvelle fenêtre), en Ontario, qui accepte les bitcoins comme paiement. Il avait alors promis de rendre le Canada plus ouvert aux cryptomonnaies.

Mais au cours de l'été, la valeur du bitcoin a chuté et il a perdu plus de la moitié de sa valeur par rapport au début de l'année – un sort similaire à celui des autres monnaies numériques.

La note d'information a également examiné si la relance monétaire est principalement responsable de la forte inflation et de la hausse des prix des biens et des services, une affirmation qui, selon elle, est défendue par les partisans des cryptoactifs.

La relance monétaire n'est qu'un facteur parmi tant d'autres qui ont contribué à la poussée actuelle d'inflation, indique le document. Les problèmes de la chaîne d'approvisionnement liés à la pandémie et l'invasion de l'Ukraine par la Russie figurent aussi parmi ces facteurs.

Le document indique que les mesures de relance de la Banque du Canada ont contribué à accélérer la reprise économique du pays.

Critiques de la banque centrale

Pierre Poilievre est un critique virulent de la banque centrale et un partisan de l'idée que la relance a provoqué une inflation plus élevée. Il a promis lors de la campagne à la direction que, s'il était élu premier ministre, il congédierait le gouverneur de la banque, Tiff Macklem (nouvelle fenêtre).

Depuis qu'il est devenu chef le 10 septembre, M. Poilievre a peu parlé du sujet des cryptomonnaies. Son bureau n'avait pas répondu à une demande d'entrevue de La Presse canadienne, mercredi.

La députée conservatrice Michelle Rempel Garner devait présenter un projet de loi d'initiative parlementaire pour élaborer un plan de croissance des cryptomonnaies le premier jour de la reprise de la Chambre des communes, mais le projet de loi a été retardé.

Les libéraux ont utilisé le sujet des cryptomonnaies pour attaquer le chef conservateur.

Dire aux gens qu'ils peuvent se retirer de l'inflation en investissant leurs économies dans des cryptomonnaies volatiles n'est pas un leadership responsable, a déploré le premier ministre Justin Trudeau plus tôt ce mois-ci. Soit dit en passant, quiconque suivrait ce conseil aurait vu ses économies détruites.

À la une